Flâner à Carouge | Genève

Flâner à Carouge sur une terrasse au soleil à deux pas de Genève ? Il vous suffit de traverser le pont de l’Arve. Avec ses maisons tout droit sorties du XVIIIème siècle, ses ruelles à l’ancienne et sa quiétude méditerranéenne, la ville de Carouge offre un contraste saisissant avec la Genève moderne, cosmopolite et protestante.

Flâner à Carouge | Genève - Le blog du hérisson
Carouge ©Karlotta

La fortune de Carouge tient à sa remarquable localisation géographique. Son nom vient du latin quadrivium qui signifie carrefour. Abouchée en entonnoir au bout du lac Léman, dans le prolongement de Genève vers le sud, elle est un lieu de passage obligé pour tous les marchands qui transitent par Genève. Toutes les routes du commerce international nord-sud y affluent. Ancienne voie de passage romaine située à la croisée des chemins, Carouge se développe pour devenir un hameau du moyen âge.

Avant d’être rattachée au canton de Genève, Carouge a longtemps appartenu au royaume du Piémont-Sardaigne, gouverné par les ducs de la Maison de Savoie. Face à sa voisine protestante, Carouge est une cité sarde, royaliste et catholique. Autant dire que tout les oppose ! Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, le roi Victor-Amédée III de Sardaigne veut en faire la rivale de Genève. Il l’investit alors d’un ambitieux programme de développement et y envoie ses meilleurs architectes. Mais son projet est stoppé net par la Révolution française. Envahie par les troupes de Napoléon, Carouge devient française quelque temps avant d’être rattachée au canton de Genève en 1816.

À visiter, à faire, les insolites

Carouge offre un patrimoine architectural remarquablement bien conservé. Son développement urbanistique est par ailleurs une formidable réussite ; c’est même un cas d’école pour les architectes. Pour découvrir la richesse historique de Carouge, il faut prendre le temps de flâner. Accepter de se perdre dans ses ruelles, parfois.

Le Vieux-Carouge : vous pouvez démarrer votre visite par la Rue Ancienne qui vous servira de fil conducteur. Elle est facile à reconnaître : alors que toutes les ruelles se croisent à angle droit, la Rue Ancienne, plus large que les autres, traverse toute la ville en ondulant du nord-est (côté Genève) au sud-ouest (côté France). Commencez par l’un ou l’autre bout de cette antique voie marchande. C’est l’endroit rêvé pour faire du shopping : artisans, boutiquiers et petits commerçants y rivalisent d’originalité, de savoir-faire et de qualité.

Flâner à Carouge | Genève - Le blog du hérisson
Ruelle ©Karlotta

Quittez la Rue Ancienne pour vous aventurer dans les petites ruelles intérieures. Cachées derrière les façades des maisons anciennes, vous apercevrez peut-être, au hasard d’une porte ouverte ou d’une perspective favorable, les cours intérieures carougeoises aux jardins ombragés, patios et coursives de bois. Des visites guidées sont organisées par la municipalité. Recommandé pour les curieux.

Contrairement aux modèles dominants en vigueur à l’époque, qui consistaient à ceindre la ville de murs épais (bastides), Carouge est restée une ville ouverte grâce à son plan en damier. Cette organisation a permis à la cité de se développer sans entraves. C’est ainsi que le quartier moderne des Tours, construit au XXème siècle, a naturellement trouvé sa place dans le prolongement de la vieille ville. Poussez la balade au-delà de la Place de la Sardaigne pour voir les Tours de Carouge et ses fontaines. Pendant la saison estivale, parents et enfants apprécieront une baignade dans ce complexe architectural où les immenses fontaines de béton font office de pataugeoires.

De retour sur la Place du Marché, dégustez une glace et buvez un verre sur l’une de ses nombreuses terrasses. Vous n’aurez que l’embarras du choix ! Admirez la fontaine de Blavignac avec sa personnification du fleuve Arve pris en sandwich entre deux vasques. Allez aussi jeter un coup d’œil sur sa voisine, à deux pas de là, place du Temple. Appréciez le changement de style : du classique on est passé au baroque. Vous avez là un magnifique exemple d’éclectisme du XIXème siècle. Ou comment deux pièces sculptées à quelques années d’intervalle par le même artiste présentent des orientations esthétiques diamétralement opposées.

Les bonnes adresses

Zabo Chapeaux : boutique de chapeaux artisanaux tous plus originaux les uns que les autres.

