Google amorce-t-il une révolution quantique ?

Google amorce-t-il une révolution quantique ? Selon leurs affirmations un appareil serait en création et celui-ci serait capable de réaliser des tâches beaucoup plus complexes qu’à l’heure actuelle. Quelques explications à ce sujet.

Google amorce-t-il une révolution quantique ? - Le blog du hérisson

Un petit pas pour Google, un grand pas pour l’Humanité

Tout comme le premier pas sur la lune ou le premier vol en avion, Google amorce-t-il une révolution ? L’ordinateur quantique de Google a réussi l’exploit de lancer son tout premier calcul complexe en 3 minutes, alors que les supercalculateurs actuels auraient besoin de 10 000 ans. C’est l’annonce officielle qui a fait l’effet d’une bombe en octobre 2019, publiée dans la revue scientifique de référence Nature. Un calcul dont les applications sont limitées, mais qui marque une avancée majeure dans le monde de la technologie, d’autant plus que la mécanique quantique est une activité hors de la zone de confort de la multinationale.

Qu’est-ce que la suprématie quantique

Google est entré par la grande porte de la suprématie quantique. Mais de quoi parle-t-on concrètement ? Les ordinateurs quantiques fonctionnent sur le principe de superposition. Les ordinateurs ordinaires utilisent des bits, les processeurs quantiques eux emploient des qubits. Le concept de suprématie quantique est la capacité pour une machine, grâce à un nombre de qubits suffisants, de résoudre des problèmes qui prendraient trop de temps aux ordinateurs traditionnels. Cela accroît de façon exponentielle la puissance de calcul. Ce mécanisme pourra être déployé dans de nombreux domaines comme :

  • l’intelligence artificielle
  • la chimie
  • la biologie
  • la médecine

En pratique, cela va permettre de fabriquer des médicaments ou de nouveaux matériaux, d’optimiser la logistique d’entreprises de transport ou d’avancer dans l’apprentissage automatique comme le développement des véhicules autonomes. D’ici quelques années, on pourra d’ailleurs voir émerger les premiers bienfaits quantiques sur quelques applications, notamment dans les domaines de la chimie, de la finance, ou de la santé. Cette technique en plus d’être une révolution technologique est également beaucoup plus écologique, puisqu’il suffit de refroidir un petit microprocesseur, alors qu’actuellement beaucoup d’énergies sont nécessaires pour abaisser la température de centaines de serveurs.

La nouvelle course à la technologie

• Ébullition dans le monde scientifique

Tout comme la conquête de l’espace dans les années 1950, la suprématie quantique est une course scientifique qui déchaîne les passions depuis plusieurs années. Google cultive le mystère sur cette prouesse et refuse de communiquer sur les moyens humains et financiers déployés pour le projet. La performance de Google a fait l’objet de fuites dans les médias après qu’une première version du document soit publiée puis supprimée sur le site Web de la NASA. L’agence gouvernementale travaille en étroite collaboration avec Google sur l’informatique quantique. L’article est finalement paru, validé par Google un mois plus tard. Les scientifiques du monde entier commentent alors cet exploit. Michelle Simmons, physicienne quantique de l’université de New South Wales à Sydney en Australie écrit à ce sujet : «Il semble que Google nous ait donné la première preuve expérimentale que l’accélération quantique est réalisable dans un système du monde réel. » Michel Devoret, professeur à l’université de Yale (Connecticut) souligne lui que « c’est une prouesse technologique impressionnante et très complexe ». 

• La compétition est lancée

Le climat autour des mécaniques quantiques est très concurrentiel, la Chine a d’ailleurs investi des moyens massifs dans l’informatique quantique. L’adversaire direct de Google est néanmoins américain, il s’agit de l’entreprise IBM. Les deux sociétés américaines tiennent d’ailleurs la tête de la compétition des constructeurs d’ordinateurs quantiques. IBM a immédiatement critiqué la découverte de Google et affirme que le calcul, avec des méthodes traditionnelles, en couplant de grandes quantités de ressources pourrait être réalisé en 3 jours et non en 10 000 ans. Google a répondu dans les médias que « les personnes qui participent à la communauté comprennent exactement ce que signifie le passage de cette étape ».

Google amorce-t-il une révolution quantique ? - Le blog du hérisson
©Pete Linforth

Toutefois, si tous ces calculs sont encore à vérifier par les scientifiques, tous le disent, l’exploit de Google, même s’il n’est pas révolutionnaire, est néanmoins une étape symbolique. Cela montre les avancées fulgurantes accomplies ces dernières années dans le secteur de l’informatique quantique.

Christel Canon Bizet

Google amorce-t-il une révolution quantique ?

Laisser un commentaire