Fausse viande : une bonne alternative ?

Arrivée à pas-de-géant dans nos supermarchés et dans nos restaurants, la viande végane séduit de plus en plus de personnes désireuses de réduire leur consommation de viande. Face à l’enjeu écologique important, dû à la production massive de viande animale, manger autrement devient indispensable, mais est-ce bon pour la santé ? En cela, est-ce que la fausse viande est une bonne alternative ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre.

Fausse viande : une bonne alternative ? - Le blog du hérisson
©Beyond Meat

La fausse viande est-elle un substitut convaincant ?

Avec le confinement, la consommation de substitut de viande a fortement augmenté. Notamment aux Etats-Unis où la fermeture des abattoirs à pousser les consommateurs américains à consommer davantage de produits simili-carnés, à défaut de ne pas pouvoir acheter de viande. Mais la tendance chez les consommateurs de vouloir remplacer la viande d’origine animale ne se résume pas qu’à cela.

À l’heure actuelle, les industriels sont amenés à redoubler d’efforts afin de proposer des produits qualitatifs et qui ne frustrent pas les papilles d’anciens carnivores. Le but étant que la fausse viande s’installe en tant que substitut convaincant.

• La viande végétale

Parmi les nombreuses galettes de blés, de pois chiche ou de soja, de nouveaux produits végétaux ont fait leur apparition.

Des années de recherches et développement ont été nécessaires afin d’arriver à ce résultat. Aujourd’hui, les steaks végétaux, ou autres boulettes et saucisses sans protéines animales, s’imposent dans les chaînes de restauration rapide, et dans les grandes distributions. On pense notamment à Beyond Meat ou Impossible Food, deux marques qui réussissent l’exploit de présenter un produit à l’imitation quasi parfaite d’une viande animale, le tout à base de plantes. Le goût de ces viandes végétales est étonnamment similaire à la vraie viande et leur texture créée l’illusion.

En France, c’est la start-up Les Nouveaux Fermiers qui tente d’introduire des steaks, aiguillettes et nuggets à base de protéine de blé, de pois et de soja, ainsi que de betterave qui donne l’aspect saignant tant apprécié.
Pari gagné donc ?

En plus d’avoir l’impression de manger un véritable burger au steak haché de bœuf, la végétalisation d’un régime alimentaire omnivore participe à la réduction de gaz à effet de serre, la diminution des besoins en eau et en énergie, habituellement nécessaire à l’industrialisation de la viande. Cette conscience écologique mène donc beaucoup de consommateurs à manger davantage végétal.

• La viande cellulaire

Mais, pour les plus réfractaires qui ne survivent pas à un régime alimentaire végétarien, végétalien ou végan, la viande cultivée en laboratoire peut être une solution.

Vous ne rêvez pas, la viande cellulaire existe, elle est créée entièrement à base de cellules-souches de bovin et cultivée en laboratoire. Une viande qui a tout d’une viande, mais sans l’abattage d’animaux, incroyable non ? Tout comme son homologue végétal, cette viande, dite in-vitro, a pour but d’abolir les problèmes éthiques et environnementaux, notamment dû à l’élevage intensif.

Celle-ci n’est pas encore présente sur le marché pour des raisons évidentes : la réglementation exigeante, son étiquetage et l’acceptation du consommateur face à ce genre d’alternative alimentaire. Les chercheurs et fabricants notent tout de même une augmentation progressive du nombre de consommateurs prêts à adopter, ou au moins essayer, ce type de substitut. Ils envisagent une mise sur le marché dès 2022.

Cependant, cette fausse viande est sujet à controverse. En effet, l’association Euro-Toques France (co-présidée par les chefs Guillaume Gomez et Michel Roth) a lancé sa pétition contre la viande issue de cellules-souches et porte son soutien à l’élevage de qualité. Elle interpelle les citoyens à se positionner, à se poser des questions sur l’impact environnemental et culturel que laissera cette viande de laboratoire. Selon eux, il est primordial de préserver l’élevage traditionnel et ainsi continuer à transmettre la culture alimentaire française.

Pour le moment, nous ne connaissons pas l’incidence d’une viande créée en laboratoire sur la santé.

Fausse viande : une bonne alternative ? - Le blog du hérisson
©Mosa Meat

La viande végétale : un produit ultra-transformé

Les consommateurs souhaitant diminuer, voire arrêter leur consommation de viande sans se priver, se dirigeront certainement vers les viandes véganes. Mais attention ! Même si celles-ci restent meilleures pour la santé par rapport à la viande rouge (pouvant provoquer des maladies cardiovasculaires à long terme), la viande végétale reste un produit ultra-transformé.

En effet, la liste des ingrédients nécessaires pour arriver à une telle ressemblance est parfois longue, trop peut-être ? Comme dans toutes ces fabrications industrielles, on retrouve une trop grande quantité de sel ou de sucre et de gras, afin de recréer le gras naturel d’une viande d’origine animale.

La consommation de viande végétale s’apparente donc davantage à de la malbouffe végane qu’à un régime alimentaire végan sain. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’on retrouve ces produits aux menus des fast-foods.

Réduire sa consommation de viande ou la supprimer de son alimentation est indispensable au vu de la catastrophe écologique qu’est l’industrie de la viande. Cela participe à faire diminuer les problèmes environnementaux et éthiques.

Mais il est important de comprendre que les fausses viandes végétales sont aussi des aliments ultra-transformés. La fausse viande d’origine végétale est donc à consommer occasionnellement. Privilégiez les plats végétariens fait maison, c’est bien meilleur !

Et vous ? Prêt à réduire votre consommation de viande pour la bonne cause ?

Noémie Zimmer

Laisser un commentaire