Coronavirus et pollution | un lien inattendu

L’épidémie de Coronavirus touche l’ensemble de la planète. Pour y faire face, de nombreux pays ont mis en place des mesures de confinement des habitants. La limitation des déplacements et des activités économiques a notamment pour conséquence la réduction des émissions polluantes. On constate donc un effet positif et la diminution de la pollution liée au Coronavirus.

Coronavirus et pollution | un lien inattendu - Le blog du hérisson
L’Himalaya ©Jignesh Makawana

Une diminution de la pollution observée en Inde

Comme la plupart des pays au monde, l’Inde est touchée par le Coronavirus et a pris des mesures de confinement pour ses 1,3 milliards d’habitants. De ce fait, dans l’État du Pendjab, les locaux ont eu l’agréable surprise de redécouvrir les contreforts du massif himalayen. Des habitants de Jalandhar, ville indienne située à environ 200 kilomètres de l’Himalaya, ont posté des photos de cimes enneigées sur les réseaux sociaux. En raison de la pollution qui sévit d’ordinaire en Inde, les sommets de cette célèbre chaîne montagneuse n’étaient plus visibles d’aussi loin depuis une trentaine d’années.

Des effets sur la qualité de l’air en Inde

Le journal India Today a compilé des données sur la pollution atmosphérique dans les principales villes indiennes. Cette étude compare les indices de la qualité de l’air des trois premiers jours de confinement, avec les neuf jours précédant la mise en place de cette mesure. Il en ressort une amélioration moyenne de 33 % de ce critère, à l’échelle nationale. Ce chiffre dépasse 50 % sur les stations de mesure des zones industrialisées du nord du pays.

Coronavirus et pollution | un lien inattendu - Le blog du hérisson
L’Himalaya ©Kira Hunde Dog

Baisse de la pollution liée au Coronavirus constatée à l’échelle internationale

Au niveau mondial, le ralentissement des activités anthropiques semble avoir offert un peu de répit à la nature. Ainsi, Venise a rapidement retrouvé des eaux bleues et des dauphins sont venus nager sur les rivages de Sardaigne. De même, la NASA a dévoilé, dès février 2020, les effets de la limitation des activités industrielles et des déplacements en Chine. Les cartographies produites présentent la diminution des rejets de dioxyde d’azote, polluant émis notamment par les véhicules et l’industrie.

La crise liée au Coronavirus et les mesures de confinement prises auront permis durant quelques semaines de redonner du souffle à la planète. Les photos diffusées des cimes himalayennes en sont un bel exemple. Cependant, la reprise des activités économiques, ne permettra probablement pas de faire perdurer cet état de grâce pour la nature.

Stéphanie Laurens

Laisser un commentaire