Le prix Goncourt 2021 : à lire absolument

Lauréat du prix Goncourt 2021, La Plus secrète mémoire des hommes, de Mohamed Mbougar Sarr, est le roman à lire absolument. Pourquoi est-il si bouleversant ? Et de quoi parle-t-il ? Voici un petit résumé pour vous donner envie de le lire ou tout simplement pour ne pas être perdu dans une conversation au sujet du dernier Goncourt !

Le prix Goncourt 2021 : à lire absolument - Le blog du hérisson
©LP / Fred Dugit

À la recherche d’un auteur perdu

Vous adorerez suivre le personnage de Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais installé en France qui s’improvise détective. Il évolue dans un milieu littéraire bohème entre désirs refoulés et angoisses existentielles. Son quotidien est assez terne. Un jour, il fait la découverte d’un chef-d’œuvre mythique paru en 1938 et au titre mystérieux de Labyrinthe de l’inhumain. Cette lecture va chambouler sa vie et la transformer à jamais. Intrigué par son auteur du nom d’Elimane, notre héros se met à sa recherche et tente de percer à jour son identité.

• Une galerie de personnages extraordinaires

Pour déceler les secrets de cet auteur, Diégane part à la rencontre de la poétesse Siga qui lui avait parlé la première fois de cette œuvre oubliée du monde littéraire. À la manière d’une Shéhérazade, elle lui révèle page après page le passé du poète maudit. Les révélations se succèdent. Son histoire se nourrit des récits d’autres personnages aussi extraordinaires les uns que les autres qu’elle a rencontrés au cours de sa vie : son père, tout d’abord, puis d’anciens amis ou maîtresses d’Elimane.

• Une aventure littéraire à travers plusieurs continents

Cette enquête se transforme en véritable aventure entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Sud. Nous remontons aussi le temps en suivant le fil des souvenirs des personnages qu’il  croise. Chacun lui rapporte des épisodes de vie du singulier T.C. Elimane. Cet auteur haut en couleurs hante les pages de ce livre, pour notre plus grand plaisir.

Un récit d’amour avant tout

Derrière la figure de l’écrivain étrange, se cache celle d’un enfant abandonné, déchiré entre plusieurs vérités. Les multiples histoires enchâssées permettent de dévoiler un récit de famille complexe où amour, jalousie et admiration se mêlent. À mesure que les langues se délient, on découvre des vérités qui sont parfois dures à entendre. L’écriture est si authentique qu’il est impossible de ne pas se reconnaître dans l’un des personnages.

• Un génie sur les traces de son père disparu

On vit à travers notre lecture au diapason des émotions et des sentiments de Diégane. On se rend compte petit à petit que T.C. Elimane, au-delà du poète de génie qu’il a été, était aussi tout simplement un fils parti à la recherche de l’amour de son père. Comment ne pas voir, derrière cette quête, celle de Mohamed Mbougar Sarr lui-même, à la recherche d’un père spirituel parmi les écrivains qui l’ont précédé ? En effet, ce livre mystérieux lui a été inspiré par sa lecture de Yombo Ouologuem, écrivain malien, connu pour son livre Le Devoir de violence.

• Un triangle amoureux entre passion et jalousie

L’un des personnages féminins principaux dans ce roman est Mossane, la mère de T.C. Elimane. Elle incarne la passion et la folie. Avant tout mère éplorée, elle est aussi une femme écartelée entre deux hommes, entre deux tragédies passionnelles. Elle se retrouve prise au piège dans ce triangle amoureux et énigmatique dont elle est la seule à détenir la clé. Les épreuves terribles qu’elle a traversées ont fini par lui faire perdre la raison. Sa présence est essentielle pour l’intrigue. C’est une femme étrange et mutique mais c’est justement son silence qui fait sa force et la rend inoubliable.

• Une histoire d’amour peut en cacher une autre

Diégane, notre héros détective, fait tomber un à un les secrets autour du poète et en chemin, il en apprend un peu plus sur lui-même. En effet, il renoue avec un ancien amour : une femme qui n’a jamais quitté son cœur depuis leur rupture. On traverse avec lui les grandes étapes du chagrin d’amour : la tristesse, le deuil, l’espoir et l’impossible retour.

Un essai littéraire révolutionnaire

• Une réflexion amusante et profonde autour de la littérature

Le roman rend hommage aux plus grands livres de la littérature mondiale qui l’ont précédé. Il s’agit d’un réel jeu de piste. On retrouve plusieurs références littéraires à décoder, ce qui donne à lire une œuvre plurielle. Il peut s’agir de citations d’autres auteurs ou même d’écrivains de renom tels que Sábato ou Bukowski. Les personnages inventés par Mohamed Mbougar Sarr côtoient donc des personnalités réelles, ce qui ajoute à la profondeur de son univers romanesque.

• La littérature, mode d’emploi

Cet ouvrage se lit presque comme un essai où, tour à tour, les plus grandes questions littéraires sont abordées. Est-ce que tout a déjà été dit en littérature ? Pourquoi continue-t-on d’écrire ? L’auteur interroge les thèmes de l’imitation et du plagiat dans le processus d’écriture. L’invention de nouveaux textes ne serait peut-être qu’une reformulation des écrits passés. Le geste de l’écrivain est à la fois une critique et un éloge de la création littéraire.

• Une réflexion sociale et politique

J’ai aussi aimé retrouver des réflexions sociales, culturelles et politiques qui dépassent le monde des Lettres. Mohamed Mbougar Sarr pose la question de l’exil et de l’identité dans ce roman aux allures d’essai. En faisant parcourir l’envers le chemin du commerce triangulaire, d’un continent à l’autre, il aborde le rapport entre l’Afrique et l’Europe. Il dénonce le passé esclavagiste. Ce qui l’amène bien évidemment à mettre en cause le racisme et à montrer qu’il n’est pas évident d’être Noir et écrivain encore aujourd’hui, notamment en tant que francophone. Le Goncourt est donc une consécration. Coédité par les Éditions Philippe Rey et la maison sénégalaise Jimsaan, c’est une réelle collaboration au-delà des frontières qui permet de célébrer le talent prodigieux de Mohamed Mbougar Sarr. Il devient le 119ème à recevoir ce prix mais le plus jeune primé de l’histoire !

C’est un livre qu’il faut absolument lire car il possède toutes les caractéristiques d’un chef-d’œuvre :

  • On se surprend à rire et pleurer ;       
  • On embarque pour un voyage hors du commun ;
  • On en sort grandi ;
  • On tourne la dernière page avec nostalgie.

La Plus secrète mémoire des hommes est un roman si foisonnant, qu’en le refermant, vous aurez l’impression de refermer non pas un, mais plusieurs livres.

Lamia Gormit

Laisser un commentaire