Flâner à Poitiers | Vienne

Saviez-vous que Poitiers est surnommée la ville aux 100 clochers en raison du nombre importants d’édifices religieux qui ornent la ville ? Qu’elle a été un haut lieu de la vie religieuse, culturelle et universitaire du pays, du Moyen-Âge jusqu’au XVIIe siècle ? Si la réponse est non, cet article est fait pour vous ! Venez flâner à Poitiers et succombez aux charmes de cette ville discrète mais pleine de surprises.

Flâner à Poitiers | Vienne - Le blog du hérisson
Hôtel de ville ©Giancarlo

Une ville marquée par l’Histoire

L’histoire de Poitiers commence avec les Romains, qui citent les premiers dans leurs registres l’oppidum de Lemonum. La ville connaît un essor particulier à partir du Ier siècle en devenant un centre administratif important et un relais du pouvoir impérial.

La ville s’impose ensuite comme un centre religieux majeur avec les premiers édifices notables datant du VIème siècle. Les invasions normandes du IXème siècle malmènent la ville qui est incendiée en 865. Poitiers retrouve son lustre à partir du XIème siècle grâce aux puissants comtes de Poitiers qui entreprennent de grands travaux pour la cité. Aliénor d’Aquitaine poursuit l’aménagement des lieux grâce à d’importants travaux d’infrastructures (muraille de 6 km autour du promontoire) et d’aménagement du territoire (barrages sur la Boivre). Les mariages successifs de la duchesse d’Aquitaine font entrer Poitiers tour à tour dans le giron de la couronne de France puis d’Angleterre, avec son union en 1154 avec Henri Plantagenêts. Poitiers est rattachée à la couronne royale en 1204, à la mort d’Aliénor.

La ville confirme les années suivantes son statut de centre religieux, administratif et intellectuel. Située sur la route menant à Saint-Jacques de Compostelle, nombreux sont les pèlerins qui viennent se recueillir sur les reliques de Sainte Radegonde et Saint Hilaire. L’Université est fondée en 1431 et comptent 4 000 étudiants à la fin du XVème siècle. Joachim du Bellay et Pierre de Ronsard la fréquentent un temps avant de s’établir à Paris.

Poitiers s’assoupit à partir de la Renaissance et ne subit aucune transformation notable jusqu’à la Révolution française. Le vicomte de Blossac, intendant de la ville, fait creuser de grands boulevards sur l’emplacement des murailles et édifier le Pont-Neuf en 1778.

Poitiers devient une ville de garnison au XIXème siècle et accueillent de nombreuses casernes, notamment sur le plateau des Dunes. Le chemin de fer complète sa modernisation en 1851. Elle est successivement reliée à Tours, Orléans, Paris, Angoulême et Bordeaux. La gare est intégralement détruite en 1944, lors des bombardements alliés des 12 et 13 juin. L’édifice sera reconstruit dès la fin du conflit et n’aura de cesse d’être modernisé afin d’accueillir le TGV dans les années 90 puis la LGV reliant Paris à Bordeaux en 2017.

Et aujourd’hui ? Poitiers, préfecture de la Vienne, est une cité étudiante dynamique résolument tournée vers l’avenir. Située presque à mi-parcours entre Bordeaux et Paris, elle est une ville à taille humaine, un carrefour entre deux mondes au sein duquel la rudesse de la langue d’oïl s’adoucit aux portes du sud-ouest, et où les tenants de la chocolatine coexistent pacifiquement avec les partisans du pain au chocolat.

À visiter, à faire, les insolites

• La cathédrale Saint-Pierre.

Bien que le plus imposant de la ville, la cathédrale Saint-Pierre n’est pas le monument le plus connu de la ville de Poitiers. Est-ce à cause de son emplacement assez atypique, sur une place de taille modeste et sans véritablement de grands axes le desservant ? C’est probablement ce qui rend cet édifice religieux de style gothique angevin du XIIème siècle encore plus impressionnant. Le promeneur est littéralement cueilli par l’immensité des lieux. La cathédrale détient un vitrail qui méritera toute votre attention : il s’agit de la seule représentation d’Aliénor d’Aquitaine réalisée de son vivant et qui soit parvenue jusqu’à nous ! Le grand orgue date de 1791 et est classé monument historique.

Flâner à Poitiers | Vienne - Le blog du hérisson
Cathédrale Saint-Pierre ©Roisin Grace

• Notre-Dame-la-Grande et ses polychromies

Notre-Dame-la-Grande est LA star de Poitiers et une de ses plus grandes fiertés. Ce chef-d’œuvre de l’art roman du Xème siècle est installée au cœur du quartier Notre-Dame et jouit d’une renommée mondiale. La façade de cette église collégiale est richement sculptée de motifs narrant des épisodes bibliques. Si nous admirons aujourd’hui sa pureté et sa blancheur immaculée, cela ne fut pas toujours le cas ! Aux riches heures du Moyen-Âge, la façade était parée de ses plus beaux atours avec des couleurs toutes aussi flamboyantes les unes que les autres. C’est ce que rappellent chaque soir d’été le spectacle des Polychromies. La façade est mise en lumières et en couleurs pour rappeler la tradition médiévale des églises peintes. Le spectacle est grandiose et changera très certainement votre vision du Moyen-Âge (Place Charles de Gaulle).

