Comment fonctionne l’intelligence émotionnelle ?

Découvrez comment fonctionne l’intelligence émotionnelle et ce qu’elle peut vous apporter dans votre vie professionnelle. En découvrant ses secrets et ses origines, vous pourrez tirer le meilleur profit de l’intelligence émotionnelle pour atteindre vos objectifs, c’est garanti.

Comment fonctionne l’intelligence émotionnelle ? - Le blog du hérisson

A quoi sert l’intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle interagit dans vos processus cognitifs. En d’autres termes, elle analyse vos émotions. Par ailleurs, l’intelligence émotionnelle joue un rôle essentiel pour l’individu et son environnement. Sa particularité est qu’elle mêle 2 notions qui sont sensiblement opposées :

  • Le mot “intelligence” représente la capacité de raisonner et d’analyser une situation.
  • Le mot “émotions” se définit par des réactions primaires qui sont difficilement maîtrisables dans certaines circonstances, lors d’un événement déclencheur particulier au travail tel qu’un conflit ou toute autre situation de la vie quotidienne.

De ce fait, il peut paraître surprenant que le concept d’intelligence émotionnelle puisse unir ces 2 notions à travers ces mots si distincts et que tout oppose. Néanmoins, l’intérêt de leur union a été étudié par Charles Darwin, un célèbre naturaliste et paléontologue qui vécut de 1809 à 1882. Charles Darwin a réalisé des travaux sur l’évolution des espèces dans le monde. De ce fait, il s’est intéressé de près aux similitudes qui existent entre les émotions humaines et animales.

Les 3 modèles de l’intelligence émotionnelle

• Modèle des cognitions et des émotions selon Peter Salovey et John Mayer

En 1990, Peter Salovey et John Meyer, 2 psychologues américains, ont été les premiers à employer le terme d’IE (Intelligence Émotionnelle). Ils l’ont transformé au fil du temps en un véritable concept. Selon Peter Salovey et John Meyer, l’intelligence émotionnelle se situe à l’intersection des cognitions et des émotions.

Ils ont prôné la thèse que les individus ont une capacité variable pour traiter l’information d’une nature émotionnelle. La compétence d’un individu varie également pour définir un lien entre le traitement émotionnel que génère une situation et la cognition en général.

Voici les 3 processus mentaux principaux qui étaient compris dans le modèle initial de Peter Salovey et John Meyer :

  • La compétence à évaluer et à exprimer ses émotions, autant les siennes que celles des autres. Elle reprend également les sentiments que vous pouvez ressentir pour autrui.
  • La compétence à pouvoir réguler ses émotions. Cette compétence reprend la notion de self control lors d’un conflit et d’une situation au travail qui peuvent vous dépasser. Il s’agit de pouvoir dominer ses émotions et d’avoir une maîtrise totale de soi.
  • Pouvoir utiliser ces 2 compétences pour faciliter les processus cognitifs. Autant dire que le cerveau humain offre des capacités inouïes pour traiter une information.

Par la suite, les 2 auteurs ont revu leur modèle en 1997. De ce fait, Peter Salovey et John Meyer ont proposé un modèle sensiblement plus complexe où ils ont hiérarchisé l’intelligence émotionnelle en 4 branches. Elles représentent chacune une catégorie définie de capacités :

  • Capacités de perception et d’évaluation des émotions, qu’elles soient verbales ou non verbales : Ces capacités de perception et d’évaluation des émotions se définissent par l’habileté à être conscient.e de ses émotions et surtout, de savoir les extérioriser en les exprimant à autrui.
  • L’assimilation émotionnelle : Elle représente la capacité d’une personne à faire la distinction entre les différentes émotions qu’elle ressent. L’assimilation émotionnelle inclut également la capacité à reconnaître les émotions qui peuvent influencer le processus de pensée.
  • La compréhension émotionnelle : Elle se caractérise par la capacité à comprendre des émotions complexes telles que le fait d’éprouver de la colère et de la tristesse simultanément. La compréhension émotionnelle se caractérise également par le fait de savoir reconnaître les phases de transition d’une émotion à une autre. La compréhension émotionnelle est efficace au sein d’une entreprise pour apprendre à gérer et à contrôler une situation problématique dans une équipe.

• Le modèle de Goleman

Daniel Goleman, psychologue et journaliste scientifique, s’est inspiré des travaux de Peter Salovey et John Mayer en 1990. Cette inspiration l’a poussé à effectuer des recherches pour écrire en 1995 son propre modèle d’intelligence émotionnelle. Le livre de Daniel Goleman se penche particulièrement sur l’intelligence émotionnelle et le contexte de la vie au sein de l’entreprise.

Daniel Goleman a décliné son modèle autour de 5 axes principaux qui articulent 25 compétences :

La capacité à comprendre ses émotions et la conscience de soi

La capacité à comprendre ses émotions englobe la capacité à pouvoir discerner et comprendre ses humeurs personnelles, ses émotions, ses propres moteurs internes et les effets qu’ils produisent chez les autres personnes.

D’autre part, les indicateurs de conscience de soi reprennent l’auto-évaluation réaliste, la confiance en soi, et un sens de l’humour auto-dérisoire. De plus, la conscience de soi englobe la capacité à être vigilant.e sur son propre état émotionnel tout en étant capable d’identifier et de nommer ses émotions. Par conséquent, il est indispensable de s’écouter et de s’analyser pour améliorer et développer sa conscience de soi.

Les aptitudes sociales

Les aptitudes sociales relèvent de la capacité à gérer ses relations et à construire sa sphère sociale. Elle relève également de la capacité d’un individu à se trouver des points en commun avec les autres personnes dans le but de tisser des liens. Les indicateurs de compétences sociales reprennent le pouvoir de persuasion, l’efficacité d’une conduite vers un changement et la création de son expertise dans l’entreprise. Les compétences sociales englobent aussi l’esprit de leadership pour un management efficace des équipes. Ce sont des qualités très recherchées par une entreprise.

