Flâner à Saint-Amand-Montrond | Cher

Depuis quelques étés, les chevauchées flamboyantes de Julian Alaphilippe, l’enfant du pays, ont permis à de nombreux Français de découvrir Saint-Amand-Montrond au point de savoir la placer sur une carte, en plein centre, en plein cœur, au centre du cœur de la France. Mais cette localité sympathique présente bien d’autres intérêts qu’un simple lieu de naissance d’une célébrité. Sous-préfecture du département du Cher, située dans le Boischaut-Sud — habité par la verve poétique de Gabriel Yacoub (ex-leader du groupe Malicorne) –, elle ne demande qu’à révéler ses charmes secrets. Posée au creux de la vallée du Cher, à la lisière des anciennes provinces du Berry et du Bourbonnais, elle est faite d’un alliage rare qui combine les attraits de la ruralité avec la richesse d’un patrimoine culturel sous-estimé. Amoureux de la douceur de vivre, vous avez envie de flâner à Saint-Amand-Montrond ? Suivez le guide !

Flâner à Saint-Amand-Montrond | Cher - Le blog du hérisson
Musée Saint-Vic ©KoS

Un peu d’histoire

Résumons son parcours à grands traits au travers de quelques événements notables. Les premières traces de son existence remontent au VIIIème siècle, époque de l’édification d’un couvent.

La guerre de Cent Ans décime la ville voisine d’Orval, de l’autre côté du Cher, alors plus importante. Beaucoup de rescapés se réfugient donc naturellement sur la rive droite de la rivière, ce qui aboutira au fil des ans à l’avènement d’une plus grande ville, Saint-Amand-Montrond, tandis qu’Orval sera reléguée au second plan.

Bien plus tard, Saint-Amand est le théâtre d’un des épisodes les plus marquants de la Fronde : le siège d’un an (!) de la forteresse de Montrond par les troupes de Mazarin. Le Grand Condé, maître des lieux, lorgnait en effet par trop sur le trône de roi de France au goût du cardinal… La forteresse est rasée en représailles.

Il subsiste peu de marques de la Révolution française. On notera toutefois que le duc de Bethune-Charost, seigneur de Saint-Amand, doit la persistance de l’alignement de sa tête avec son corps à l’intervention massive des habitants en sa faveur : ma tête à couper que le fait est suffisamment rare pour être signalé.

Enfin, l’été 1944 déchire la ville. Une libération précoce précède un nouvel envahissement par les troupes allemandes qui laisse craindre un temps sa destruction totale entre incendies ravageurs et exécutions d’otages, puis de membres de la communauté juive.

Aujourd’hui, Saint-Amand-Montrond peut s’enorgueillir d’un nouvel enthousiasme. C’est une ville ouverte vers l’avenir, dont les fleurons sont l’imprimerie et la bijouterie.

À visiter, à faire, les insolites

La vieille ville : il fait bon flâner dans la vieille ville. À partir de la rue Porte Mutin jusqu’au Pont de pierre, on croisera de belles anciennes demeures au fronton desquelles on remarque souvent la fameuse coquille Saint-Jacques,  emblème et signe de ralliement des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. L’église romane du XII è siècle est elle aussi classée monument historique. Elle contient un orgue célèbre, offert par le Grand Condé en 1668 et toujours en service à l’heure actuelle. Au fil du parcours et de ses accidents, on découvrira aussi des hôtels particuliers, des ruelles mystérieuses et des fantômes glorieux (Jean Giraudoux, Isabelle Godin des Odonnais, Louis Lecoin, Maria Boursin — muse du peintre Bonnard pour n’en citer que quelques-uns) qui tissent une belle histoire impalpable.

