« Un Mégot à la Mer ! » Et si on agissait ?

Nos océans deviendraient-ils des cendriers géants ? Si l’on sait qu’ils sont envahis par le plastique, la problématique de la pollution de l’eau au mégot de cigarette est plus méconnue. Or, il est le 3e déchet le plus mortel pour les fonds marins et leur écosystème. Mais comment échoue-t-il dans la grande bleue ? Et quelles solutions existent pour endiguer cette noyade aux effets collatéraux ? Sensibiliser à cette pollution est nécessaire, mais dans cet article, vous découvrirez surtout que de belles initiatives se développent. Recyclage des mégots et écogestes, voici un tour d’horizon de la manière dont fumeurs et non-fumeurs peuvent agir au quotidien pour ne plus voir un mégot à la mer !

Un Mégot à la Mer ! Et si on agissait ? - Le blog du hérisson
Plaque de sensibilisation à la pollution ©Maureen Pineau

Jeter un mégot par terre : le petit geste qui porte loin

Écraser au sol une cigarette consumée peut paraître anodin, mais cela a pourtant de lourdes conséquences. Si petit soit-il, le mégot génère une pollution alarmante, et pas seulement visuelle. Car une fois jeté par terre, il a toutes les chances de finir emporté par les eaux jusque dans les mers et les océans.

Les chiffres concernant cette pollution sont éloquents :

  • 1er déchet que l’on trouve au sol.
  • 1/3 sont incinérés ou enfouis, soit 2/3 qui finissent dans l’environnement.
  • 8 millions de mégots jetés chaque minute à travers le monde.
  • En France, cela représente 20 000 à 25 000 tonnes chaque année.
  • 1 mégot pollue 500 litres d’eau.
  • Il met 10 à 15 ans pour se dégrader.

Trêve de suspense ! La plupart des mégots semés durant une balade en montagne ne resteront pas gentiment sur place à se désagréger, pas plus que ceux qui ont été enterrés sous le sable au coin de la serviette de plage cet été ! Enfin, ceux abandonnés en milieu naturel ne représentent que 40 % des responsables de cette pollution.

En ville, un filtre de cigarette qui jonche le bitume est rarement ramassé par les services municipaux. Le plus souvent, il sera entraîné par le ruissellement de la pluie, comme ses copains dispersés en pleine nature. Ainsi, débute pour lui un long voyage en direction du caniveau, des bouches d’évacuations d’eaux pluviales, puis des rivières et des fleuves avant de finir sur le littoral.

Il est donc urgent pour chacun d’entre-nous d’agir et d’adopter des comportements responsables. Bonne nouvelle, plusieurs solutions s’offrent à nous pour « sortir » chaque mégot de la mer !

Un Mégot à la Mer ! Et si on agissait ? - Le blog du hérisson
Un mégot sur le littoral ©Maureen Pineau

Recycler les mégots : le nouvel écogeste qui a de l’avenir

Innovation française (cocorico !), la 1ère usine de recyclage des mégots a vu le jour en 2017 en Bretagne dans le Finistère (breizhorico !), à Bourg-Blanc, près de Brest.

Sensibiliser les fumeurs et collecter les mégots pour qu’ils n’atterrissent plus sur le sol est un premier pas. Mais pour endiguer cette pollution environnementale et répondre à la demande de ses clients, l’entreprise MéGo! a eu envie d’aller plus loin afin d’apporter une solution durable. Car ce déchet se compose de 4 000 substances chimiques dangereuses et d’un filtre à base de matière plastique, l’acétate de cellulose. Même après s’être totalement dégradé, il restera dans l’environnement sous forme de nanoparticules. 

L’entreprise Bretonne a donc développé un système de traitement et de transformation vertueux. En plus de les collecter et de les trier, MéGo! permet de dépolluer, décomposer puis recycler les composants du mégot de cigarette.

  • Les restes de tabac et de papier cigarette sont réutilisés sous forme de compost.
  • Les substances toxiques sont extraites puis acheminées vers un centre de traitement des déchets dangereux.
  • La matière plastique est transformée en plaques utilisées ensuite pour fabriquer du mobilier urbain (bancs, tabourets, etc.).

