Automédication naturelle chez le chien

Saviez-vous que les animaux vivant à l’état sauvage se soignent ? Grâce à leur instinct et leur odorat, ils sont capables de sélectionner les principes actifs des plantes médicinales présentes dans leur environnement. Sabrina Krief, vétérinaire étudiant les chimpanzés en liberté en Ouganda, s’est par exemple aperçue que les individus atteints de parasites intestinaux arrachaient l’écorce Albizia grandibracteata, un arbre local, qu’ils mastiquaient longuement. L’analyse des selles avant et après la consommation du remède naturel indique une disparition totale des parasites. Votre chien, bien que domestiqué, a gardé la capacité de reconnaître les plantes nécessaires à son bien-être. Ce comportement naturel, également appelé zoopharmacognosie, permet à l’animal de retrouver son équilibre physique, physiologique et émotionnel. Décodage du processus d’automédication naturelle chez le chien.

L'automédication naturelle chez le chien - Le blog du hérisson

Les fondements de cette médecine naturelle

Le principe fondamental de l’automédication naturelle consiste à laisser l’animal sélectionner librement le remède dont il a besoin. Comme ses cousins sauvages, votre compagnon a gardé la capacité de reconnaître l’intérêt d’un extrait naturel en fonction de son état de santé. Votre rôle consiste à présenter au chien une succession de remèdes et de déterminer s’il en retire un bénéfice ou non. L’observation du comportement de son chien est primordiale : si la réaction est positive, on laissera l’extrait à sa disposition, si au contraire elle est négative, la substance sera ôtée. Au début, le décodage du langage corporel canin n’est pas évident. Mais, avec un peu d’entraînement, on apprend rapidement à qualifier la réponse de son animal.

Réponses positives :

  • Clignement des yeux, yeux lourds
  • Changement du rythme respiratoire
  • Gonflement des narines et des joues
  • Détente musculaire
  • Bâillement
  • Respiration par la bouche
  • Léchage de l’air

Réponses négatives :

  • Manque d’intérêt
  • Distraction

Attention, n’imposez jamais une substance. C’est l’animal qui décide. Si un remède est nécessaire, votre chien jaugera lui-même de la quantité requise. Il s’éloignera de l’extrait dès qu’il n’en aura plus besoin.

Déroulement d’une séance de zoopharmacognosie avec son chien

• La préparation de l’espace de travail et des remèdes

Pour commencer, veillez à sélectionner un environnement calme. Installez-y un panier confortable ou une couverture moelleuse afin que le chien puisse s’y coucher s’il en éprouve le besoin. Pensez à toujours lui fournir de l’eau fraîche. Si la zone choisie est grande, l’animal devra être tenu en laisse au début. Elle permettra de recentrer le chien sur la séance de zoopharmacognosie s’il est tenté de se promener dans la pièce. Retenez néanmoins qu’il doit pouvoir s’éloigner des plantes qu’on lui proposera s’il le souhaite. Une longueur d’environ 1.5 mètre est parfaite. Gardez à portée de main l’ensemble des remèdes que vous comptez présenter au chien. La séance est un moment calme pour votre animal. Si vous l’interrompez pour chercher un produit manquant, il risquera de se déconcentrer et vous aurez certainement du mal à poursuivre le travail commencé. Privilégiez un espace de travail facilement lavable pour simplifier le nettoyage en cas de taches.

• Les remèdes pour soigner un chien par l’automédication

Les extraits thérapeutiques dont le chien disposerait s’il vivait à l’état sauvage lui seront proposés à travers les huiles essentielles, les hydrolats, les macérâts, les argiles ou encore les huiles végétales. Chaque plante possède ses propres caractéristiques. Une connaissance en aromathérapie, phytothérapie et herboristerie est nécessaire pour traiter son chien en toute sécurité. Les végétaux, bien qu’étant des produits naturels, se composent de molécules chimiques très puissantes. Les cétones monoterpéniques présentes dans certaines huiles essentielles provoquent par exemple des convulsions et peuvent endommager le système nerveux. Si vous êtes intéressé de soigner votre chien naturellement, renseignez-vous auprès de professionnels en naturopathie pour chien ou en automédication animale. Une fois certaines précautions prises, vous pourrez profiter pleinement des remèdes offerts par Mère Nature.

• Les différentes voies d’application des extraits en automédication animale

La décision de la voie d’application est déterminée par le chien. En fonction de l’origine de la douleur ou des symptômes, il en privilégiera l’une ou l’autre. Rappelez-vous : son métabolisme est capable de choisir la posologie nécessaire à sa guérison par automédication animale.

► Inhalation

L‘inhalation est la voie la plus rapide vers le cerveau. Commencez par présenter l’huile entre dix et trente centimètres du nez de votre chien. Rapprochez ensuite progressivement la bouteille jusqu’à ce que l’animal en détourne la tête. Ce sera le signe que la distance est optimale pour lui.

► Ingestion

L’ingestion, voie privilégiée par les animaux sauvages, permet une diffusion dans le sang par le biais de l’absorption intestinale. Cette technique consiste à avaler le remède.

► Administration sublinguale

L’administration sublinguale consiste quant à elle à lécher l’extrait. Avec cette méthode, le composant ne transite pas par le système digestif, mais rejoint la circulation sanguine directement depuis la région buccale fortement innervée. Cette voie d’application maximise la puissance du médicament naturel puisque le foie ne pourra pas en détruire les molécules. Proposez le traitement en frottant l’huile essentielle choisie entre vos doigts. Si le chien les lèche, offrez-lui quelques gouttes supplémentaires en suivant le même processus.