Flâner à Saint-Amand-Montrond | Cher - Le blog du hérisson
Pont de pierre ©Julien Descloux

Les foires d’Orval : malgré leur nom, elles se déroulent bien à Saint-Amand-Montrond tous les ans, le troisième lundi d’octobre depuis… 1431. Pendant neuf jours, elles constituent un des rendez-vous incontournables pour les habitants du Boischaut. On s’y retrouve, on mange de la tête de veau, on boit de la bière ou du kir berrichon entre amis, on se tape sur l’épaule, on pavoise dans un joyeux charivari de forains, de manèges, de cris d’enfants, d’odeurs de barbes-à-papa, de gaufres et d’andouillettes. Ce lundi-là est officieusement un jour férié dans la ville…

La forteresse de Montrond : on l’a évoquée plus haut. Il ne s’agit pas d’un château, mais bien d’une forteresse, édifiée au XIIIème siècle, qui domine la butte de Montrond. On la considérait comme l’une des places les plus fortes de France et elle a inspiré quelques années plus tard les travaux d’un certain Vauban. Classée  monument historique , cette ancienne propriété de Sully fait toujours l’objet de visites guidées ou en accès libre. Son parc vallonné constitue aussi un agréable lieu de promenade qui offre un très beau point de vue sur la ville.

Flâner à Saint-Amand-Montrond | Cher - Le blog du hérisson
La forteresse ©SMD du Pays Berry St-Amandois

Les ronds points : une des particularités de Saint-Amand-Montrond… Chaque rond-point a droit à son œuvre d’art. À l’entrée de la ville, vous croirez avoir la berlue, mais vous apercevrez bel et bien un authentique Mirage (oui, oui, l’avion !)… On vous laisse découvrir les autres.

Le canal de Berry : créé en 1840, il a d’abord fait les beaux jours des mariniers. Aujourd’hui déclassé, il offre une promenade superbe tant aux piétons qu’aux cyclistes avec une piste cyclable aménagée qui permet de profiter d’un paysage champêtre tout au long du parcours. Les arbres qui le bordent dessinent une perspective qui n’est pas sans évoquer celle du légendaire canal du Midi à Toulouse.

Le Canal de Berry | Cher - Le blog du hérisson
Canal de Berry ©Cyclotourisme Mag

Culture

Le musée Saint-Vic : ancien couvent, ancienne prison (sans lien de cause à effet entre ces activités successives), le musée Saint-Vic trône au fond du plus beau jardin de la ville. Il propose un panorama très complet de l’art et de l’histoire locale, de la préhistoire à nos jours. On tombera en arrêt devant une molaire de mammouth et en admiration à la vue d’un arbre à sabots créé par Louis Touzet. De fréquentes expositions temporaires. Cours Manuel.

Le théâtre de la Carrosserie Mesnier : comme son nom l’indique, il s’agit d’une carrosserie aménagée. Ce décor original sert d’écrin  à des spectacles intelligents et sensibles. On y assiste à des créations contemporaines, tant dans le domaine de la danse que du théâtre. De nombreux artistes y effectuent des résidences. Des stages et des cours sont aussi prodigués, notamment sur l’art du mime. 3, rue Hôtel-Dieu.

En plus de ces deux lieux, Saint-Amand-Montrond comporte un cinéma, une médiathèque et une grande salle de spectacles, la Cité de l’Or — une pyramide aux allures de « petit Louvre ».

La Cité de l'Or | Cher - Le blog du hérisson
La Cité de l’Or

À visiter dans les alentours

L’abbaye de Noirlac : beaucoup la considèrent comme un des plus beaux ensembles cisterciens de l’Hexagone. Construite à la fin du XIIème siècle et achevé au XIIIème siècle, ses murs traduisent le passage de l’art roman à l’art gothique. On appréciera la sobriété imposante de l’endroit, dans l’écrin d’un bocage préservé, prolongé par des jardins dessinés par un paysagiste de renom. Le lieu comporte aussi un centre culturel et une librairie et propose tout au long de l’année des spectacles, des concerts de haute volée avec des musiciens prestigieux (Jordi Savall, Rodolphe Burger et Gabriel Yacoub parmi beaucoup d’autres …) et des installations d’art contemporain.

