Elon Musk, SpaceX : une révolution spatiale

Vous avez comme projet de vivre sur la planète Mars ? Vous souhaitez faire du tourisme spatial ? Attention, vos souhaits pourraient se réaliser. Un homme est en train de tout faire pour conquérir l’espace et coloniser la planète rouge. Le nom de cet homme ? Elon Musk, l’un des dirigeants les plus connus au monde. Vous en doutez ? Alors, laissez-nous, vous conter l’histoire d’un homme pas comme les autres, laissez-nous vous raconter comment Elon Musk a révolutionné l’industrie spatiale avec sa société SpaceX.

Elon Musk et SpaceX : une révolution spatiale - Le blog du hérisson

Elon Musk : du jeune geek au dirigeant de SpaceX

• Un entrepreneur unique en son genre

L’histoire de SpaceX, c’est d’abord l’histoire d’un individu : Elon Musk. Passionné d’informatique, le jeune homme originaire d’Afrique du Sud va, en l’espace de quelques années, devenir l’un des entrepreneurs les plus influents au monde.

Né en 1971 à Pretoria, il vit une enfance contrastée au côté de son père, à la suite du divorce de ses parents. À la fin des années 1980, diplômé en High School (équivalent du lycée en France), il décide de poursuivre son cursus au Canada puis aux États-Unis. Il connaît un certain succès dans ses études de physique et de commerce (1991-1995). Mais alors qu’il a la possibilité de faire un doctorat, il stoppe tout, pour se lancer dans une autre aventure : internet. Dans ce domaine, la réussite est plus ou moins au rendez-vous. Malgré quelques revers, les start-up qu’il crée et revend (dont PayPal) à la fin des années 1990 lui rapportent des centaines de millions de dollars. La plupart d’entre nous se seraient payé une retraite dorée avec une telle somme. Pas Elon Musk. Une autre chose l’anime, quelque chose de plus profond : il veut changer le monde.

• Un entrepreneur fortuné qui veut sauver l’humanité

Pour atteindre un tel objectif, il injecte plus de 180 millions de dollars dans différents projets, dont la société SpaceX. L’activité de l’entreprise tourne autour de l’astronautique et le vol spatial. Il investit dans celle-ci, la coquette somme de 100 millions de dollars. Le point commun de toutes ses idées ? La volonté de sauver la civilisation d’une disparition accidentelle ou auto-infligée. Selon lui : « L’humanité a de fortes chances d’être confrontée à un âge sombre » et la conquête de l’espace (notamment la colonisation de la planète Mars) pourrait représenter une des solutions. C’est pourquoi pour certains, Elon Musk reste un homme fantasque. Ses détracteurs le trouvent impitoyable et imbu de sa personne. Ses fans le pensent précurseur, voire visionnaire. Ce n’est pas un hasard s’il a servi de modèle pour Tony Stark, alias Iron Man. En outre, tout le monde s’accorde à dire que le personnage casse les codes et bouscule l’ordre établi. Et l’industrie aérospatiale va l’apprendre à ses dépens.

SpaceX ou la révolution dans l’industrie aérospatiale

• À la conquête de l’espace

Nous savons tous qu’intégrer un marché pour une nouvelle entreprise reste un challenge, et ce, quel que soit le domaine. Mais s’implanter dans une industrie aussi verrouillée que l’aérospatiale représente plus qu’un challenge, c’est un exploit. Pourquoi ? Car l’environnement est dominé depuis des lustres par des mastodontes tels que Boeing ou Arianespace. Peu de candidats se bousculent pour y entrer, refroidis par les investissements nécessaires. Pour exemple, le coût de lancement d’une fusée peut atteindre jusqu’à 100 millions de dollars.

Ces investissements n’effraient en rien Elon Musk. Et en 2002, l’entreprise SpaceX se lance à la conquête de l’espace. Sa stratégie ? S’appuyer sur du low-cost. Comment ? En construisant des fusées dont les parties peuvent être réutilisées. Le but ? Diminuer les coûts de lancement et réaliser des économies. Quelque chose d’inimaginable dans l’industrie. Il faut savoir que dans l’ère spatiale, les fusées mises en orbite se perdent une fois le lancement achevé. Le pari est donc audacieux pour l’entrepreneur sud-africain. Non seulement il s’attaque aux géants du complexe militaro-industriel américain (Boeing notamment), mais il affronte également des nations étrangères telles que la Russie ou la Chine. Un environnement aussi hostile que les abords d’un volcan en éruption. Cela dit, ses concurrents peu méfiants ne vont pas du tout prendre au sérieux le créateur de SpaceX et sa stratégie du low cost. Les premières tentatives vont leur donner raison.

