Comment venir à bout du vaginisme ?

Votre vie sexuelle est un vrai calvaire, vous êtes une femme atteinte de ce trouble appelé le vaginisme. Il provoque des douleurs insoutenables à chaque pénétration, et vous fait souffrir. La peur s’installe lors de vos consultations gynécologiques ou de câlins avec votre amoureux. Un sentiment de honte vous fait garder le silence, entraînant des incompréhensions dans votre couple. Perte de désir et diminution de la libido, les rapports sexuels se font de plus en plus rares, voire inexistants. Pourtant, le vaginisme n’est pas une fatalité. Comment (re)trouver une vie sexuelle épanouie ? Comment venir à bout du vaginisme ? Dans cet article, je vous donne les solutions qui existent pour vous débarrasser de cette pathologie.

Comment venir à bout du vaginisme ? - Le blog du hérisson

Qu’est-ce que le vaginisme ?

Le vaginisme est un trouble sexuel qui se manifeste par la contraction inconsciente et involontaire des muscles du périnée. Il empêche toute pénétration sexuelle et examen gynécologique. C’est un mécanisme réflexe provoqué par l’appréhension de la douleur. On estime que 1 % des femmes souffrent de cette pathologie. Elles déclenchent des spasmes qu’elles ne maîtrisent pas, ce qui entraîne une diminution de la libido ou les empêche de faire l’amour. La pénétration devient alors douloureuse, voire impossible ! Il existe deux types de vaginisme :

  • le vaginisme primaire, qui survient chez une femme vierge ou qui n’a jamais réussi à avoir une pénétration sexuelle ;
  • le vaginisme secondaire, qui se déclare à la suite d’une dyspareunie, c’est-à-dire lors d’un rapport sexuel douloureux.

• Comment se rendre compte que l’on souffre de vaginisme ?

La femme peut s’apercevoir qu’elle souffre de vaginisme lors d’un examen gynécologique pendant lequel la mise en place du spéculum s’avère compliquée. Ses muscles vaginaux se contractent si violemment que cela entraîne une douleur et un blocage du plancher pelvien. L’incapacité à insérer un tampon dans son vagin durant les règles et une pénétration douloureuse au cours de rapports sexuels peuvent être des signes.

• Quelles sont les causes de ce trouble sexuel ?

Les sources du vaginisme sont multiples, elles peuvent être psychologiques, physiologiques ou pathologiques.

Les différents facteurs possibles sont :

  • la tendance à être naturellement et facilement angoissée ;
  • les traumatismes liés à un abus sexuel ou un examen gynécologue qui se serait mal passé ;
  • l’éducation parentale négative ou taboue sur la sexualité influençant ainsi sa vision ;
  • les infections urinaires à répétition entraînant des tensions musculaires.

Les solutions pour venir à bout du vaginisme

Trop souvent, la femme souffre de vaginisme par un manque d’information sur sa propre anatomie génitale. Elle se représente un vagin trop petit et ne conçoit pas l’idée qu’il peut être extensible. Ces fausses croyances provoquent des peurs de déchirures et de douleurs. Malheureusement, beaucoup de femmes qui en sont atteintes n’en parlent à personne par honte ou par pudeur. Pourtant, elles ne sont pas seules et pour guérir il faut oser en parler. Il existe aujourd’hui des associations pour se faire aider.

Le vaginisme n’est pas une fatalité ! Il se soigne ! Et cela va d’autant plus vite lorsque son apparition est récente et qu’il est pris en charge rapidement. Des solutions existent pour venir à bout de cette pathologie. Pour ce faire, il faut s’adresser à un gynécologue qui est en mesure de la diagnostiquer. Il mène son entretien avec la patiente de manière à écarter toutes causes possibles comme la vulvodynie, l’endométriose ou d’autres troubles liés. Une fois le diagnostic posé, il peut l’orienter vers d’autres spécialistes (sexologue, psychologue, sage-femme, kinésithérapeute…) qui l’aideront à guérir du vaginisme.

• Rééduquer son périnée pour réduire les tensions musculaires

Le vaginisme est une contraction des muscles du plancher pelvien. Celle-ci empêche toute insertion, qu’elle soit sexuelle ou médicale. Même le passage d’une protection hygiénique est bloqué. Elle entraîne la douleur, mais il est possible de décontracter son périnée. Une sage-femme ou un kiné/ostéo spécialisé proposera d’entreprendre une rééducation périnéale afin de réduire ces tensions musculaires.

