TDAH : 4 % des adultes seraient hyperactifs !

Trouble neurologique bien connu de certains parents, l’hyperactivité est régulièrement observée chez les enfants. Mais depuis peu, ce n’est pas envers les 5 à 8 % d’entre eux que se penchent les professionnels de santé. Mais bien vers les 4 % des adultes qui seraient également hyperactifs ! Alors, comment comprendre et traiter ce TDAH qui survient surtout durant l’enfance, mais aussi à l’âge adulte ? Réponse avec une éternelle rêveuse.

TDAH : 4 % des adultes seraient hyperactifs ! - Le blog du hérisson
©Debrocke Corbis

Le TDAH, un mal pas si enfantin

Bonjour, moi, c’est Margot et je souffre du Trouble De l’Attention avec Hyperactivité. Pas d’un niveau élevé certes, mais qui a, jusqu’à présent, pas mal bouleversé mon quotidien. À 24 ans, je ne me suis rendu compte que récemment que j’avais des caractéristiques typiques d’une hyperactivité. Pour faire court, je pense trop ! Beaucoup trop. Mon esprit est sans cesse en ébullition et regorge d’idées farfelues ! J’oublie facilement mes affaires, finis toujours par abandonner un projet au profit de Netflix et passe parfois des heures à rêver éveillé ! Ce qui, je l’avoue, ne m’aide pas du tout dans ma vie personnelle et professionnelle !

Souvent gênant et parfois handicapant, le Trouble De l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) n’a été cliniquement décrit qu’au début du 19e siècle. D’abord appelé le Syndrome de l’enfant hyperactif en 1968, c’est aux alentours des années 1980 que les notions de trouble de l’attention et d’impulsivité, telle que nous les connaissons aujourd’hui, voient le jour.

Bien qu’il existe davantage de données collectées et de recherches effectuées au niveau de la petite enfance, on sait à présent que ce phénomène neurologique peut parfaitement perdurer dans le temps. On le retrouverait, en effet, chez 40 à 70 % des adolescents et chez plus de 4 % des adultes

Parmi ces derniers, près de la moitié aurait déjà souffert du TDAH dans leur jeunesse. Mais pour les autres, le diagnostic est parfois plus tardif. Les raisons de ce retard ? Le plus souvent une méconnaissance de cette surcharge mentale (et donc l’absence de suivi) et plus rarement, d’un choc psychologique.

Ce mal, pas si enfantin, ayant de forts impacts sur la vie quotidienne de la personne, il est absolument nécessaire de bien connaître les différents facteurs qui influencent son niveau d’intensité.

Parmi les causes et conséquences les plus récurrentes de l’hyperactivité, on peut alors citer :

  • Méconnaissance du problème ;
  • Choc émotionnel/psychologique ;
  • Environnement, cadre de vie ;
  • Hérédité, soucis de santé ;
  • Échec scolaire ;
  • Rupture amoureuse ;
  • Disputes, énervements ;
  • Conflits familiaux ;
  • Burn out, dépression ;
  • Manque d’estime/confiance en soi :
  • Difficulté dans la vie personnelle/professionnelle ;
  • Manque de crédibilité/de confiance ;
  • Dépendance, addictions ;
TDAH : 4 % des adultes seraient hyperactifs ! - Le blog du hérisson
©Debrocke Corbis

Un quotidien rythmé par l’hyperactivité

D’un point de vue physique, l’hyperactivité amène également son lot de dégâts. Chaque jour, je me sens épuisée par ce flot permanent d’idées. Il m’arrive même de faire des siestes de 3 h 00 en pleine après-midi. En revanche, quand je suis éveillé, c’est le silence et la solitude qui m’effraie ! Je ressens immédiatement le besoin de sortir, d’être entouré ou de mettre de la musique. Il m’arrive aussi de développer des tics nerveux ou certains TOC (comme une impatience excessive, des mouvements répétés…). Choses que mes proches me font de temps en temps remarquer. De ce fait, je suis très sensible au regard des autres et la confiance en soi n’a jamais vraiment été l’un de mes points forts.