Pose de cendriers urbains, sensibilisation, collecte et recyclage, peu à peu l’usine déploie son offre sur l’ensemble du territoire français, jusqu’en Belgique. Vous souhaitez participer à ce nouvel écogeste en faveur de l’environnement ? Que vous soyez une petite ou grande entreprise, une association ou même un particulier, l’entreprise vous propose des kits adaptés.

Avec 60 milliards de mégots produits chaque année en France, développer des usines de recyclage offrirait une solution pérenne. Des associations militent activement pour obliger les industriels du tabac à recycler les déchets qu’ils produisent. Ils souhaitent aller plus loin que la « loi anti-gaspillage pour une économie circulaire » promulguée le 10 février 2020. Celle-ci prévoit que d’ici 2021 les fabricants de tabac paient une taxe qui servira à financer les frais de collecte (avant incinération) et la sensibilisation des fumeurs à la pollution aux mégots. Les coûts de traitement et de recyclage resteraient alors à la charge des collectivités ou des entreprises privées.

Envie d’apporter votre soutien à ces associations ? Vous pouvez dès à présent signer la pétition en ligne de GreenMinded.

Les mégots et la mer : 4 écogestes gratuits

Si pour l’instant le recyclage des filtres de cigarette n’est pas la norme dans l’hexagone, d’autres solutions sont possibles pour réduire l’impact des mégots sur la pollution de l’eau et de l’environnement.

Un Mégot à la Mer ! Et si on agissait ? - Le blog du hérisson
Opération nettoyage d’une plage

1. Adopter un cendrier de poche

En intérieur, il ne nous viendrait pas à l’idée de jeter les mégots sur le sol. Tous les fumeurs utilisent chez eux un cendrier. Alors pourquoi ne pas conserver cette saine habitude en dehors de la maison ? Fouillez vos fonds de tiroirs, vos greniers ou ceux de vos proches. Vous dénicherez sûrement une petite boîte que vous pourrez recycler en cendrier de poche !

Si vraiment vous ne trouvez pas, vous pourrez en acheter pour une modique somme sur les sites Internet de GreenMinded, de MéGo! ou de OwnBox.

2. Transformer les mégots en meuble, en planche de surf…

Eh oui ! Place à la créativité ! À l’instar de l’entreprise MéGO! qui les transforme en mobilier urbain et en cendrier, d’autres initiatives ont vu le jour pour valoriser les mégots. Un étudiant Lillois a ainsi créé une doudoune rembourrée à partir de filtres dépollués. Le surfeur et chanteur américain Jack Johnson surfe quant à lui sur une planche conçue à partir de 10 000 mégots. Cette idée un peu folle est née du collectif californien The Cigarette Surfboard dont le projet visait à fabriquer quelque chose de beau à partir de l’indésirable déchet pour sensibiliser le public à la pollution des océans.

3. Participer à une opération de nettoyage

Jusque-là, vous pensiez que jeter un mégot au sol était anodin ? L’heure n’est pas à la culpabilisation mais à l’action ! Et si vous vous inscriviez à une initiative de nettoyage de l’environnement près de chez vous ? Ludiques et utiles, ces quelques heures sont aussi l’occasion de moments conviviaux.

4. Arrêter le tabac pour sauvegarder la nature

Enfin, si vous envisagez de dire adieu aux cigarettes, vous avez peut-être trouvé l’argument ultime pour vous motiver à franchir le pas. En plus de protéger votre santé et votre porte-monnaie, vous avez dorénavant la possibilité de sauvegarder la nature et les océans simplement en cessant de fumer.

Les plastiques ont envahi nos fleuves et se répandent dans nos océans. Mais ils sont loin d’être les seuls. Grands oubliés dans la gestion des déchets toxiques, les mégots engendrent une pollution de l’eau qui ne peut plus être ignorée. D’autant que des solutions durables existent, notamment le recyclage qui apporte une réponse plus complète que la simple collecte en vue de les incinérer. Plus nous serons nombreux à connaître ces solutions et plus elles prendront de l’ampleur. Alors n’hésitez pas à sensibiliser votre entourage et à partager cet article !

Maureen Pineau

Laisser un commentaire