Le plant parenting ou parentalité végétale

Tendance green devenue un véritable mode de vie chez les moins de 35 ans passionnés de plantes vertes, le plant parenting ou parentalité végétale relance l’intérêt pour le jardinage d’intérieur auprès de la jeune génération.

Le plant parenting ou parentalité végétale - Le blog du hérisson

Une nouvelle façon de concevoir le jardinage

Le plant parenting ou parentalité végétale est un phénomène venu des États-Unis, initié dès 2010 par les millennials. Pour les moins de 35 ans à la main verte, il s’agit de prendre soin de ses plantes vertes avec respect, patience et assiduité, comme le feraient un père et une mère avec son enfant ou, toutes proportions gardées, avec son animal de compagnie. Bien plus qu’un loisir ou une tendance lifestyle, le plant parenting est un véritable mode de vie et une source d’épanouissement au quotidien. En effet, les jeunes “parents de plantes” ne considèrent pas seulement les végétaux comme de beaux objets de décoration, ornementaux et instagramables à souhait. Êtres vivants, les plantes sont pour eux des compagnes de vie à part entière, qu’il faut dorloter et chérir au sein de son foyer. Créateurs éclairés de jungles urbaines ou amateurs passionnés de terrariums, les jeunes amoureux des plantes insufflent un air frais sur le monde du jardinage d’intérieur.

Un mode de vie zen popularisé par les réseaux sociaux

Avant la pandémie de Covid, les collectionneurs de plantes et les décorateurs d’intérieur connaissaient déjà la tendance green du plant parenting. Les confinements ont vu le phénomène prendre une ampleur considérable auprès d’une population urbaine et active ressentant le besoin profond de se rapprocher de la nature. Des communautés de “plant lovers” ont fleuri sur les réseaux sociaux autour de jeunes citadins qui partagent avec enthousiasme leur passion du jardinage d’intérieur, créant des vocations chez des millions d’internautes.

Sur TikTok, le hashtag #PlantMom réunit ainsi de nombreux amoureux des plantes en pot, heureux de donner des nouvelles de la croissance et de la bonne santé de leurs jeunes pousses. Incollables sur les techniques du rempotage et du bouturage, les “parents des plantes” savent conseiller les botanistes néophytes sur la nutrition des végétaux, aiment partager leur routine d’arrosage et dévoilent volontiers leurs trucs et astuces pour soigner les petites misères de leurs “green babies”. YouTube et la blogosphère regorgent de tutoriels ainsi que de témoignages sur l’amour porté aux plantes et le bien-être qu’elles procurent à leurs heureux parents.

En France, l’expression plant parenting est encore peu usitée pour désigner une relation affectueuse avec les plantes. Sur les réseaux sociaux, on lui préfère les termes “plant addict”, “plant lady” ou encore “team pothos”.

Les joies de la parentalité végétale selon la jeune génération

En accueillant pileas et senecios dans son salon ou sur son balcon, la jeune génération a compris comment profiter des joies et des bienfaits d’une activité apaisante et gratifiante, loin de l’agitation numérique, et ce, même dans un espace restreint. Le plant parenting est un art de vivre qui repose en effet sur la conviction qu’interagir avec les plantes vertes améliore le bien-être et la santé mentale. Adopter et materner de mignonnes succulentes ou un majestueux calathea est une solution peu contraignante pour se retrouver rapidement à la tête d’une petite tribu, sans crouler sous les responsabilités ou les dépenses liées à la vie de famille. Les vrais “parents des plantes” veillent toutefois sur semis et bulbes avec une attention toute maternelle, guettant avec hantise un signe révélateur de maladie ou une infestation de thrips (parasites). Inquiets pour leurs protégées à feuille, celles-ci ne sont confiées pendant les congés qu’à des plant-sitters expérimentés. Il n’est pas rare que les “plant mamas” et les “plant daddies” donnent un nom à leurs plantes, leur parlent et consignent leurs progrès dans un carnet de santé.

Le plant parenting ou parentalité végétale - Le blog du hérisson

À lire

  • Les cahiers du jardinier – J’adopte une plante, d’Andrew Mikolajski, Éditions Marabout ;
  • Ma plante et moi, pour une relation harmonieuse et florissante avec ses plantes d’intérieur, de Liedewij Loorbach, Éditions Eyrolles ;
  • Plant Lovers, d’Igor Josifovic et Judith de Graaff, Éditions Eyrolles ;
  • The new plant parent, de Darryl Cheng, Abrams (en anglais).

Gaëlle Carpentier

Laisser un commentaire