► Topique

En zoopharmacognosie canine, vous pouvez également proposer les remèdes par voie topique. Les molécules des huiles essentielles sont capables de traverser les couches supérieures de la peau de votre chien, mais aussi d’être absorbées par les glandes pileuses. Généralement, l’animal privilégie ce type d’application lorsqu’il souffre de douleurs superficielles telles que des brûlures ou des allergies voire des problèmes musculaires. Si la zone à traiter est importante, vous pouvez mélanger l’huile choisie avec du gel d’aloe vera. Commencez par lui faire sentir l’extrait. Observez bien si le chien regarde une partie de son corps ou même s’il vous la présente spontanément. Appliquez le traitement, jusqu’à ce que votre compagnon à quatre pattes s’éloigne : ce sera le signe qu’il en a reçu suffisamment.

Automédication naturelle chez le chien - Le blog du hérisson
Chien inhalant de l’huile essentielle de basilic

L’ordre de présentation des plantes médicinales selon Caroline Ingraham

Caroline Ingraham est une experte anglaise de l’automédication animale. Elle a consacré les trente dernières années à la recherche et à l’observation des comportements d’autoguérison des animaux. Elle intervient régulièrement dans le cadre de congrès et conférences. Caroline a également publié plusieurs livres sur l’automédication naturelle. Sa méthode, baptisée Applied zoopharmacognosy (zoopharmacognosie appliquée), préconise la présentation des remèdes selon la chronologie suivante :

1. Nutriments

Préparez des petits bols en plastique que vous poserez à même le sol. Laissez votre chien se servir, selon ses besoins. Les contenants renfermeront les nutriments suivants :

  • Spiruline (humidifiez une moitié avec de l’eau et laissez l’autre sèche : votre chien pourra choisir la texture qu’il préfère)
  • Blé d’orge (procédez de la même façon moitié sec, moitié humide)
  • Poudre de racine de réglisse (humidifiez une moitié avec de l’huile de son de riz ou d’huile de fleur de passion)
  • Poudre d’églantier (moitié-moitié selon le même procédé que la poudre précédente)

Attention, n’excédez pas 25 ml d’huile pour un petit chien, 50 ml pour un grand. Bannissez-la complètement si votre animal de compagnie souffre ou a souffert de pancréatite. Dès que votre compagnon ne s’intéressera plus à ces nutriments, passez à l’étape suivante.

2. Remèdes pour problèmes urinaires, stérilisation et soutien hormonal

  • Huile essentielle de bois de santal
  • Huile essentielle d’achillée millefeuille ou huile essentielle de camomille allemande
  • Macérat de millepertuis
  • Huile essentielle de gaulthérie

3. Huiles essentielles antibactériennes, soutien du système immunitaire et de l’estomac

  • Huile essentielle de camomille allemande
  • Huile essentielle de gingembre
  • Huile essentielle de fenouil
  • Huile essentielle de thym
  • Huile essentielle d’ail
  • Huile essentielle de poivre noir
  • Huile essentielle de basilic
  • Huile essentielle d’amande amère

4. Huiles essentielles et macérats huileux contre la douleur

  • Macérat de millepertuis
  • Huile essentielle de bouleau
  • Huile essentielle de gaulthérie
  • Huile essentielle de menthe poivrée
  • Huile essentielle de carotte

5. Huiles essentielles contre les problèmes comportementaux

  • Huile essentielle de chanvre
  • Huile essentielle de valériane
  • Huile essentielle de vétiver
  • Huile essentielle de néroli
  • Huile essentielle d’encens
  • Huile essentielle d’ylang-ylang

Cette méthodologie permet de passer en revue l’ensemble des besoins du chien en commençant par ses impératifs physiologiques et en terminant par les aspects comportementaux. Cette technique tient compte de la pyramide de Maslow, qui détermine l’ordre de satisfaction des besoins d’un être vivant. Il nécessite l’assouvissement de ses impératifs primaires, avant de pouvoir se préoccuper des secondaires. Il procède par palier. Dès qu’une exigence du niveau inférieur est satisfaite, il pourra s’occuper des besoins suivants. Si vous voulez en apprendre plus, le site internet de Caroline Ingraham regorge de ressources, certaines gratuites, pour en savoir davantage sur sa méthode. Le contenu n’existe cependant qu’en anglais.

Automédication naturelle chez le chien - Le blog du hérisson

Les pathologies guérissables grâce à l’automédication naturelle chez le chien

La liste des troubles soignables chez son chien grâce à l’automédication est aussi vaste que celles des maladies canines :

  • Douleurs
  • Problèmes digestifs
  • Otites
  • Blessures, brûlures
  • Problèmes oculaires
  • Allergies…

Il faut cependant toujours garder à l’esprit que cette médecine douce ne se substitue en aucun cas à l’avis d’un vétérinaire. Elle est complémentaire au traitement prescrit par le spécialiste. Elle possède néanmoins l’avantage, si elle est utilisée régulièrement, de permettre au chien de se soigner avant l’apparition des symptômes ou de traiter des troubles invisibles pour ses maîtres.

L’automédication naturelle chez le chien permet de créer un lien particulier entre votre animal et vous. Au fil des séances, il assimilera que vous êtes à l’écoute de ses besoins et que vous lui offrez l’occasion d’être acteur de son bien-être. Il vous suffira d’installer votre matériel pour que votre ami à quatre pattes s’approche gaiement de vous. Vous pourrez certainement même alléger vos factures de vétérinaire en traitant le mal à la racine. Alors, êtes-vous prêt à vous lancer et offrir un moment de bien-être à votre compagnon ?

Les mots de Solange

Laisser un commentaire