Le Voyage d’Aliosha, entre URSS et Tibet

Bienvenue dans Le Voyage d’Aliosha, entre URSS, Mongolie et Tibet des années 1950. Le Voyage d’Aliosha est un roman illustré multimédia interactif écrit et co-illustré par Tenzin Tsémé, co-illustré par Hari G. Berry et mis en musique par Jean-Marie de Sainte Marie. L’auteure vous emporte dans des contrées lointaines à la découverte de la Sibérie, des steppes mongoles et à Lhassa, où vivait le Dalaï Lama avant l’invasion chinoise de 1959.

Le Voyage d’Aliosha, entre URSS et Tibet - Le blog du hérisson
©Tenzin Tsémé

Le site Le blog du hérisson a reçu son auteure pour un entretien au cours duquel vous saurez tout sur la technique de l’écriture d’un roman et comment trouver un éditeur.

Interview de Tenzin Tsémé, l’auteure du roman Le Voyage d’Aliosha

Le blog du hérisson : Bonjour Tsémé, merci d’accorder cette interview exclusive à notre site.  Peux-tu nous parler un peu de toi et du Voyage d’Aliosha et comment t’est venue l’idée de ce roman illustré musical interactif ? Quelles ont été tes techniques d’écriture ? Pourquoi un support multimédia interactif ? Comment as-tu trouvé ton éditeur ?

Tenzin Tsémé : Merci de me recevoir ! Je suis Tenzin Tsémé (qui est mon nom bouddhiste), J’ai la chance d’habiter les Pyrénées Orientales au bord de la mer. Je suis rédactrice et modératrice web freelance de profession après avoir été chef d’entreprise et responsable dans les assurances. Ma vie a pris un nouveau tournant en 2016 et je ne regrette rien.

J’ai vécu quelques temps à Moscou à la fin des années 1990. Mon premier voyage en URSS remonte aux années 1980, où j’ai traversé une partie du pays en transsibérien et ai nagé dans le lac Baïkal. J’ai également appris le russe. Vous l’aurez compris, j’aime la Russie !

Je suis bouddhiste depuis plus de 20 ans et participe, en tant que webmaster bénévole, au développement d’une petite maison d’édition qui a tout d’une grande !

Le Voyage d’Aliosha relate les aventures d’un jeune soviétique, sous l’ère de Staline, qui découvre le bouddhisme. Poursuivi par le MVD (actuellement le KGB) il décide de quitter l’URSS pour le Tibet afin d’y suivre des enseignements. Il va partir pour le voyage de sa vie et faire des rencontres improbables.

Le Voyage d’Aliosha est le résultat de plusieurs années d’écriture et de création d’illustrations. C’est mon premier roman après un ouvrage sur un loisir créatif et deux sur la confiance en soi et la méditation.

Voilà pour ma petite présentation. Parlons maintenant de l’écriture.

• Pourquoi créer des fiches de personnages lorsque l’on écrit un roman ?

Le blog du hérisson : parle-nous de ces fameuses fiches de personnages, pourquoi sont-elles nécessaires ?

Tenzin Tsémé : J’avais déjà en tête : les lieux, l’ambiance, le thème. J’ai donc commencé par écrire un premier jet de 40 pages. J’ai ensuite mis en place les différents chapitres, créé des fiches de personnages en y définissant, pour chacun d’eux :

  • son nom et son prénom ;
  • son physique ;
  • ses traits de caractère ;
  • ses liens familiaux.

Ces fiches sont primordiales lorsque l’on désire écrire un roman. Elles permettent de rester fidèle aux personnages, de ne pas oublier leur identité et de les imaginer en s’appuyant sur des expériences personnelles ou non. Ce dernier point est important, car l’imagination fait le roman. Vivre les mêmes aventures que son héros, ressentir ses moments de doute, ses instants de bonheur puis les retranscrire en trouvant les bons mots est un véritable challenge pour l’auteur. C’est aussi un véritable voyage intérieur pour l’auteur.

J’ai ensuite repris chaque chapitre en ajoutant des dialogues, des narrations et des descriptions fidèles, puisque mon roman se passe en ex-URSS, en Mongolie et au Tibet.

• Comment trouver l’idée de son futur roman ?

Le blog du hérisson : as-tu quelques pistes à nous donner pour trouver une idée de roman à écrire ?

Tenzin Tsémé : chaque auteur est différent mais je suis persuadée que l’idée s’appuie toujours sur un ou plusieurs de ces 5 points :

  • une expérience personnelle ;
  • un fait historique ;
  • une anticipation de notre monde ;
  • une conviction ;
  • une imagination pure.

