La carotte enfin démasquée !

Ah la carotte ! Ce légume du quotidien si facile à cuisiner et qui ravit nos papilles… mais que savons-nous vraiment sur elle ? Sa couleur orange : étrange, non ? Qu’elles soient cuites ou s’opposent au bâton, comment les carottes se sont-elles infiltrées dans la langue française ? Et le cri de la carotte, est-ce un mythe ou une réalité ? Elle se vante de rendre aimable et de donner les fesses roses, mais quels sont les véritables bienfaits de la carotte ? C’en est fini de ses secrets : découvrez à présent à quoi ressemble la carotte enfin démasquée !

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson
©Christelle Desbordes

Pourquoi la carotte orange règne-t-elle sur le monde ?

Une carotte orange, croquante et charnue, sucrée et juteuse, que l’on cuisine cuite ou crue : vous vous en régalez d’avance ? Aujourd’hui l’un des légumes racines les plus cultivés au monde, la carotte n’a pourtant pas toujours été la bienvenue dans nos assiettes.

Connue depuis la Préhistoire à l’état sauvage, sa domestication commence au Xe siècle en Orient et dans le bassin méditerranéen. Blanche, jaune, rouge ou violette, elle est plus appréciée pour ses feuilles que pour sa racine. Il faut dire qu’elle devait alors avoir la peau épaisse, le cœur fibreux et être peu goûteuse. Pour les classes aisées, la carotte est donc d’abord une plante aromatique. Facile à cultiver et peu coûteuse, elle remplit en revanche les assiettes des plus pauvres, tout comme le panais auquel elle ressemble beaucoup. Dès le début de la Renaissance, ses variétés se multiplient et son goût s’améliore. Mais aucune trace encore de notre carotte orange !

Pour la voir apparaître, direction la Hollande ! Issue de plusieurs croisements, la carotte longue orange, première de son espèce à être à ce point charnue et sucrée, voit le jour à la fin du XVIe siècle aux Pays-Bas. Non seulement les horticulteurs locaux modifient la couleur du légume mais ils en améliorent aussi la texture et le goût. La carotte moderne est enfin née ! Elle supplante rapidement ses concurrentes pour être ensuite déclinée en plusieurs variétés et se répandre progressivement dans le monde entier. Les Français la découvrent finalement au XIXe siècle. Agréable à déguster, la carotte orange gagne ses lettres de noblesse et séduit au point d’éclipser ses ancêtres et d’entrer dans le palmarès des légumes les plus consommés au monde.

Mais pourquoi les Hollandais ont-ils inventé une carotte orange ? Au XVIe siècle, la Hollande est sous domination de la couronne d’Espagne. Jusqu’au jour où la population se soulève, faisant gronder la révolte des Gueux contre l’ordre monarchique. L’insurrection est dirigée par le combatif Guillaume Ier d’Orange, autrement appelé Guillaume le Taciturne. À l’issue d’une guerre de 80 ans, la victoire est enfin là ! Les Provinces-Unis, qui formeront plus tard les Pays-Bas, gagnent leur indépendance. Commence alors une ère prospère au cours de laquelle la Hollande connaît un développement économique et culturel sans précédent. Voyant apparaître dans le pays des carottes orangées, issues de croisements divers, les jardiniers hollandais ont alors l’idée de pérenniser une nouvelle variété de ce légume, dont la couleur orange serait encore plus vive et la saveur bien plus gourmande. Voilà ainsi créée la carotte des temps modernes, en l’honneur du bienfaiteur prince d’Orange ! De sa descendance naquit la Maison royale d’Orange-Nassau, qui règne désormais sur le pays depuis plus de 200 ans.

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson
Scène de marché, P. Aertsen Hallwyl, Museum de Stockholm ©Archives Alamy

Quels sont les secrets des célèbres carottes Vichy ?

Pour réussir à percer le mystère des carottes Vichy, êtes-vous prêts à remonter le temps ? Notre voyage nous mène à la fin du XIXe siècle, en plein cœur de l’Allier. À cette époque, la station thermale de Vichy est en vogue et les curistes affluent de tout le pays pour profiter des bienfaits de son eau si réputée. Riche en bicarbonate de soude et en minéraux, elle est notamment utilisée pour traiter les rhumatismes et les troubles de la digestion. Pour accompagner ses plats, le chef du restaurant de la station aurait alors eu l’idée de cuisiner un légume à l’eau de Vichy. Il jette son dévolu sur la carotte, si légère et parfumée ! Les vertus de l’eau gazeuse subliment le goût sucré de ce légume racine et préservent l’éclat de sa couleur. Voilà comment la célèbre recette auvergnate de la carotte Vichy est née !

