Le chant de Noël le plus traduit dans le monde

Vous connaissez ce fameux chant de Noël ? Il s’agit du chant Douce nuit, sainte nuit, qui s’intitulait à la base Stille Nacht, heilige Nacht. Pourquoi ? C’est simple, parce que ce chant a été écrit et interprété pour la première fois en Autriche, dans une petite ville appelé Oberndorf. Nous vous faisons découvrir les origines du chant de Noël le plus traduit dans le monde.

Le chant de Noël le plus traduit dans le monde - Le blog du hérisson

Histoire de Stille Nacht

• La légende

Je vais vous raconter par la suite d’une part la légende et d’une autre part l’histoire de ce chant magnifique. C’est parti pour un voyage dans le temps ?

Nous voilà en 1818, dans la petite ville d’Oberndorf, quelque part à côté de Salzbourg. C’est l’hiver et Noël approche à grands pas. Comme chaque année, les chants pour le spectacle traditionnel de l’église doivent être préparés. Comme l’orgue de l’église ne fonctionne plus, Joseph Mohr (le prêtre de la ville) et Franz Xaver Gruber (pianiste) sont obligés d’écrire rapidement un chant de Noël, qu’on va chanter et accompagner à la guitare le lendemain. C’est ainsi qu’apparaît ce chant qui allait être interprété pendant des siècles, dans des églises du monde entier. Les habitants de la ville l’entendent entonner pour la première fois dans l’église Saint Nicolas le soir du 24 décembre 1818. Ils aiment cette musique apaisante et en parlent dans les villages des alentours. Stille Nacht se répand peu à peu dans tout le pays, en étant “adopté” par plusieurs églises pour le culte de Noël. Par l’intermédiaire de la traduction, il est transposé dans d’autres langues et fait partie dorénavant de la tradition musicale de tant de peuples et de cultures.

Le chant de Noël le plus traduit dans le monde - Le blog du hérisson
Eglise Saint Nicolas d’Oberndorf en Autriche ©Getty / Johannes Simon

• La « vraie » histoire

Il y a des historiens qui disent que le texte a été imaginé par Joseph Mohr quand il se trouvait dans la ville de Mariapfarr en Autriche, en 1816. Le jeune prêtre voulait écrire non pas un chant, mais un poème qui fasse référence à un monde rempli de paix et d’harmonie.

L’année suivante, le prêtre est envoyé dans la ville d’Oberndorf et c’est ici qu’il rencontre l’organiste Franz Xaver Gruber. Il lui présente le poème et lui demande s’il peut composer une musique pour deux voix solistes, un chœur et une guitare. Franz Xaver Gruber écrit la musique et le tout fera plus tard le tour du monde. Ainsi un chant écrit par des gens simples, qui y mettent tout leur coeur, devient une des plus belles réussites musicales de tous les temps.

Pas seulement un chant de Noël, mais l’hymne international de la paix

Ce chant de Noël impressionnant devient après 1914 un symbole, étant considéré comme un hymne de la paix. Voici ce qui se passe en 1914, en Belgique. C’était dans le milieu de la guerre, le 24 décembre, et les bruits des armes s’arrêtent. Les soldats allument des bougies et chantent ensemble Stille Nacht, heilige Nacht, en espérant que la paix se rétablisse dans le monde. Ils ne chantent pas tous la même langue, mais leur espoir en la paix est le même. Et pour commémorer ce moment symbolique, le chant autrichien entre dans le patrimoine culturel de l’Unesco.

Le chant de Noël le plus traduit dans le monde - Le blog du hérisson

Qu’en est-il de ce chant aujourd’hui ?

Aujourd’hui ce chant de Noël composé par le prêtre Joseph Mohr est connu dans tous les coins du monde. Grâce à la traduction, aujourd’hui on l’entend dans plus de 300 langues et dialectes et il y a même plusieurs variantes dans une même langue, comme c’est le cas pour la traduction française.

Stille Nacht, heilige Nacht a merveilleusement résisté à l’épreuve du temps. Après plus de deux siècles, on ressent la même paix, la même joie en l’écoutant et en le chantant.

Emanuela Gheorghiu

Le chant de Noël le plus traduit dans le monde

Laisser un commentaire