Elon Musk travaille à un cerveau connecté

Qui n’a jamais rêvé de posséder des dons de télépathie et de télékinésie ? À l’heure où les progrès technologiques connaissent une croissance exponentielle, les rêves les plus fous sont permis. Parmi les figures emblématiques du high-tech, on ne présente plus Elon Musk. Depuis 2002, le milliardaire d’origine sud-africaine captive le monde avec des projets toujours plus ambitieux. Avec Neuralink, Elon Musk travaille désormais à un cerveau connecté. Alors à quand l’implantation d’une puce dans votre tête ? Que nous réserve cette future interface homme-machine ?

Elon Musk travaille à un cerveau connecté - Le blog du hérisson

Elon Musk, l’homme aux mille projets

• Un homme ambitieux

C’est en 1995 qu’ Elon Musk fait son entrée dans le monde des start-up avec la création de Zip2, un éditeur de logiciel de publication de contenu en ligne pour les entreprises.
Seulement 4 ans plus tard, il empoche 341 millions de dollars avec la vente de son premier business. La machine est lancée.
Cet ambitieux visionnaire rêve de changer le monde et l’humanité. Au nom de la préservation de l’espèce humaine, il souhaite réduire le réchauffement climatique, offrir une nouvelle terre à la race humaine, s’allier avec les machines…

• De l’espace au cerveau

Pour accomplir la mission qu’il s’est donnée, Elon Musk lance de nombreux projets :

  • Space X : cette firme spatiale a pour objectif de baisser les coûts des envois dans l’espace et d’emmener l’homme sur mars en 2024.
  • Tesla : il veut accélérer la transition mondiale vers un schéma énergétique durable grâce à des voitures électriques performantes et avant-gardistes.
  • Boring Company : elle ambitionne de fluidifier les zones urbaines en créant des tunnels visant à libérer les artères des grandes agglomérations.
  • Hyperloop : ce moyen de transport supersonique propulsera des capsules à plus de 1 000 km/h dans un tube sous basse pression.

Mais le chef de file ne s’arrête pas là. Avec The Link, sa vision transhumaniste entre en scène.

The Link, un projet fou d’implant cérébral

• Le contrôle du cerveau, pas une première

Depuis 30 ans déjà, de nombreux chercheurs et ingénieurs de la communauté scientifique effectuent des travaux sur le cerveau. Il s’agit d’un travail long et complexe.

Chaque cerveau a une structure unique, massivement interconnectée, explique Dean Burnett, chercheur de l’université de Cardiff

Des premiers résultats voient le jour depuis une quinzaine d’années. En 2003, notamment, la société de biotechnologie Cyberkinetics collabore avec le département de neurosciences de l’université Brown et met au point la technologie BrainGate. Elle permet le contrôle d’un bras robotique grâce à une puce implantée dans le cerveau.

Mais en fondant Neuralink en 2016, Elon Musk innove avec sa puce baptisée Link dans laquelle il implémente une technologie beaucoup plus évoluée. Son approche plus agressive lui permet une avancée bien plus rapide que ses prédécesseurs. En véritable homme d’affaires, il teste et commercialise ses innovations en même temps.

• Des expérimentations en cours

Avant de relever l’incroyable défi de connecter le cerveau humain aux appareils électroniques, Elon Musk fait ses premiers essais sur des animaux, selon le protocole scientifique habituel.

Ainsi, le 28 août 2020, lors d’une conférence, Neuralink offre une première démonstration en direct. Les spectateurs découvrent une truie marchant sur un tapis roulant. Grâce aux informations transmises par la puce implantée dans le cerveau de l’animal, l’ordinateur est capable d’anticiper la position de ses 4 membres.

En avril 2021, la startup poste une vidéo sur Twitter dans laquelle un singe joue au jeu vidéo Pong par la pensée. Sa puce cérébrale permet de prédire les mouvements de sa patte. Il peut ainsi jouer sans joystick.

Pour le moment, Neuralink se targue donc uniquement d’enregistrements d’activités cérébrales. On subodore une opération de communication visant à collecter des fonds et recruter de nombreux ingénieurs, chirurgiens, chimistes, spécialistes de la robotique et autres. Elon Musk travaille, dans l’ombre, à un cerveau connecté.

• Comment se présente The Link

The Link est un cylindre de 23 millimètres de diamètre et 8 millimètres de hauteur. Connecté à la surface du cerveau par de petits filaments, ce boîtier miniature communique avec les ordinateurs grâce à la technologie sans fil Bluetooth et se recharge par induction pour proposer une autonomie d’une journée.

Cette puce serait implantée à la surface du cortex cérébral, emplacement idéal pour cibler de nombreuses fonctions cognitives du cerveau. L’intervention serait rapide et indolore : il ne faudrait compter qu’une petite heure pour qu’un robot chirurgien implante le composant électronique dans votre crâne sans anesthésie générale ni passage à l’hôpital !

Les ambitions de la puce cérébrale pour l’intelligence artificielle

• Vers une amélioration des prises en charge médicales

L’objectif de Neuralink est, dans un premier temps, de prévenir des problèmes neurologiques : perte de mémoire, anxiété, douleurs extrêmes, AVC…
Par la suite, les ambitions sont grandes. Il serait possible d’aider les personnes paralysées en leur permettant, par exemple, d’utiliser leur smartphone par la pensée. Quant à l’envoi de signaux aux muscles par le biais de l’implant, c’est l’énorme espoir de remarcher un jour qui s’offre désormais aux personnes à mobilité réduite.

• Un futur digne de la science-fiction

Le patron de Neuralink craint que l’intelligence artificielle finisse par réduire l’être humain au rôle de « chat domestique ». Pour lui, The Link permettra à l’humain de fusionner avec l’IA et non d’y être asservi.

Il affirme, qu’ainsi doté d’une intelligence augmentée, vous pourrez, à l’instar de la série Black Mirror, sauvegarder vos souvenirs et potentiellement les télécharger dans un autre corps ou dans un robot, ou encore garer votre voiture par télépathie.
C’est donc un univers de science-fiction qui entrera dans les foyers capables de dépenser des milliers de dollars pour avoir un cerveau de la puissance d’une machine.

Pour le moment, Elon Musk doit faire face au scepticisme de la communauté scientifique.
Le recrutement de cobayes humains initialement prévu pour 2020 n’a pas encore démarré. Malgré des annonces qui respectent rarement les plannings, ce véritable innovateur technologique a jusqu’à présent toujours concrétisé ses promesses. Alors dans combien de temps pourrez-vous mettre en carton votre enceinte connectée et écouter directement de la musique depuis votre cerveau ?

Christelle Facon

Elon Musk travaille à un cerveau connecté

Laisser un commentaire