Lors de ces séances, le professionnel est à l’écoute de sa patiente et la met en confiance. Il la rassure en lui rappelant l’anatomie féminine et lui fait faire des exercices de respirations et de basculement du bassin favorisant ainsi la détente. Ensuite, il peut suggérer un travail corporel avec des exercices d’assouplissements, de visualisations ou de massages à reproduire à la maison. À la suite de ça, commence un travail en interne de détente progressive des muscles, à l’aide d’un doigt du praticien et de dilatateurs vaginaux. Tout ce processus se fait en douceur et sans douleur à l’écoute de la patiente.

• Se pencher sur son histoire personnelle pour déterminer les causes

On ne naît pas avec un vaginisme, il peut se manifester pour des raisons physiologiques ou pathologiques, mais elles sont souvent psychologiques. C’est pourquoi le gynécologue peut diriger la patiente vers des séances en psychothérapies. Le but est de découvrir quelle est l’origine de ce problème qui est fréquemment le symptôme d’un mal-être profond, d’un manque de confiance et d’estime de soi. Le thérapeute reviendra sur l’histoire personnelle de sa patiente pour déterminer ce qui a pu déclencher ces angoisses. Une femme atteinte de ce trouble n’a pas forcément subi d’agression sexuelle. Il arrive qu’il soit dû à un héritage familial où la sexualité était un sujet tabou ou des rapports homme-femme mal vus. Généralement, ces séances sont éprouvantes et déstabilisantes pour la femme qui doit revenir sur un passé parfois difficile. En revanche, elles sont efficaces pour se libérer l’esprit.

• Apprendre à connaître son corps par l’auto-exploration

D’après une étude menée par le magazine So What et le laboratoire Terpan en 2017, 35 % des Françaises n’ont jamais vu leur clitoris. Nombreuses sont les femmes qui ne connaissent pas cet organe et qui n’ont jamais observé leur corps. Pourtant, l’auto-exploration est extrêmement utile pour apprendre à se connaître. C’est une pratique naturelle qui peut commencer dès le plus jeune âge et qui devrait continuer même en devenant adulte. Malheureusement, beaucoup ne l’ont jamais fait ou ne le font plus.

L’auto-exploration permet de découvrir les parties intimes féminines qui, contrairement aux hommes, sont moins apparentes. Pour explorer son anatomie génitale, il paraît intéressant dans un premier temps d’étudier son sexe à l’aide d’un miroir. Par la suite, une observation plus interne avec ses doigts permet d’en découvrir davantage. Cette exploration se révèle bénéfique pour les femmes souffrant de vaginisme primaire, qui n’ont encore jamais eu de rapport sexuel. Elles imaginent avoir un vagin beaucoup trop étroit pour accueillir le pénis de l’homme. Cette croyance se retrouve aussi chez de nombreuses vaginiques secondaires.

Retrouver le désir et le plaisir sexuel dans son couple

Ce dysfonctionnement sexuel qu’est le vaginisme génère couramment une baisse de la libido chez la femme. Un manque de communication et des incompréhensions dans le couple s’installent. L’homme peut penser que c’est de sa faute ou qu’il y a éventuellement tromperie. Si la discussion est lancée dès l’apparition du problème, celui-ci devient surmontable à deux. Il est également intéressant de faire appel à un sexologue pour faire face à ces difficultés et d’aider le couple à retrouver le désir et le plaisir sexuel. Le but de cette thérapie est d’apprendre à mieux connaître son corps, à identifier ses problèmes intimes et de redonner confiance en soi. Elle peut aider à surmonter l’usure du couple en stimulant le désir et en modifiant leurs habitudes sexuelles.

La femme n’est pas condamnée à souffrir toute sa vie, le vaginisme se soigne. L’association d’une thérapie psychosomatique et d’exercices corporels est une solution utile pour venir à bout de ce dysfonctionnement sexuel. L’auto-exploration de son corps et la communication dans le couple sont des éléments clés à utiliser pour guérir de cette pathologie et (re)trouver une vie sexuelle épanouie. Pour aller plus loin, découvrez notre rubrique bien-être pour prendre soin de soi.

Audrey Mielon

Laisser un commentaire