La forêt de Tronçais : à 15 km au sud de Saint-Amand-Montrond, dans le département voisin de l’Allier, la plus belle chênaie d’Europe déploie sa majesté sur près de 11 000 ha. Créée à l’initiative de Colbert pour doter la France de solides bateaux de guerre, elle constitue un des rendez-vous incontournables des amoureux de la nature. La forêt avec ses arbres remarquables et plusieurs fois centenaires abrite des lacs de toute beauté et une faune riche. En automne le « brame du cerf » revêt des allures de pèlerinage pour beaucoup. À arpenter au moins une fois dans sa vie.

Le Chatelet, le village des potiers : au sud-ouest de Saint-Amand-Montrond, n’hésitez pas à flâner dans les rues du Châtelet, le village où une demi-douzaine de potiers vous ouvriront la porte de leur atelier-magasin, chacun dans son style. Le dépaysement est garanti. On appréciera aussi à cette occasion le musée de la poterie.

Les châteaux d’Ainay-le-Vieil, Culan et Meillant : à quelques kilomètres de Saint-Amand-Montrond, ils sont de styles très différents, mais leurs particularités font leur attrait. Celui d’Ainay-le-Vieil (et non Ainay-le-Château, c’est un piège !) n’usurpe en rien son surnom de « petit Carcassonne du Berry » : douves, donjons, tours crénelées, tout y est… à cette différence près que vous n’y serez pas accueillis par des archers, mais par des guides sympathiques et compétents ! Quant à ses jardins, outre ses roseraies, il faut absolument prendre le temps de visiter ses chartreuses, ensembles architecturaux végétaux très rares. Le château de Meillant, lui, est plutôt à ranger dans la case du gothique flamboyant. Cette fois, les guides se transforment volontiers en magiciens au fil de la visite pour le plaisir des petits et des grands. Enfin, le château de Culan — immortalisé par quelques peintures de Bernard Buffet — est de facture médiévale, puisque sa construction s’est achevée au XVème siècle. À noter : un des rares bâtiments à avoir conservé ses hourds d’origine. Ces dispositifs, en forme d’échafaudage sous la toiture, permettaient de lancer divers projectiles de bienvenue à la face des éventuels assaillants…

Le tour des « centres de la France »  : autour de Saint-Amand-Montrond, plusieurs petits villages — Vesdun, Bruère-Allichamps, Nassigny, Saulzay-le-Potier — se disputent avec ardeur le titre honorifique de « vrai centre de la France ». Chacun d’entre eux affiche sur le sujet une certitude inexpugnable, parfois teintée d’une sympathique dose de mauvaise foi. Car les méthodes de calcul diffèrent selon, par exemple, qu’on ait décidé ou non de rattacher la Corse au territoire national. On peut donc visiter plusieurs monuments officiels à quelques kilomètres de distance qui attestent de cette qualité. Tous valent le détour. D’autant que d’autres estimations viennent de voir le jour : en tenant compte des départements d’outre-mer, le vrai centre de la France serait situé… en Espagne. Si on ne veut pas aller aussi loin dans cette “logique”, autant se donner l’occasion d’accomplir un beau circuit entre bocage et bouchures.

Les bonnes adresses

La Petite Fermière : une épicerie comme on n’en trouve plus, un peu hors du temps sur la place du marché, avec un large choix de produits du terroir, de breuvages étranges (une liqueur de lait de chèvre…) et de mets raffinés, avec le sourire des propriétaires en prime.
La rue Porte-Mutin et ses commerces d’art : située en zone piétonnière, elle serpente jusqu’à la mairie. S’y côtoient une potière, une créatrice d’émaux d’art, un vendeur de bières locales et la boutique Chemins d’ateliers qui regroupe une trentaine d’artisans qui y exposent à intervalles réguliers. On peut y ajouter une librairie indépendante, Sur les chemins du livre, et un torréfacteur, Le Moulin à café. Bref, de quoi flâner après une journée de visite à Saint-Amand-Montrond.
Le Bec salé : c’est un ancien restaurant que le propriétaire a transformé en espace convivial avec une touche de modernité. Ni tout à fait bar à vin, ni tout à fait épicerie, les produits proposés sont authentiques et goûteux ; leur dégustation est possible sur place, voire recommandée ! 81, avenue du Général de Gaulle.

