Dark Academia : 6 romans parfaits pour l’automne

L’atmosphère sombre et mystérieuse propre aux romans « Dark Academia » se prête parfaitement aux lectures cocooning d’automne, au coin du feu sous un plaid avec un bon café. Empruntant souvent au thriller sa noirceur, les romans estampillés « Dark Academia » ont pour cadre les campus des universités anglo-saxonnes prestigieuses, réputées pour leurs fraternités élitistes et leurs sociétés secrètes. Mélancoliques et tourmentés, élèves et professeurs étudient parfois jusqu’à l’obsession les langues mortes, la philosophie, la poésie et les arts, isolés du reste du monde par les murs épais des bibliothèques. Mêlant mystères, psychologie et ésotérisme, voici 6 romans « Dark Academia » parfaits pour l’automne.

Dark Academia : 6 romans parfaits pour l’automne - Le blog du hérisson

Aux origines de la « Dark Academia »

• Le Maître des illusions, Donna Tartt, Plon (1992)

Californien de 19 ans sans attaches familiales, Richard Papen, le narrateur, intègre une université de la Nouvelle-Angleterre. Il est accepté dans un club formé uniquement de cinq étudiants aisés, érudits et oisifs, réuni autour du charismatique professeur de grec ancien, Julian Morrow. Le groupe d’étudiants tue l’un de ses membres. Comment ces jeunes gens brillants et manipulateurs, liés par de sombres secrets, vont-ils vivre les conséquences de leur acte ? Publié en 1992, le roman d’initiation « Le Maître des illusions » de l’Américaine Donna Tartt est fréquemment cité comme LA référence du genre romanesque « Dark Academia ». Roman d’apprentissage et analyse psychologique, ce best-seller réunit tous les ingrédients de « l’académie sombre » : un campus américain sélect, la quête existentielle de jeunes adultes aux personnalités complexes, un professeur atypique, l’intérêt pour l’Antiquité et ses rites, la fascination pour le savoir jusqu’à l’obsession et la folie meurtrière.

Hymne à la poésie et à l’anticonformisme

• Le cercle des poètes disparus, Nancy H. Kleinbaum, Le Livre de poche (1991)

En 1959, l’arrivée du professeur de lettres John Keating au sein de l’austère collège de Welton dans le Vermont bouleverse à jamais la vie des élèves. Grâce à ses méthodes d’enseignement très originales, l’excentrique professeur va communiquer aux jeunes gens sa passion de la poésie, de la liberté et de l’anticonformisme. Enthousiastes, les étudiants font revivre « Le cercle des poètes disparus », se rassemblant en secret dans une grotte pour lire leurs poèmes. Mais un drame met fin à cette belle aventure.
Sorti sur les écrans en 1989, le film de Peter Weir « Le cercle des poètes disparus » est adapté en roman en 1991 par Nancy H. Kleinbaum. L’histoire de ces jeunes étudiants idéalistes est une référence marquante de l’esthétique « Dark Academia ».

Magie noire et sociétés secrètes à Yale

• La Neuvième Maison, Leigh Bardugo, De Saxus Éditions (2019)

Peu épargnée par la vie, la jeune Alex Stern a un don rare : elle peut voir les fantômes. Elle se voit offrir une place dans la prestigieuse université privée de Yale au sein de la maison Léthé, la Neuvième Maison. En contrepartie, elle va devoir surveiller l’activité des sociétés secrètes de l’université, qui s’adonnent à des pratiques occultes et à la magie noire. Alex se lance ainsi, à ses risques et périls, dans une enquête surnaturelle afin d’élucider le meurtre d’une jeune fille.
L’auteure de fantasy Young Adult Leigh Bardugo s’aventure avec succès dans le thriller horrifique pour adultes.

Malédiction familiale à Harvard

• Les fantômes d’Harvard, Francesca Serritella, Pygmalion (2021)

Brillant étudiant en physique à Harvard, mais souffrant de schizophrénie, Eric Archer met fin à ses jours. Sa sœur Cadence décide d’intégrer à son tour la prestigieuse université américaine pour comprendre son geste désespéré. Arrivée sur le campus, Cady s’adapte peu à peu à sa nouvelle vie estudiantine. Elle mène son enquête avec pour seul indice un cahier appartenant à son défunt frère rempli d’annotations codées. Son quotidien est bientôt perturbé par d’étranges manifestations : elle commence à entendre des voix.
Le roman aborde différents thèmes : le deuil, les relations familiales, la santé mentale, la science et le surnaturel.

Tragédie grecque à Cambridge

• Les Muses, Alex Michaelides, Calmann-Levy (2021)

Mariana, thérapeute londonienne d’origine grecque, n’arrive pas à faire le deuil de son mari. Sa nièce Zoé, étudiante à Cambridge, l’appelle au sujet de son amie, Tara, retrouvée sauvagement assassinée. Mariana rejoint Zoé dans la ville anglaise pour la soutenir dans l’épreuve et commencer son enquête personnelle. Elle rencontre sur le campus l’arrogant professeur de grec ancien Edward Fosca. Ce dernier vit entouré d’un groupe de jeunes étudiantes qu’il nomme les « Muses », dont Tara faisait partie. Lorsque d’autres « Muses » sont assassinées, Mariana voit en lui le suspect idéal.
Le roman s’inspire de la mythologie et des tragédies grecques, thèmes récurrents dans l’esthétique « Dark Academia ».

Paranormal à Oxford

• La malédiction d’Oxford, Ann A. McDonald, Michel Lafon (2017)

Jeune Américaine d’origine modeste, Cassandra Blackwell reçoit une mystérieuse lettre qui lui indique qu’elle pourra découvrir la vérité sur le suicide de sa mère en se rendant à Oxford. Grâce à l’obtention d’une bourse d’études, Cassandra intègre la vénérable université anglaise pour suivre un cursus de philosophie. Elle côtoie bientôt l’élite universitaire tout en fuyant les mondanités. Elle se lie d’amitié avec un bibliothécaire et un jeune policier. Au contact d’autres étudiants, elle découvre peu à peu les mystères du campus, dont l’École de la Nuit, une étrange société secrète.
Les salles de cours, les bibliothèques, l’architecture gothique… L’atmosphère so british d’Oxford plonge le lecteur dans une ambiance à la Harry Potter.

Dark Academia : 6 romans parfaits pour l’automne - Le blog du hérisson

Née sur Internet, l’esthétique « Dark Academia » est de plus en plus appréciée sur les réseaux sociaux. Grâce à leur ambiance particulièrement angoissante, les romans « Dark Academia » vous promettent de beaux moments de lecture à la saison automnale, loin des intrigues douillettes des cosy mysteries. Ils invitent aussi à découvrir les classiques de la littérature gothique, à relire Oscar Wilde et la saga Harry Potter !

Gaëlle Carpentier

Laisser un commentaire