Nul ne peut écrire sans avoir des connaissances solides sur le thème qu’il désire aborder. Le lecteur doit s’y retrouver, suivre les personnages, comprendre l’histoire et l’aimer. Pas évident de concilier tous ces points. Il faut donc principalement penser au lecteur. Ces 5 inspirations ont nourri mon imagination au cours de l’écriture.

Je peux donc donner le conseil de réfléchir individuellement à ces 5 points et de noter l’idée principale et celles connexes. Un auteur a toujours sur lui un petit carnet pour écrire des bribes d’idées qu’il pourra toujours exploiter.

Partager son expérience personnelle avec le lecteur

Sauf à écrire une autobiographie, l’expérience personnelle peut parfois se glisser dans un  roman : un souvenir d’enfance, un moment de vie heureux ou malheureux que l’on va décliner au fil des pages. Ainsi, le lecteur trouve dans mon roman certains pans de ma vie personnelle. Ce sont des moments qu’il faut partager avec le lecteur, ils participent au côté vivant du roman.

Choisir un fait historique comme l’époque de son roman

En prenant une base historique, l’auteur peut s’appuyer sur une époque et décliner son histoire autour de ce thème. Mais, attention, il faut prendre garde à bien se documenter sur les habitudes de vie, les décors, les vêtements, les caractères de l’époque, etc. Tout est à prendre en compte afin de ne pas commettre d’erreur chronologique.

J’ai donc choisi deux points historiques pour situer Le Voyage d’Aliosha : l’URSS et l’ère de Staline puis le Tibet avec les prémices de l’invasion chinoise. Je me suis beaucoup documentée pour retranscrire au mieux cette époque. Mais attention, internet ne regorge pas toujours de sources fiables !

Choisir le monde de l’anticipation pour un roman

Notre imagination nous emporte parfois au-delà de notre monde. C’est ainsi que sont nés :

  • l’Héroic Fantasy ;
  • la Science Fiction ;
  • les romans d’anticipation.

Là encore, l’auteur doit être vigilant et suivre fidèlement une trame dans son récit. Les faits seront ainsi liés les uns aux autres et l’histoire devra être compréhensible. Le héros doit mener le roman, et donner l’impression d’exister dans ce monde inventé. N’oublions pas que le lecteur a besoin de trouver une base dans les pages du roman, pour le comprendre et se l’approprier.

Le Voyage d’Aliosha n’est pas un roman d’anticipation. J’ai malgré tout orienté certains passages de celui-ci autour de scènes à la limite de l’anticipation.

Utiliser ses convictions pour partager et transmettre

Tout le monde n’écrit pas un roman politique ! Peu importe ses convictions, il est important de les transmettre avec le plus de sincérité possible. Je suis à la fois bouddhiste et artiste depuis des années, j’ai eu à coeur de transmettre ces principes qui aident tant de personnes à travers le monde à travers :

  • des méditations ;
  • l’analyse de soi ;
  • des prières bouddhistes ;
  • des enseignements courts.

Le Voyage d’Aliosha n’est pas un roman prosélyte ! Il s’agit d’expliquer au lecteur que la quête du bonheur (vers lequel nous tendons tous) passe par une connaissance de soi. Apprendre à dire non, s’éloigner des personnes toxiques, passer du temps avec soi et prendre les décisions qui s’imposent parfois. Je pense qu’Aliosha transmet parfaitement bien ces valeurs qui lui sont chères. Il a vécu des moments compliqués qu’il a su apaiser en se concentrant sur ces nouvelles valeurs de vie.

Le Voyage d’Aliosha, entre URSS et Tibet - Le blog du hérisson
©Tenzin Tsémé

Pourquoi un roman illustré musical interactif ?

Le blog du hérisson : pourquoi as-tu décidé d’intégrer des illustrations et de la musique dans Le Voyage d’Aliosha ? Qu’entends-tu par roman interactif ?

Tenzin Tsémé : je suis également artiste-peintre, sculpteur et ancienne musicienne. Mon mari est compositeur et ingénieur du son. Je ne pouvais donc qu’écrire qu’un roman illustré musical. Je voulais un concept novateur qui intégrerait, en plus des illustrations et de la musique, de l’interactivité.

• Les illustrations du Voyage d’Aliosha

J’ai donc créé mes propres illustrations de paysages, de villes et d’intérieurs de maisons entièrement à la main, à l’ancienne ! Je me suis entourée de ma meilleure amie, Hari G. Berry qui a créé les personnages du roman en suivant les fiches de personnages que nous venons d’évoquer. Elle a parfaitement su retranscrire chacun d’entre eux. Le roman possède donc plus de 80 illustrations que le lecteur retrouvera au fil des 3 tomes.

• La musique du Voyage d’Aliosha

Mon mari a immédiatement adhéré au projet. Il est en cours de composition de la musique du roman. Elle sera disponible, courant 2021, sous forme de CD et d’un fichier à télécharger sur le site du Voyage d’Aliosha.

