La sonde Solar Orbiter à la découverte du Soleil

Le vaisseau spatial Solar Orbiter a décollé le 10 février 2020 à 5 h 03 (heure de Paris), de cap Canaveral, en Floride, à bord de la fusée Atlas V 411. Cette mission s’effectue dans le cadre d’une collaboration internationale entre l’ESA (Agence spatiale européenne) et la NASA. Les scientifiques attendent beaucoup de la sonde Solar Orbiter dont l’objectif est de partir à la découverte du Soleil. Petit tour d’horizon de cette nouvelle aventure spatiale.

La sonde Solar Orbiter à la découverte du Soleil - Le blog du hérisson
©ESA

La mission de Solar Orbiter : déceler les mystères que renferme le Soleil

Solar Orbiter doit commencer son travail en novembre 2021, le temps qu’elle puisse arriver assez près du Soleil, à un emplacement encore inexploré. Une fois opérationnelle, la sonde s’approchera à 42 millions de kilomètres de l’étoile tous les cinq mois. 

L’objectif est d’observer les vents solaires, et surtout les éruptions du Soleil afin de mieux les prévenir.

À l’heure actuelle, il est encore difficile de prévoir le comportement du Soleil ainsi que l’influence qu’il exerce sur la Terre. Pourtant, les éruptions solaires provoquent des tempêtes qui peuvent représenter un danger pour notre planète, car elles dérèglent son environnement magnétique.

Cette mission doit donc aider les scientifiques à comprendre pourquoi et comment sont déclenchées ces éruptions, à observer l’endroit où elles naissent, ainsi que les conséquences pour notre planète.

À la suite de cette première phase d’observation, Solar Orbiter utilisera la gravité de Vénus et de la Terre pour aller observer les régions polaires du Soleil. Ce sera la première fois que des clichés de cette zone pourront être pris.

La sonde Solar Orbiter à la découverte du Soleil - Le blog du hérisson

Solar Orbiter dispose d’une technologie innovante

Étant donné que la sonde Solar Orbiter va devoir supporter des températures extrêmement chaudes (environ 500 °C), elle est dotée d’un bouclier thermique, qui assurera la protection des dix instruments chargés d’observer le Soleil

Les instruments de télédétection devront prendre des clichés de la photosphère et de la couronne solaire.

Les instruments de mesure, quant à eux, récolteront des données qui permettront aux scientifiques de mieux percevoir comment sont créés les vents solaires et l’héliosphère. Ils permettront aussi de voir de quoi se composent les éruptions solaires, pourquoi elles ont lieu, et les conséquences qui en découlent.

Grâce à ces données, La connaissance de la météorologie de l’espace sera améliorée, et il pourra être possible de mieux prévoir les tempêtes solaires et réduire ainsi les risques pour notre planète.

Un travail en duo

Solar Orbiter va travailler avec la sonde solaire de la Nasa, Parker Solar Probe, lancée pendant l’été 2018.

Ces deux sondes sont complémentaires. Parker Solar Probe pourra être plus proche du Soleil puisqu’elle devrait pouvoir se positionner à environ 7 millions de kilomètres de l’étoile. Mais, à l’inverse de Solar Orbiter, elle ne dispose pas d’une technologie qui lui permette d’observer directement le Soleil. La sonde Solar Orbiter peut, quant à elle, regarder directement l’étoile grâce à des ouvertures intégrées dans le bouclier thermique.

Elle pourra donc visualiser l’environnement spatial et faire des clichés pour permettre à Parker Solar Probe de récupérer des données plus proches du Soleil.

La mission de Solar Orbiter devrait se poursuivre jusqu’en 2030, date à laquelle son carburant devrait être épuisé. Nous aurons alors compris comment le Soleil peut affecter l’environnement spatial et ainsi mieux anticiper les dangers pour les humains. Rendez-vous pour le début de la mission en 2021 et un nouveau départ de Thomas Pesquet dans l’espace.

Laurence Terroni

La sonde Solar Orbiter à la découverte du Soleil

Laisser un commentaire