La formule est aujourd’hui déclinée à toutes les sauces, mais la recette originale, simple et généreuse, reste inimitable. Le secret : mouiller les rondelles de carottes à hauteur d’eau de Vichy, y ajouter du beurre et un peu de sucre, laisser mijoter à couvert pendant 40 minutes. L’eau s’évapore progressivement, laissant apparaître les carottes fondantes enrobées du jus de cuisson beurré. Il ne reste plus au fin gourmet qu’à parsemer le plat de persil haché et à se régaler !

les secrets des célèbres carottes Vichy - Le blog du hérisson
Les fameuses carottes Vichy ©Fotolia

Les carottes sont-elles vraiment cuites ?

C’est fini ! Le sort en est jeté et vous avez perdu tout espoir… Alors les carottes sont cuites ! Mais pourquoi la carotte est-elle ici symbole de désolation ? Pour le comprendre, il nous faut remonter jusqu’au XVIIe siècle. La carotte est alors un légume bon marché, l’aliment du pauvre, et se mange seule quand la viande manque. Ne vivre que de carottes signifie alors survivre avec peu de moyens. Sa consonance voisine du terme crotte vaut également au mot carotte d’être utilisé pour désigner des déjections.

Au XIXe siècle, une nouvelle expression renforce la connotation péjorative du légume. Selon le Trésor de la langue française, on dit alors avoir ses carottes cuites pour parler d’une personne qui se meurt. Ne plus avoir que des carottes à manger n’est déjà pas bon signe. Mais, plus que le légume lui-même, c’est sa cuisson qui est ici en jeu et mène à une fin irrémédiable. De nos jours, l’expression s’est transformée pour illustrer plus largement la fatalité : les jeux sont faits, sans aucun espoir de changer le cours des événements.

Ironie du sort : la Résistance choisit ce code pour diffuser à la radio de Londres un message de la plus haute importance. Les carottes sont cuites, je répète, les carottes sont cuites ! signale l’imminence du débarquement des forces alliées en Normandie. Comme quoi, il est bon de toujours garder espoir !

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson
©Christelle Desbordes

Marchez-vous à la carotte ou au bâton ?

L’image est bien connue : un âne, têtu et peu enclin à obéir, refuse d’avancer. Deux options s’offrent alors l’ânier :

  • Présenter à l’animal une carotte, suspendue à une perche, qu’il essaie désespérément d’attraper tandis que le légume continue de lui échapper. L’homme choisit ici l’incitation positive, jouant sur la gourmandise de l’âne et sur la tentation que représente l’appât de la carotte pour le motiver à avancer. Que l’animal se rassure : si le maître est loyal, la récompense sera au bout du chemin !
  • Lui donner des coups de bâton. Il privilégie alors la menace et la punition.

Plusieurs expressions récentes de la langue française utilisent cette métaphore :

  • La carotte ou le bâton est la traduction d’un dicton anglais connu depuis 1948 : the carrot or the stick. Doit-on récompenser celui qui fait le bien ou punir celui qui agit mal ? Voilà tout l’enjeu de cette expression.
  • Marcher à la carotte signifie n’agir que si l’on y trouve un intérêt, être guidé par l’appât du gain. La formule, assez récente, viendrait là encore d’une expression anglaise : agiter la carotte. Employée depuis la fin du XIXe siècle, elle signifie faire des promesses pour attirer son interlocuteur. La carotte comme symbole de récompense est une image souvent employée dans le vocabulaire politique. Elle sert alors de monnaie d’échange pour imposer une loi ou calmer la grogne des opposants.
  • Carotter est synonyme de duper, arnaquer, obtenir par mensonge ou voler. On peut carotter de l’argent à sa mère par exemple, mais on peut aussi se faire carotter par un escroc. Le langage est familier et l’idée toujours la même : tel l’âne à qui l’on promet une carotte qu’il n’obtiendra jamais, la personne qui s’est fait carotter s’est bien fait avoir !

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson

Le cri de la carotte vous fait-il peur ?