Facilement identifiable, le TDAH implique généralement des difficultés de concentration ainsi qu’un besoin permanent de mouvement. Bien que, la plupart du temps, les symptômes soient de nature et d’intensité différentes en fonction de l’individu. Malgré cette diversité de cas, tous ces indicateurs sont généralement regroupés en trois grandes catégories : l’hyperactivité motrice (incapacité à contrôler ses mouvements physiques), l’impulsivité (comportement irréfléchi) et l’hyper-réactivité émotionnelle (implication disproportionnée des sentiments). En ce qui concerne le diagnostic, deux étapes s’imposent : passer le test TDAH adulte ASRS v1.1 délivrée par l’OMS (Organisation Mondial de la Santé) et obtenir un avis médical de la part d’un professionnel de santé (dans ce contexte si : psychothérapeute, psychologue, médecin spécialisé… ). Ces derniers sont alors amenés à réaliser un bilan neuropsychologique, biologique et parfois même une exploration du sommeil. Cette étude approfondie du lobe frontal (siège de la pensée) et de ce qui s’y passe, donne ensuite lieu à un traitement adapté à chacun.

Pour y voire plus clair, voici la liste des principaux symptômes qui caractérisent un quotidien rythmée par l’hyperactivité :

  • Difficultés de concentration/d’organisation ;
  • Tendance à la procrastination/ne jamais finir ce qui est commencé ;
  • Oubli répété de choses matérielles (clés, outils …) et/ou immatériel (rendez-vous, consignes…) ;
  • Réalisation de tâches chronophages et souvent inutiles (listes, distractions …) ;
  • Overthinking (un questionnement mental permanent) / rattacher des sujets de conversations sans aucun lien ; 
  • Rêveries excessives/fuite de la réalité ;
  • Fatigue quotidienne/sieste à rallonge ;
  • Incapacité de rester calme et/ou sans activité ;
  • Parler sans s’arrêter (logorrhée) / impatience ;
  • Hyperémotivité ;

TDAH : 4 % des adultes seraient hyperactifs ! - Le blog du hérisson

Adoptez la zen-attitude

Heureusement, j’ai maintenant conscience de mon problème et ai toutes les clés en main pour en découdre avec ce trop-plein d’énergie. Je me suis mise au yoga, à la méditation et à pratiquer diverses techniques de relaxation. Ça m’a vraiment permis de calmer mon esprit agité et de prendre, davantage, le contrôle de mes émotions. J’ai également tenté différents remèdes de grands-mères, du style Fleurs de bach et séances d’hypnose. Au final, j’ai compris que toute cette excitation intérieure pouvait être maîtrisée avec, pour ma part, une bonne dose de volonté et une autodiscipline de fer. Ça m’a littéralement transformée ! Je suis à présent capable de tenir mes engagements et d’avancer plus sereinement dans ma vie.

Comme pour les symptômes, les traitements déployés pour traiter ce trouble psychique sont multiples. Les personnes ayant leur majorité peuvent alors avoir recours à différents traitements naturels (tels que la sophrologie, le mouvement Slow, …), à des traitements médicamenteux (tels que le méthylphénidate, les fleurs de Bach, …) et/ou à un accompagnement psychologique (avec la Thérapie Cognitivo Comportementale, le neurofeedback, …). 

Tandis que pour les moins de 18 ans, ce sont avant tout les notions d’éducation et de compétences cognitives/motrices qui sont mises en avant. Toutes ces solutions ne seraient pas, cependant, à 100 % efficaces sans les deux principaux éléments qui définissent tous changements. À savoir prendre conscience du problème et posséder une certaine volonté.

Il est donc entièrement possible de trouver la paix intérieure et de canaliser son taux de dopamine. Le but étant d’adopter la zen-attitude pour se reconnecter à la réalité et vivre plus sereinement.

Malgré tout le mal que l’on peut dire de lui, on reconnaît néanmoins au TDAH un certain nombre de points forts. Comme par exemple, le fait de rendre plus enthousiaste, créatif et original !

Myriam Gauche

2 réflexions sur “TDAH : 4 % des adultes seraient hyperactifs !

  • 9 septembre 2021 à 9 h 17 min
    Permalien

    Article très intéressant. Il est vrai que l’hyperactivité est souvent associée à l’enfance. Elle a pourtant des effets conséquents dans la vie d’un adulte.

    Répondre
    • 9 septembre 2021 à 11 h 49 min
      Permalien

      Merci pour ton commentaire Adriana. Effectivement, hyperactivité et enfants sont souvent liés mais certains adultes peuvent également être hyperactifs.

      Répondre

Laisser un commentaire