La motivation interne

La motivation interne vise à se recentrer sur ce qui compte réellement dans la vie comme par exemple, une tendance à poursuivre des objectifs avec détermination et énergie sans se décourager. Les indicateurs de la motivation interne reprennent une envie forte qui pousse une personne à se surpasser. Le but est d’atteindre l’accomplissement d’un objectif avec un optimisme et un engagement organisationnel à toute épreuve, même en cas d’échec.

A savoir qu’un collaborateur au sein d’une entreprise peut être confronté à une situation qui pourrait le déstabiliser. La motivation interne est une aide précieuse pour apprendre de ses erreurs, pour éviter les conflits et tirer des enseignements constructifs d’une situation complexe.

La maîtrise de soi

La maîtrise de soi reprend la capacité à pouvoir contrôler ou diriger ses pulsions et ses humeurs perturbatrices dans une entreprise. La maîtrise de soi incite également une personne à ne pas juger autrui et par conséquent, à réfléchir avant d’agir. Les indicateurs reprennent l’intégrité et la fiabilité mais aussi l’acceptation d’une situation ambiguë et l’ouverture d’esprit au changement.

L’empathie

L’empathie reprend la capacité d’une personne à comprendre la conception émotionnelle des autres individus et l’art de les traiter en fonction de leurs réactions émotionnelles. Les indicateurs de l’empathie reprennent le maintien du talent, l’expertise pour créer et construire, le service client et la sensibilité des cultures. Par ailleurs, l’empathie regroupe l’implication et l’intérêt d’un individu dans les émotions des autres. En bref, l’empathie incite une personne à s’intéresser aux émotions de son entourage professionnel ou personnel.

En finalité, Daniel Goleman a pris conscience en 1995 de l’évolution de son modèle et de la transition de l’intelligence émotionnelle vers une perspective beaucoup plus vaste. D’ailleurs, il écrit dans son livre :

Il existe un vieux mot pour représenter l’ensemble des compétences liées à l’intelligence émotionnelle : le caractère.

• Le modèle Bar-On

Le Docteur Reuven Bar-On, Directeur de l’Institut des Intelligences Appliquées du Danemark et expert-conseil de plusieurs organisations en Israël, a créé à travers son modèle une des premières mesures de l’intelligence émotionnelle. Il a utilisé le terme de « quotient émotionnel”.

Par la suite, le Docteur Bar-On définit l’intelligence émotionnelle comme étant un ensemble de compétences, d’aptitudes et d’habiletés non cognitives. Cet ensemble influence la capacité d’un individu à pouvoir s’adapter aux exigences et aux pressions de son environnement, notamment dans une entreprise.

Le modèle Bar-On est constitué de 5 composantes, qui sont chacune composées de 15 sous-catégories :

  • Les compétences interpersonnelles.
  • Les compétences intrapersonnelles.
  • La gestion du stress.
  • L’adaptabilité.
  • L’humeur générale.
Comment fonctionne l’intelligence émotionnelle ? - Le blog du hérisson
©Marc Monteil

Le Docteur Bar-On précise que l’intelligence émotionnelle se développe au fil des années et qu’il est tout à fait possible de la développer grâce à la thérapie et à la formation. En 2000, Bar-On évoque “l’intelligence émotionnelle et sociale” pour reprendre son modèle et il le redéfinit en 10 composantes stratégiques et 5 facilitateurs de l’intelligence émotionnelle : le développement de soi, la joie, l’optimisme, la responsabilité sociale et l’indépendance.

De plus, le Docteur Bar-On inclut l’hypothèse que les individus qui présentent un quotient émotionnel supérieur à la moyenne font face plus facilement aux pressions et aux exigences de leur environnement ou de leur entreprise.

En comparaison avec Daniel Goleman, le Docteur Bar-On précise qu’une déficience de l’intelligence émotionnelle peut être un frein à la réussite et au succès. Cette déficience peut traduire l’existence de problèmes psychologiques chez une personne. En règle générale, le Docteur Bar-On estime que l’intelligence émotionnelle et l’intelligence cognitive sont liées et qu’elles favorisent l’intelligence générale d’un individu. Cette intelligence générale est une indication du potentiel de toute personne pour réussir sa vie.

Définition et origines de l’intelligence émotionnelle

• Définition de l’IE selon Peter Salovey et John Mayer

L’intelligence émotionnelle se définit par la capacité d’individu à percevoir ses émotions et à pouvoir les intégrer pour faciliter la pensée. L’intelligence émotionnelle permet également de comprendre et de maîtriser ses émotions pour favoriser son épanouissement personnel.

Comment fonctionne l’intelligence émotionnelle ? - Le blog du hérisson

En finalité, l’intelligence émotionnelle se résume simplement par la capacité d’une personne à percevoir ses propres émotions et également celles des autres. L’intelligence émotionnelle permet de comprendre ses émotions, de les utiliser et de les réguler pour atteindre un objectif clairement défini.

Avez-vous remarqué à quel point il est libérateur de poser des mots sur ses émotions? Il est primordial d’écouter vos propres émotions mais aussi celles des personnes qui vous entourent pour tirer le meilleur profit de chaque situation. L’intelligence émotionnelle vous permettrait d’atteindre plus facilement vos objectifs dans une entreprise et de vous permettre de vous épanouir davantage.

Vous savez à présent comment fonctionne l’intelligence émotionnelle. Vous avez les clés pour mettre en place cette pratique qui a fait ses preuves dans votre environnement professionnel.

Adriana Aldana Siciliano

Laisser un commentaire