Le CBD : nouveau remède contre la douleur ?

En France, plus de 8 millions de personnes subissent des douleurs chroniques qu’aucun traitement ne parvient à soulager. Mais depuis une dizaine d’années, un produit présenté comme révolutionnaire est apparu sur le marché : le CBD ou cannabidiol. Sur la toile, de nombreux sites et témoignages vantent les propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes de cette molécule issue de la plante de chanvre, du latin cannabis Sativa L. En parallèle, une multitude de boutiques spécialisées ont ouvert leurs portes et proposent de l’huile de cannabidiol pour calmer les souffrances. Malgré les arguments avancés, le CBD peut-il devenir le nouveau remède contre la douleur ? Décryptage sur l’état des recherches actuelles.

Le CBD : nouveau remède contre la douleur ? - Le blog du hérisson

Le CBD, la molécule extraite de la plante de chanvre

Le chanvre est très utilisé dans l’industrie papier, l’alimentation et la construction. Issu de la même famille que la plante de cannabis, il est très facile de les confondre. Leur principale différence ? Le taux THC et de CBD qu’ils renferment. Le plant de cannabis concentre une proportion élevée de THC. Inversement, la plante de chanvre contient en majorité du cannabidiol.

Le THC – ou tétrahydrocannabinol – est le responsable des effets euphorisants et addictifs dont l’usage est interdit dans de nombreux pays. Dans l’Union européenne, le cannabis est considéré comme drogue, donc illicite, dès lors qu’il compte plus de 0,2 % de THC.

En France, l’exploitation du CBD est légale, même si elle reste réglementée. Les chercheurs ont démontré depuis 1963 que cette substance ne provoque aucun effet psychotrope ou de dépendance. L’Organisation mondiale de la santé a en outre avancé que cette molécule pourrait permettre de traiter plusieurs pathologies.

Le cannabidiol se vend sous de multiples formes dans les boutiques, les bureaux de tabac ou sur le net : huile, e-cigarettes, fleurs séchées, thé ou encore cosmétiques. Ses consommateurs, toujours plus nombreux, lui prêtent des vertus médicales. Beaucoup y trouvent leur compte, car, selon eux, il leur évite de passer par une prise trop importante de médicaments, notamment pour des douleurs chroniques. Mais le CBD agit-il réellement ou fait-il office de placebo ?

Le CBD soulage-t-il vraiment la douleur ?

Depuis la découverte du cannabidiol, celui-ci a fait l’objet d’un grand nombre d’études américaines et canadiennes qui n’apportent pas de réponses tranchées sur son efficacité contre la douleur.

• Des expérimentations peu concluantes

La seule certitude acquise à ce jour concerne l’influence positive du cannabidiol dans le traitement de l’épilepsie infantile. Ces résultats concluants ont d’ailleurs abouti à la mise sur le marché de l’Epidiolex®, premier médicament à base de CBD.

Les expériences menées sur les animaux indiquent que le CBD inhibe la souffrance liée aux maladies chroniques telles que les rhumatismes, la sclérose ou l’arthrite. Il agirait comme un anti-inflammatoire et possèderait des pouvoirs analgésiques. Toutefois, la traduction chez l’Homme ne semble pas aussi probante.

De plus, l’efficacité du CBD sur les douleurs de type neuropathiques et musculosquelettiques ne se révèle pas décisive. Cela s’explique par le fait que la majorité des expérimentations mesurent l’impact du CBD associé au THC, la substance psychoactive de la plante de cannabis.

Contrairement à d’autres pays, la France interdit de présenter les produits CBD comme générant un quelconque effet thérapeutique. Les recherches encore peu concluantes poussent les autorités à appliquer le principe de précaution en encadrant strictement, dans le respect des normes européennes, la culture et l’utilisation industrielle et commerciale du chanvre.

• L’étude sur le cannabis thérapeutique : une première en France

Les chercheurs ont récemment montré que le THC déclenche les récepteurs CB1 et CB2 de notre système endocannabinoïde et d’autres protéines impliquées dans la transmission des messages douloureux jusqu’au cerveau. Le CBD associé au THC permet de limiter les effets secondaires de ce dernier et de favoriser la production d’anandamide, aussi appelée hormone du bonheur. Il stimule également l’émission de sérotonine qui génère une baisse de l’anxiété.

Prenant acte de ces découvertes, la France vient d’autoriser l’étude sur le cannabis à usage médical. C’est l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) qui pilote ce projet depuis mars 2021 et pour une période de deux ans.

L’expérimentation est ouverte à 3000 patients en situation de souffrance quotidienne ou de mauvaise tolérance aux traitements classiques. Ils seront suivis sur une durée minimale de 6 mois. Le comité scientifique a retenu 5 indications thérapeutiques pour pratiquer l’usage du cannabis à des fins médicales :

  • soulager les douleurs neuropathiques persistantes ;
  • traiter certaines formes d’épilepsie sévères qui résistent aux médicaments du marché ;
  • atténuer certains symptômes chroniques liés au cancer ou à ses médications ;
  • agir dans situations palliatives ;
  • réduire les contractions musculaires douloureuses de la sclérose en plaques ou des autres pathologies du système nerveux central.

L’ANSM exclut la prescription du cannabis par voie fumée, car les risques pour la santé sont trop élevés. Les traitements seront administrés par inhalation (fleurs séchées de cannabis à vaporiser) ou par voie orale (huile). Le ratio THC/CBD pourra varier : THC dominant, ratio équilibré en THC et CBD, CBD dominant.

Au regard des résultats actuels, rien ne permet d’affirmer que le cannabidiol peut soulager à lui seul tous les types de douleurs. Les recherches sur ce sujet viennent de débuter. Mais nul doute que l’expérimentation française du cannabis thérapeutique aidera à mieux appréhender la véritable action du CBD sur notre corps.

Élisabeth Perdrix

Laisser un commentaire