• Des premiers essais chaotiques

Réaliser quelque chose d’inédit n’est pas sans risque. Les débuts de SpaceX sont délicats. Elon Musk essuie plusieurs revers avec sa première fusée : le Falcon 1. C’est simple, les trois premiers essais (entre 2006 et 2008) sont des fiascos. Aucune fusée ne réussit son lancement, pour divers motifs : panne de moteur, collision, etc. Malgré la pression et les sommes engagées, l’entrepreneur n’abandonne pas. Selon lui, l’échec fait partie du processus et n’est pas une fin en soi. Et l’avenir va lui donner raison.

• Mission accomplie

Lors de la quatrième tentative en septembre 2008, le lancement de la Falcon 1 est un succès. La suite ? Un contrat signé avec la NASA (2008-2015), afin de transporter du fret ainsi que l’équipage jusqu’à la station spatiale internationale. Pour cela, SpaceX propose de construire un nouveau modèle de fusée : la Falcon 9 et le vaisseau cargo spatial Dragon. Un engin unique dans sa création, car tous les composants vont être conçus par SpaceX. En développant ce lanceur, l’entreprise souhaite appliquer sa stratégie initiale :

  • fournir un équipement susceptible de baisser fortement le coût de mise en orbite ;
  • récupérer et réutiliser les étages de la fusée.

Résultat ? Le 22 décembre 2015, la Falcon 9 devient la première fusée mise en orbite à atterrir sans encombre. La mission de SpaceX est un succès, et le pari réussi pour Elon Musk. Même si par la suite, un scandale vient éclabousser la compagnie en 2016. En effet, la Falcon 9 explose et détruit un satellite appartenant à une société israélienne. Un événement qui met SpaceX dans une situation financière délicate. Ceci dit, cela ne freine en rien les ambitions du dirigeant de Solar City, dont le contrat avec la NASA est prolongé jusqu’en 2024.

Elon Musk et SpaceX : une révolution spatiale - Le blog du hérisson

SpaceX : une organisation innovante pour atteindre les étoiles

• L’organisation d’une start-up, mais les moyens d’une multinationale

L’organisation et le management chez SpaceX peuvent détonner, surtout dans une industrie où les pratiques n’ont pas ou très peu évoluées depuis les années 1960. Pour appliquer au mieux sa stratégie, Elon Musk a mis en place une structure flexible capable de s’adapter aux demandes des clients, ainsi qu’aux contraintes du marché. L’entreprise fonctionne donc à taille humaine avec une configuration simple et une réduction du nombre d’intermédiaires. Le but ? Accélérer le processus de décision, afin d’arriver à des résultats plus rapides.

Cette pensée dite « agile » existe dans d’autres domaines, mais en l’employant dans l’aérospatiale, Elon Musk marque une rupture avec ses rivaux. Cette culture plus start-up permet à la société de faire des progrès considérables en quelques années. À l’inverse de ses concurrents où une hiérarchie lourde ainsi qu’une multiplication des intermédiaires empêchent toute avancée majeure. Même les clients reconnaissent une plus grande simplicité à travailler avec les équipes de SpaceX.

Cette rupture se note aussi dans la façon dont les locaux sont organisés. Ceux qui visitent l’usine de SpaceX à Hawthorn près de l’aéroport de Los Angeles comparent l’endroit à une véritable fourmilière. Tout le monde côtoie tout le monde. Ainsi, les informaticiens peuvent croiser les mécaniciens, les ingénieurs peuvent échanger avec les techniciens. Là où ses concurrents privilégient la segmentation des activités, Elon Musk préfère le mélange. Les visiteurs assistent donc à un savant cocktail de bruit et de chaos que le dirigeant juge nécessaire afin d’atteindre les objectifs de l’entreprise.

• Objectif : Mars 2024

Sur sa lancée, SpaceX vient de réussir le 50ème atterrissage de sa Falcon (le 6 mars 2020). La Falcon 9 et sa capsule Dragon avaient pour mission de transporter des fournitures pour la NASA. Mais ce n’est pas tout. Toujours dans une volonté d’entrer dans la légende, les sociétés Axiom Space et SpaceX ont conclu un accord pour envoyer trois touristes dans l’espace. Prix de la place ? Environ une cinquantaine de millions d’euros, avis  aux amateurs ! Le vol est prévu en 2021 et deviendra le premier de l’histoire géré par des opérateurs privés. Cependant, l’objectif ultime d’Elon Musk est d’envoyer des hommes sur Mars en 2024, un premier pas vers la colonisation de la planète rouge. Irréaliste ? Inconcevable ? Chacun a son opinion. Une chose est sûre Elon Musk n’a pas fini de nous étonner.

La conquête de l’espace a longtemps été du ressort des grandes nations. Mais Elon Musk aime le risque et le pari audacieux au départ, s’est transformé en pari gagnant. L’homme souvent moqué est aujourd’hui un partenaire important de la NASA. Alors, qui sait si lui ou son héritage ne sauvera pas l’humanité…

Et vous qu’en pensez-vous ? Elon Musk, vendeur de rêve ou héros des temps modernes ?

Mike Ahamed

Elon Musk et SpaceX : une révolution spatiale

Laisser un commentaire