La disparition des oiseaux dans les campagnes

Constat alarmant des deux dernières décennies, les oiseaux disparaissent à une vitesse vertigineuse dans les zones agricoles. En 20 ans, c’est un tiers de leur population qui a été décimé, selon les observations de la LPO, du CNRS et du Muséum national d’histoire naturelle. Difficile de passer à côté, tant il y a 20 ans, il était courant d’observer les fientes d’oiseaux sur les voitures, les trottoirs et les toitures. Pinsons, chardonnerets, alouettes des champs, perdrix, verdiers ou encore coucous et pigeons ramiers, sont de plus en plus menacés d’extinction. En tout, ce sont 275 espèces qui seraient touchées. Pourquoi une telle disparition des oiseaux dans les campagnes ? Comment améliorer la situation à petite et grande échelle ? Explications.

La disparition des oiseaux dans les campagnes - Le blog du hérisson
Oiseaux migrateurs ©Gerhard Gellinger

Quelles sont les causes de la disparition des oiseaux dans les milieux ruraux ?

L’agriculture intensive

On le sait, l’agriculture intensive est un véritable fléau pour de multiples espèces. Les pratiques agricoles intensives usent de nombreux pesticides. Le déclin des oiseaux est très important depuis l’utilisation des insecticides, comme les néonicotinoïdes, et du glyphosate, herbicide très controversé et utilisé à l’échelle mondiale. Les écosystèmes sont contaminés, les plantes sauvages et les insectes sont décimés, et les oiseaux ont donc de plus en plus de mal à se nourrir.

La disparition des oiseaux dans les campagnes - Le blog du hérisson
Colibri ©Pexels

La destruction de leur habitat

Initialement présents dans les jardins, les arbres, les prairies ou les forêts, les oiseaux ont bien du mal à survivre face au changement des paysages ruraux. Les surfaces agricoles en monoculture, la déforestation, la régression des prairies naturelles et les constructions immobilières viennent peu à peu bouleverser les campagnes françaises. La faune sauvage doit donc s’adapter et trouver une alternative pour conserver son habitat, se nourrir et se reproduire.

Le réchauffement climatique

Les oiseaux migrateurs sont quelque peu impactés par le réchauffement climatique, à l’échelle planétaire. C’est surtout le cas pour les oiseaux présents dans l’hémisphère Nord. Les saisons sont modifiées, les températures sont de plus en plus élevées, et cela a un impact direct sur la reproduction des volatiles. Beaucoup d’espèces vivent notamment près des sources d’eau, comme les mares, les lacs ou les étangs, mais la sécheresse bouleverse leur environnement. 

Comment stopper le déclin des oiseaux ?

À l’échelle nationale

Bien entendu, il est temps de changer les modes de culture et d’élevage, mais les solutions alternatives doivent être pensées en amont, pour respecter les besoins de chacun. La permaculture, qui préserve au maximum le côté sauvage de la nature, peut être mise en place à plus grande échelle. Les pesticides peuvent être remplacés par des produits plus respectueux de l’environnement. La déforestation et les constructions immobilières doivent être justifiées comme absolument nécessaires. Et pour finir, c’est toute la biodiversité qui doit être protégée, aussi bien au niveau individuel que collectif. Dans le cas contraire, de nombreuses espèces vont disparaître, et d’autres se multiplier, c’est le cas notamment de la tique et du moustique tigre.

La disparition des oiseaux dans les campagnes - Le blog du hérisson
Coucou ©Vinson Tan

À l’échelle individuelle

Pour les chanceux qui possèdent une terrasse, un jardin, voire même un terrain, il est nécessaire de les aménager pour accueillir des espèces d’oiseaux en danger. Faire place aux haies, arbustes, bosquets, arbres et zones sauvages, qui seront de véritables refuges pour oisillons ! 

Les jardiniers, quant à eux, préféreront les produits naturels pour entretenir le potager. D’ailleurs, quoi de mieux que les oiseaux pour éliminer les pucerons, chenilles ou mulots, ravageurs de cultures ?

Pendant l’hiver, en maison ou en appartement, il est nécessaire d’installer des mangeoires, en mettant à disposition des oiseaux des graines ou des boules de graisse, pêché mignon des mésanges. Les plus patients auront peut-être la chance d’observer un milan royal ou une tourterelle, et d’entendre le chant des oiseaux sur leur balcon ou dans leur jardin, en plein hiver !

Geai en hiver - Le blog du hérisson
Geai en hiver

La disparition alarmante de nombreuses espèces d’oiseaux est en train de bouleverser la biodiversité, déjà très fragile quant à d’autres espèces, telles que les abeilles ou les hérissons. Chacun peut agir, à son échelle, pour préserver les oiseaux nicheurs, hivernants et migrateurs, et ainsi avoir encore la chance de profiter de leur beauté, de leur fragilité et de leur chant tant apprécié par petits et grands.

Adeline Alidra

Laisser un commentaire