Le Troisième Acte : boutique de vêtements à la déco surannée et romantique. Jupons à volants, dentelles, miroirs sans tain, fleurs séchées… on se croirait dans un roman de Jane Austen. Dépaysement garanti.

De nombreux artisans-bijoutiers se sont installés à Carouge. La Galerie Annick Zufferey présente un espace d’exposition dédié au bijou d’auteur contemporain.

Musée de Carouge : outre des expositions intéressantes, il organise la Biennale internationale de céramique tous les deux ans au mois de septembre. À ne louper sous aucun prétexte, si vous passez dans le coin au bon moment.

L’Astuce : boutique unique en son genre tenue par un passionné des jeux de société. Le patron organise régulièrement des soirées gratuites spéciales jeux où vous pouvez tester en équipe les dernières nouveautés du marché. Consulter leur page Facebook pour les dates.

Teo Jakob : magnifique show room de la célèbre enseigne de décoration d’intérieur. Absolument hors de prix, mais juste pour le plaisir de contempler une sélection des meilleurs designers du moment. Pour des objets plus abordables, rendez-vous à Rond Rouge.

Marché de Carouge les mercredis et samedis matin sur la place du Marché. Marché du soir, tous les jeudis à 17 heures, dès les beaux jours. Vous y trouverez des stands de nourriture et de boissons. Un vrai plaisir à l’heure de l’apéro ! Brocante tous les 1ers dimanches du mois de mars à décembre. 

Le Chat Noir : enseigne mythique des amoureux de musique qui bouge ! rock, hip-hop, reggae, funk, etc. 

Où manger et dormir ? 

Hôtel Ibis : Idéalement situé à deux pas du Vieux-Carouge, tout en offrant le confort d’un immeuble moderne.

Auberge communale de Carouge : des chambres dans un bâtiment historique de 1830 rénové.

Hôtel Ramada Encore : À 10 minutes à pied du centre du Vieux-Carouge – 2 minutes en bus (liaison directe) – dans la zone industrielle de la Praille. Un peu excentré, mais ultra moderne et confortable pour des prix qui restent corrects. Vous disposez des avantages du centre commercial avec ses restaurants et ses commerces. Pizzeria en bas de l’hôtel. Restaurant dans l’hôtel.

Café des Négociants : une cuisine traditionnelle de qualité dans un cadre bistrot au cœur du Vieux-Carouge. Spécialité de la maison : escargot et cuisses de grenouille. Attention ! L’adresse est courue. Pensez à réserver.

L’Olivier de Provence : cuisine simple et bonne aux saveurs provençales. Terrasse légèrement à l’écart de la Place du Marché. Réservez.

Le Flacon : cuisine moderne d’un jeune chef qui a travaillé dans plusieurs maisons étoilées. La salle offre un cadre moderne d’esprit loft. Un peu plus cher que les deux précédents.

Café du Marché : de plain-pied sur la place du Marché, cuisine de bistrot traditionnelle simple et bonne.

L’Aigle d’Or : Sur le rond-point de la Filature, l’Aigle d’or est ce genre de café-restaurant où l’on se sent tout de suite chez soi.

Au Doux Péché : petite boulangerie tea-room sans prétention au goût de fait maison. Ambiance familiale. Les habitués y viennent causer de tout et de rien avec la patronne.

Flâner à Carouge | Genève - Le blog du hérisson
Terrasses ©Karlotta

Flâner… le mot semble avoir été inventé pour Carouge. Aux temps austères du protestantisme, ses cabarets et débits de boisson attirent les citoyens de la République de Genève, heureux de venir s’y amuser le temps d’une soirée (au grand dam de Calvin !). Aujourd’hui encore, les Genevois fatigués de l’anonymat et du stress de la modernité viennent s’y divertir. De Carouge, on dit qu’elle est une cité où il fait bon vivre. De ses habitants, qu’ils sont frondeurs, insoumis et libres de mœurs… Tiens ! ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Eh oui ! Il y a bien des points communs entre Carouge et un certain petit village peuplé d’irréductibles Gaulois ! Cher à nos cœurs. Tout comme son homologue de fiction, Carouge a su préserver un caractère authentique, convivial et chaleureux face au rigorisme de la Rome protestante. Une singularité historique à visiter absolument !

Charlotte Tschumy

Laisser un commentaire