Où manger, où dormir

Le Bistro : l’établissement propose la plus belle terrasse de la ville, bercée par le clapotis de la Marmande. On se rend dans ce repaire d’artistes rêveurs pour y trouver du calme et d’excellentes bières locales. Concerts organisés régulièrement. 9, rue du Pont Pasquet.
Le Bistrot des Halles : il dispense une cuisine de type bistronomique et se distingue par un excellent rapport qualité-prix. 13, cours Manuel.
La Tour Morillon : au cœur du centre historique de la ville, accueille un salon de thé et une galerie d’art. Une enclave de douceur. 11, rue de la Tour.
Le Eat’n go a réussi une gageure : créer un restaurant de hamburgers avec des produits frais et locaux. Tout est fait maison, y compris les frites. 1, rue de Juranville.
La Place : c’est un nouveau venu sur la place du marché. Quelques chambres de luxe surplombent un restaurant qui fait la part belle aux produits locaux. À découvrir. 21, place du Marché.
Le Biniou : à en croire certains, les crêpes y valent très largement celles de Bretagne. On y déguste aussi des moules délicieuses dans une ambiance conviviale. 20, cours Fleurus.
La Rotonde : c’est LE café de Saint-Amand-Montrond, celui ou les locaux se donnent rendez-vous, sur la place centrale. On baigne ici dans l’atmosphère d’une brasserie parisienne.


Le camping de la Roche : il borde le canal de Berry et ses canards facétieux. Classé 3 étoiles, il propose cent emplacements dans cette catégorie. Aires de jeux, terrains de pétanque et de tennis sont à la disposition des visiteurs, ainsi que des vélos à louer.

Prolonger votre séjour ?

Vous adorerez flâner à Saint-Amand-Montrond. Sachez néanmoins que vous vous exposerez à un risque grave, celui d’avoir envie de profiter de la ville un peu plus longtemps que prévu. Depuis une certaine pandémie, nombreux sont les imprudents tels que vous qui ont succombé à sa douceur de vivre pour s’y installer définitivement ou pour profiter d’une résidence secondaire. Il est vrai que son cadre bucolique — associé à des infrastructures dignes d’une ville de 30 000 habitants, à un marché immobilier des plus cléments et  à un débit internet de très bonne tenue — a de quoi séduire aussi  les fervents du télétravail et les entrepreneurs digitaux. Mais c’est une autre histoire, que nous n’écrirons pas à votre place.

Vincent Rothenburger

4 réflexions sur “Flâner à Saint-Amand-Montrond | Cher

  • 19 avril 2021 à 16 h 43 min
    Permalien

    Que cela fait plaisir de voir mon Berry natal mis en avant aussi joliment 🙂
    Un chouette article qui retrace parfaitement ce qu’il y a à voir et à faire à Saint-Amand et dans les environs ! Mention spéciale pour le château d’Ainay-le-Vieil qui est un de mes chouchous !

    Répondre
    • 21 avril 2021 à 15 h 14 min
      Permalien

      Content que l’article vous ait plu ! Oui, le château d’Ainay-le-Vieil est magnifique. Pour ma part, Saint-Amand, ma ville d’adoption est devenue ma ville de cœur !

      Répondre
      • 21 avril 2021 à 15 h 19 min
        Permalien

        Merci pour ton bel article Vincent. Tu nous fais découvrir une belle destination. Nos régions françaises valent le détour, alors visitons les !
        Christophe

        Répondre

Laisser un commentaire