• La version audio du roman

J’ai de suite pensé aux personnes malvoyantes. Je suis en train de terminer l’enregistrement audio. Des passages musicaux seront incorporés au texte pour que l’auditeur participe davantage à l’ensemble du projet.

• Aliosha et l’interactivité

L’interactivité signifie intégrer une notion de dialogue entre le lecteur et le roman. Des informations supplémentaires sont offertes sous forme de bonus, disponibles sur le site du Voyage d’Aliosha.

Chaque illustration possède son propre QR Code, lu par le téléphone portable ou la tablette tactile du lecteur. Il suffit de le scanner pour arriver sur une page bonus qui augmente l’expérience de lecture :

  • illustration en couleur ;
  • texte complémentaire ;
  • vidéos ;
  • photos ;
  • musique.

C’est une nouvelle façon de lire et de se documenter sans quitter le monde dans lequel évolue le personnage principal.

Le Voyage d’Aliosha, entre URSS et Tibet - Le blog du hérisson
©Tenzin Tsémé

Comment trouver une maison d’édition et transmettre son manuscrit ?

Le blog du hérisson : le monde de l’édition est parfois assez obscur et trouver un éditeur relève souvent du parcours du combattant pour un premier livre. Comment trouver une maison d’édition ? Parle-nous de ton éditeur.

Tenzin Tsémé : je vais donner quelques astuces avant d’envoyer un manuscrit à différents éditeurs et de parler de mon éditeur, Nombre 7 situé à Nîmes :

  • relire parfaitement le texte : orthographe, syntaxe, déroulé de l’histoire, etc. ;
  • le faire corriger puis relire par un.e professionnel.le ;
  • soigner sa présentation ;
  • respecter les règles de l’Imprimerie Nationale ;
  • préparer un dossier de présentation ;
  • vérifier que la maison d’édition est dans la thématique ;
  • sélectionner plusieurs maisons d’édition ;
  • et… s’armer de patience !

J’ai donc suivi point par point cette petite liste. J’ai lu et relu, corrigé, supprimé, amélioré et revu certains passages. Puis j’ai passé le tout au correcteur orthographique.

Le Voyage d’Aliosha a été ensuite contrôlé par une relectrice-correctrice professionnelle. Il ne faut absolument pas avoir peur de faire relire son roman et ne pas se sentir vexé.e par les commentaires qui seront faits. Ils ne peuvent qu’améliorer le texte.

Pour en venir à l’éditeur, mon premier conseil est de vérifier que la thématique du roman colle à la ligne éditoriale de la maison d’édition. Certaines d’entre elles n’éditent que des romans de science-fiction, d’autres uniquement du roman jeunesse.

Il est ensuite nécessaire de vérifier le format de manuscrit accepté par chaque maison d’édition. Rien ne sert d’envoyer un manuscrit par mail si la maison n’accepte que des formats papier et inversement.

Sachez que le délai de réponse varie de quelques semaines à plusieurs mois. Le site web de chaque maison d’édition précise ces délais.

J’ai eu le plaisir d’être retenue par Nombre 7, une maison d’édition située à Nîmes qui édite à compte d’éditeur. J’ai simplement reçu un appel d’un des dirigeants m’apportant la bonne nouvelle. Comme pour mon premier ouvrage (le Dictionnaire du Scrapbooking) la réponse a été rapide. Je suis ravie de cette collaboration où l’équipe se met vraiment à l’écoute de l’auteur.

Et la suite ? Où trouver les 3 tomes du Voyage d’Aliosha ?

Le Voyage d’Aliosha, entre URSS et Tibet - Le blog du hérisson
©Hari G. Berry

Le blog du hérisson : peux-tu nous dire où nos lecteurs peuvent se procurer les 3 tomes du roman ?

Tenzin Tsémé : nous allons commencer les préventes au mois de septembre 2020 sur le site du Voyage d’Aliosha. Nous travaillons à l’heure actuelle sur la communication autour de ce lancement.

Je veux d’ores et déjà vous dire que les 50 premiers lecteurs seront gâtés car ils recevront les 3 tomes du roman accompagnés de goodies (petits cadeaux) que nous joindrons à l’envoi. Ces exemplaires seront également dédicacés par l’auteure et les illustratrices !

Le roman sera également en vente sur le site de notre éditeur et sur les sites habituels de vente en ligne.

Le blog du hérisson : merci, Tsémé, pour cet entretien fort sympathique que nos lecteurs, intéressés par l’écriture, auront apprécié. Nous te souhaitons une bonne continuation.

Tenzin Tsémé : merci au site Le blog du hérisson pour cette interview et à très bientôt.

Interview réalisée le 17 août 2020 par Véronique Alber Latour

Laisser un commentaire