Flâner à Poitiers | Vienne - Le blog du hérisson
Eglise Notre-Dame-la-Grande ©Ahisgett

• Le parc de Blossac

Véritable poumon de la ville, le parc de Blossac est incontestablement un des lieux de flânerie préférés des habitants de la ville. Cette ancienne demeure des comtes de Blossac de 9 hectares est aujourd’hui un magnifique parc qui surplombe la vallée du Clain. Vous apprécierez la précision et la rigueur des jardins à la française mais aussi le côté baroque du jardin à l’anglaise. Après avoir cheminé au gré des grottes, des bosquets feuillus et du jardin d’ombre et de lumière posez-vous un instant pour profiter de ce qui est probablement le plus beau point de vue sur la ville de Poitiers.

La municipalité propose tous les étés des concerts et spectacles gratuits de grande qualité, rehaussés par la beauté des lieux. (1 bis rue Léopold Thézard)

Flâner à Poitiers | Vienne - Le blog du hérisson

Parc de Blossac ©Bruno Brevet

• Le centre-ville

Vous apprécierez tout particulièrement une balade dans le centre-ville de Poitiers, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les rues étroites et tortueuses héritées du Moyen-Âge ne s’apprécient réellement qu’à pied et non pas en voiture. Ensuite, cela fait à présent une dizaine d’années que la ville de Poitiers s’est engagée dans de vastes chantiers pour l’embellissement du cœur de ville et pour la piétonisation des lieux. Laissez votre voiture dans l’un des nombreux parkings publics qui ceinturent le centre et partez à l’assaut de la belle. Après une petite ascension à travers les différentes rangées de remparts (ou un trajet en transport en commun pour les moins téméraires !) vous goûterez à la quiétude des lieux et aurez tout le loisir de pouvoir admirer les édifices imposants que sont la Préfecture ou encore l’Hôtel de Ville. L’imposante place du Maréchal Leclerc (appelée Place d’armes par les Poitevins) étant elle aussi entièrement rendue aux piétons, vous n’en apprécierez que davantage les diverses animations.

Flâner à Poitiers | Vienne - Le blog du hérisson
Vieille ville ©Inkflo

• L’Îlot Tison

L’Îlot Tison est une réappropriation très récente (2018) d’une ancienne friche industrielle. Cette scierie est aujourd’hui un lieu de flânerie et de détente au bord du Clain, à seulement 10 mn à pied du centre-ville. Vous apprécierez les berges aménagées et la passerelle flottante de ce lieu qui invite à la détente et à la promenade. (Chemin de Tison)

• Le musée Sainte-Croix

Le musée Sainte-Croix a tout pour vous surprendre. Imposant bâtiment de béton et de verre de l’architecte Jean Monge, il a été construit en 1974 sur l’emplacement de l’Abbaye Sainte-Croix. Il abrite des collections allant de la Préhistoire au XXème siècle, tout en faisant la part belle à l’histoire du Poitou (3 bis rue Jean Jaurès).

• La rue Arthur Ranc

Pourquoi aller Rue Arthur Ranc, anciennement Rue de la Visitation ? Car c’est précisément ici que s’est tenue l’une des plus sordides et incroyables affaires de début du XXème siècle, qui inspira à André Gide son roman La séquestrée de Poitiers.

Les bonnes adresses

Rannou-Métivier : Cette maison prestigieuse régale petits et grands depuis 1920. Rannou-Métivier confectionne biscuits, gâteaux et chocolats avec un savoir-faire ancien (certaines recettes datent de 1798) et transmis de génération en génération. Le macaron est le produit star de cette maison traditionnelle qui les décline en 16 parfums, 4 par saison, sous forme de coffret. Repartez également avec leurs succulentes nougatines ou leurs délicieux miels, on vous met au défi de résister ! (30 rue des Cordeliers)

Macarons de la Maison Rannou Métivier - Le blog du hérisson
Macarons Rannou Métivier ©Rannou Métivier

Le Moulin à Café : Cette boutique propose depuis 40 ans cafés, thés et tisanes à déguster sur place ou à emporter. Tous les cafés sont torréfiés sur place et embaument la boutique d’effluves entêtantes tout au long de la journée. Le Moulin à Café propose également des produits d’épicerie fine, parfaits pour offrir ou se faire plaisir. (191 Grand Rue)