Couramment utilisée par les opposants au végétalisme, l’expression semble trouver son origine au XIXe siècle. Dans leur pantomime La reine des carottes, parue en 1848, Champfleury et Albert-Henry Monnier évoquent en effet les cris poussés par les carottes lorsque Pierrot, jardinier attentif à ses légumes, prépare un bon repas pour Colombine, sa compagne. Épluchées, découpées, mises à bouillir, les carottes poussent des hurlements de douleur que le héros ne peut supporter. Les spectateurs ont-ils entendu le cri de la carotte ? Sans doute pas car la pièce était mimée. Toujours est-il que le succès fut immédiat ! L’intention de Champfleury était de se moquer gentiment des végétariens. L’usage de cette expression est, de nos jours, bien plus acerbe et révèle le clivage exacerbé entre deux conceptions irréconciliables du vivant.

C’est Michel Serrault qui, en 1995, dans son livre Le cri de la carotte. Conversations avec Jean-Louis Remilleux, remet l’expression au goût du jour. Il y évoque le malaise qu’il ressent lorsqu’il arrache une carotte et qu’elle se met à crier. Il dit également avoir été choqué, lors d’une séance de pêche, par une femme ayant frappé un poisson contre le sol pour l’achever. Pourquoi ces mots de la bouche du maître de l’absurde ? Simple fantaisie burlesque ou message plus profond ? Nul ne le saura jamais !

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson
©Christelle Desbordes

Les carottes rendent-elles vraiment aimables ?

Mange des carottes, ça rend aimable ! Quel parent n’a pas un jour prononcé cette phrase pour faire avaler à son enfant un plat du précieux légume ! Simple stratagème ou vérité scientifique ? Une équipe de chercheurs des universités d’Harvard et de Wisconsin-Madison a tranché : la carotte rend bien aimable !

Elle est en effet riche en caroténoïdes, parmi lesquels le bêta-carotène ou provitamine A. Ces pigments végétaux donnent au légume racine sa couleur orange et agissent sur l’organisme comme de puissants antioxydants. L’étude américaine montre que plus la concentration de caroténoïdes dans votre sang est élevée, plus vous vous sentez optimiste. Manger des carottes participe donc à votre bien-être psychologique. Et qui dit être bien dans ses baskets, dit être plus aimable !

La saveur sucrée de la carotte joue aussi en sa faveur. Elle contient en effet 6 à 9 % de sucre, alors que la teneur moyenne en sucre des légumes crus est de 5 %. Elle se place ainsi parmi les légumes préférés des Français. Sa douceur est bonne pour le moral et contribue à rendre aimable les plus gourmands !

La carotte est également bénéfique pour notre estomac. Crue, elle est riche en fibres, qui favorisent le sentiment de satiété. Cuite, elle est très digeste. Comme on est plus aimable quand on est bien dans son corps, l’estomac bien rempli et la digestion sereine ! N’est-ce pas ?

La démonstration ne saurait être entière sans évoquer notre ami l’âne. Encore lui ! Obstiné et revêche, il devient plus aimable et accepte d’avancer quand on lui tend une carotte. Le doute n’est plus permis : manger des carottes rend aimable, c’est désormais garanti !

La carotte enfin démasquée ! - Le blog du hérisson

Un homme aux fesses roses mange-t-il trop de carottes ?

Les carottes donnent les fesses roses ou les cuisses roses : voilà encore une expression maintes fois prononcée par nos parents pour nous ouvrir l’appétit ! Ils n’ont pas tort : les bienfaits des caroténoïdes, et notamment du bêta-carotène, sur la santé sont scientifiquement reconnus. Barrière efficace contre les maladies cardio-vasculaires et certains cancers, ces antioxydants aident également à lutter contre le vieillissement de la peau. Comme le dit l’adage : les carottes donnent bonne mine !

Les fesses et les cuisses roses, vous avez dit ? Le bêta-carotène donne plutôt à votre peau une teinte orange ! C’est le cas lorsque vous suivez une cure de compléments alimentaires à base de cette molécule pour préparer votre épiderme au soleil. À trop forte dose, cette provitamine A peut même occasionner une caroténodermie. La peau prend alors une couleur nettement orangée, davantage visible chez les personnes qui ont une carnation claire. Alors, mangeons des carottes pour avoir le teint hâlé, mais évitons de passer à l’orange !

Eh voilà, la carotte, miroir de notre culture et alliée de notre quotidien, n’a plus de secrets pour vous. Enfin démasquée, vous pourrez désormais la cuisiner en la regardant bien en face ! Et si vous en avez assez, pourquoi ne pas vous pencher sur la betterave : un légume aux nombreuses vertus !

Christelle Desbordes

Laisser un commentaire