Un aspirateur à CO2 géant pour sauver la planète

Le monde fait face aujourd’hui à un défi majeur avec le réchauffement climatique. La plupart des pays se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre (CO2). Dans cette optique, le Texas va inaugurer, en 2024, la plus grande centrale au monde de captation de CO2, avec le 1er aspirateur à CO2 géant pour sauver la planète. Un procédé, le CCUS (Carbon capture, utilisation and storage), en français captage, stockage et valorisation du CO2 a rendu cela possible.

Un aspirateur à CO2 géant pour sauver la planète - Le blog du hérisson

À propos du dioxyde de carbone

Le dioxyde de carbone, sous sa formule moléculaire CO2, est un gaz incolore et inodore.
Il est présent naturellement dans l’atmosphère, et participe activement à la respiration des êtres vivants et la photosynthèse des plantes. Ce gaz joue un rôle important dans l’effet de serre qui permet de garder la Terre chaude.

En plus de sa présence dans l’air, il émane également de l’activité humaine, de la production énergétique ou encore de l’industrie. Mais son augmentation, due à l’activité humaine depuis la révolution industrielle, est un acteur majeur du réchauffement climatique.

En seulement 18 ans, entre 1990 et 2018, les émissions de gaz à effet de serre (dû aux énergies fossiles) ont augmenté de 67 %.

C’est pourquoi la captation de CO2 figure parmi les orientations fournies par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) pour sauver la planète.

Texas : la plus grande centrale au monde de capture directe de CO2

C’est dans le bassin Permien, à l’ouest de l’État du Texas, que l’usine verra le jour. Et ce n’est pas un hasard. Cette région du Texas est riche en options de stockage souterrain en raison des dômes de sel géographiques et des aquifères salins qui peuvent contenir de grands volumes de CO2.

À l’horizon 2024, le Texas inaugurera le plus grand piège à carbone du monde.
Cet aspirateur géant absorbera près d’1 million de tonnes de CO2 par an.
À titre de comparaison, l’usine Orca, mise en service en septembre 2021 près de Reykjavík, en Islande, absorbe 4 000 tonnes dans l’air par an.

Carbon Engineering, une entreprise canadienne, et Occidental Petroleum (Oxy), géant de l’industrie pétrolière et gazière, sont les financeurs de ce projet. Oxy qui par ailleurs est classée comme l’une des 10 usines émettant le plus de CO2 dans le monde.

L’Amérique du Nord n’est pas le seul continent où se trouve des usines de captage de CO2. Il existe des usines de ce type en Suisse, en Islande et plus récemment dans la région des Pouilles, en Italie.

Mais la particularité de la centrale du Texas, c’est qu’elle capturera 100 fois plus de CO2 que les 19 centrales de ce genre actuellement en activité dans le monde.

Au vu des milliards de tonnes de CO2 rejetés dans l’atmosphère (36,3 milliards en 2021), et l’objectif de stockage de 5 giga/an à l’horizon 2040, la centrale du Texas se fera sûrement détrônée d’ici à quelques années.

Les pays du golf, pour favoriser leur transition énergétique, ont fait le choix, eux aussi, du captage du carbone. Au cœur de l’été, la Compagnie pétrolière nationale d’Abu Dhabi (ADNOC) a signé un accord avec la société française TotalEnergies pour collaborer sur le CCUS. L’accord a pour but d’aider l’entreprise émiratie à atteindre son objectif : capturer 5 millions de tonnes de CO2 par an d’ici à 2030.

• Fonctionnement de l’aspirateur à CO2

Le CO2 est aspiré dans des ventilateurs géants à travers un filtre imbibé d’un produit chimique, la potasse, où une réaction se produit.
Ces énormes aspirateurs emprisonnent l’humidité et le gaz carbonique contenus dans l’air, agissant en somme comme un arbre artificiel.
Le CO2 piégé est ensuite purifié et comprimé, ce qui conduit à l’obtention de CO2 pur qui sera récupéré, capté et stocké.

Les zones de stockage de CO2 sont surveillées et analysées très régulièrement pour garantir un stockage permanent.

Un aspirateur à CO2 géant pour sauver la planète - Le blog du hérisson

Réutilisation et valorisation du CO2

En plus d’être stocké, le CO2 pourra être réutilisé et valorisé de différentes manières :

  • Pour produire plus d’hydrocarbure ;
  • Développé des biocarburants (en Islande, le dioxyde de carbone rejeté par une centrale géothermique est revalorisé en méthanol) ;
  • Stimuler la croissance d’algues desquelles seraient extraits des biocarburants de 3ᵉ génération ;
  • Fabriquer du carbonate de calcium, composant principal du calcaire, pour le bâtiment et les travaux publics ;
  • Permettre de stocker de l’énergie en le convertissant en méthane injecté dans les réseaux de distribution de gaz (technique étudiée par Areva).

En Inde, une usine à charbon a mis en place ce procédé de captation de CO2 depuis 2016.
Elle est la 1ère au monde à récupérer 100 % de ses émissions de CO2. Les 60 000 tonnes de CO2 récupérés sont transformées en bicarbonate de soude, composant essentiel à la fabrication de verre, édulcorants, détergents, etc.

Selon le GIEC, sans ce processus de captage, stockage et valorisation du CO2 (CCUS), l’action sur le climat sera 140 % plus coûteuse et l’objectif de 2 degrés inatteignable.

La quantité de CO2 utilisée est encore très faible : seulement 0,5 % des émissions mondiales sont inclus dans ce processus de captage, stockage et valorisation du CO2.
Cependant, les initiatives et la volonté sont là, de plus, de très nombreuses recherches sont engagées dans le monde pour répondre à l’urgence climatique.

Virginie Le Gal

Laisser un commentaire