La Serrurerie : La “Serru” pour les intimes ! Lieu très prisé des étudiants et des fêtards (ce sont souvent les mêmes), on peut y manger, bruncher et surtout boire un verre jusque très tard dans la nuit. (28 rue des Grandes Ecoles)

Le Caribou : Autre lieu emblématique des nuits de la ville, ce bar-restaurant atypique est entièrement consacré aux spécialités canadiennes. La vodka sirop d’érable mérite largement le détour. (7 rue de la Regratterie)

Le Rooftop : Prenez de la hauteur et venez boire un verre, écouter de la bonne musique ou dîner entre amis au Rooftop. L’endroit est bien dans l’air du temps avec un accueil chaleureux, de la bonne musique et une cuisine qui se veut raffinée sans être prétentieuse. Cerise sur le gâteau, la vue panoramique sur la ville et sur le coucher du soleil. Une expérience inoubliable. (6 rue de la Marne)

Le Confort Moderne : Délaissez un instant les vieilles pierres du centre historique pour venir découvrir cette ancienne friche industrielle des années 70 de 8 500 m², réhabilitée en 2017. Le Confort Moderne abrite notamment une salle de spectacle, un studio d’enregistrement, la plus grande fanzinothèque d’Europe, un disquaire ou encore un restaurant. Ce lieu de création engagé et libertaire offre aux visiteurs une expérience unique de décloisonnement de la pensée et des pratiques artistiques. Expositions, concerts et événements se succèdent tout au long de l’année. (185 rue du Faubourg du Pont-Neuf)

Où manger ?

Poitiers regorge de restaurants surprenants voire franchement atypiques. Voici ma sélection des meilleurs endroits où manger au cours de votre périple.

Les ArchivesCet édifice de 1852 fut tour à tour une chapelle néogothique puis Les Archives départementales de la Vienne avant de devenir un restaurant en 2012. Les amateurs de décors grandioses apprécieront la salle de restaurant dans l’ancienne nef, avec ses colonnes et ses voûtes intactes. (14 rue Edouard Grimaux)

Le Roy d’Ys : Ambiance bretonne garantie au Roy d’Ys, où vous dégusterez de copieuses galettes bretonnes mais aussi de succulents fish and chips, le tout arrosé d’une bonne Guinness. L’endroit est prisé des locaux, aussi bien pour la qualité des plats que pour les prix très raisonnables. (51 rue de la Cathédrale)

La cuisine au beurre. Nommer ainsi son restaurant crée forcément une attente chez le client, qu’il vaut mieux ne pas décevoir ! Philippe et Christelle remportent haut la main le défi et vous régalent d’une cuisine fraîche et inventive, dans un cadre très agréable. Les prix sont très justes, vous passerez un excellent moment depuis l’apéritif jusqu’à l’addition. (15 place Charles de Gaulle)

Le Clain d’œil. Référence directe à la rivière qui traverse la ville, ce restaurant à la devanture discrète vous charmera dès l’accueil. Le Clain d’œil propose une cuisine traditionnelle aux produits de saison et tout est fait maison. (30 rue Sylvain Drault)

Où dormir ?

Hôtel de l’Europe*** : Situé en plein centre-ville, l’Hôtel de l’Europe vous héberge à quelques minutes à pied des principaux monuments à visiter au cours de votre séjour. Les chambres sont cosy et le vaste jardin est aménagé pour le farniente. Un véritable havre de paix au cœur du tumulte de la ville. (39 rue Carnot)

Hôtel Central** : Cet établissement vous offre une vue imprenable sur l’Hôtel de ville et les animations de la place du Maréchal Leclerc. Les chambres sont tout confort et les petits déjeuners copieux. L’endroit idéal pour sentir battre le pouls de la ville et en profiter au maximum. (35 place du Maréchal Leclerc)

La Maison de Marc : Autre excellente adresse du centre de Poitiers, cette charmante maison d’hôtes vous propose une alternative à l’hôtellerie traditionnelle. La Maison de Marc mise tout son succès sur le confort douillet des 3 chambres et de l’appartement-gîte. Le pari est largement réussi car les hébergements sont très spacieux, bénéficient de tous les équipements modernes et sont décorés de façon classe et élégante. (12 rue Bourbeau)

Située à une heure et quart de TGV à peine de Paris et à 10 km seulement du Parc du Futuroscope, la ville de Poitiers est une destination agréable qui souffre injustement d’une réputation de petite ville de province endormie et un tantinet ennuyeuse. On peut être une ville d’Art et d’Histoire sans pour autant être figée dans ses souvenirs. Le mieux est de venir la découvrir par vous-même !

Marie Chasles

Îlot Tison dans la Vienne - Le blog du hérisson
Îlot Tison ©Giancarlo

Laisser un commentaire