Pourquoi apprendre la danse orientale

Vous souhaitez vous initier à la danse et développer votre féminité mais vous redoutez que votre corps, votre âge ou votre santé vous en empêche ? La danse orientale est la danse de la féminité par excellence. Ses origines anciennes et égyptiennes, la diversité de ses styles et son incroyable modernité combleront toutes vos attentes. La danse orientale vous aidera à prendre soin de votre corps et de votre esprit tout en développant vos talents artistiques. Envolez-vous vers un voyage à travers l’Orient et découvrez pourquoi apprendre la danse orientale.

Pourquoi apprendre la danse orientale - Le blog du hérisson

Du temple au harem, histoire d’une danse ancienne

La danse orientale est en réalité un terme générique regroupant une multitude de styles et de cultures. Si l’on trouve des similitudes entre les danses du Maghreb, du Liban, de Syrie ou de Jordanie et la danse égyptienne, cette dernière se démarque néanmoins des autres. Ses origines antiques, sa richesse et sa diffusion dans tout le monde arabe, grâce au cinéma, en font une discipline à part qui attire un nombre croissant de femmes à travers le monde.

Les premières représentations de danse égyptienne remontent à la plus haute antiquité égyptienne. Ces chorégraphies, très codifiées, impliquaient des femmes et des hommes dansant à l’occasion de banquets. On trouve également, dans les temples, des représentations de prêtresses et des prêtres faisant la démonstration de leur art, lors de différents rituels religieux. Par la suite, la danse égyptienne n’eut de cesse d’évoluer.

Au Xème siècle, des populations venues d’Inde, les Ghawazi, vinrent considérablement enrichir le corpus des mouvements de la danse égyptienne. Ils se regroupèrent en troupes et posèrent les jalons de la danse égyptienne moderne. La danse égyptienne était également exercée par les filles de l’aristocratie, les Almées, dans les harems ainsi qu’à la cour. Les Occidentaux découvrirent la danse orientale lors de la campagne d’Égypte de Napoléon Bonaparte. Fascinés par ces femmes à demi-nues, ils donnèrent à cette danse le terme, très réducteur, de « danse du ventre ».

La danse du harem, Giulio Rosati - Le blog du hérisson
La danse du harem, Giulio Rosati

Gloire et renouveau de la danse égyptienne

La danse égyptienne subit de nombreuses transformations au cours du XXème siècle.  En 1926, la danseuse syro-libanaise, Badia Masabni, introduisit la danse orientale dans les casinos opéra et les cabarets du Caire. Elle marqua ainsi le début d’un regain d’intérêt pour la danse égyptienne et contribua au renouveau de cette discipline.

À cette époque, l’attrait mutuel entre la France et l’Égypte produisit un métissage artistique entre la danse traditionnelle égyptienne et le ballet classique européen. Ainsi, la danse orientale égyptienne contient maintenant de nombreux pas de danse classique européenne et les ballets européens ont, pour leur part, intégré des arabesques.

Le XXème siècle vit naître une nouvelle génération de danseuses orientales,  pour beaucoup rendues célèbres par le cinéma. Parmi les plus célèbres, il y a Samia Gamal, qui s’est illustrée dans le film Ali Baba et les quarante voleurs, ou encore Tahia Carioca, Nagwa Fouad, Neima Akef, Fifi Abdou, Soheir Zaki… À leur manière, ces stars de la danse contribuèrent à la modernisation de leur art. On parle de l’Âge d’Or (the Golden Era) de la danse orientale entre les années 1940 et la fin des années 1960.

Les nombreux styles de la danse orientale

La danse orientale égyptienne possède une foule de styles différents les uns des autres. Ces styles peuvent être régionaux et refléter la culture de la Basse-Égypte, de la Haute-Égypte, de la Nubie, des oasis ou du Sinaï. Ils évoquent également des moments de la vie et traduisent bien souvent les aspirations de la société. Voici quelques-uns des plus connus.

• Le Raqs Sharqi, la danse noble

Raqs Sharqi signifie en arabe « danse orientale ». Ce terme désigne le style le plus classique. Il se caractérise par des mouvements aériens et très fluides. Il fut popularisé, notamment, par Samia Gamal.

• Le style baladi, la danse populaire

Le Baladi, dont le nom signifie « mon pays » est un style plus populaire, très enseigné en Europe. De nature plus terrienne que le Sharqi, il est également plus ancien. Fifi Abdou est une des stars du style baladi.

• Le Shaabi, le style de danse de la rue

Shaabi signifie « populaire ». Ce style, très différent du Sharqi, possède des mouvements très accentués. Considéré comme la danse du peuple, c’est un style urbain qui ne cesse de se moderniser.

• Le Saïdi, la danse guerrière de Haute-Égypte

Originaire du Haute-Égypte, la danse saïdi est pratiquée par les hommes et les femmes. Il s’agit au départ d’une danse de combat, qui nécessite souvent l’usage d’une longue canne ou d’un bâton. Son rythme, très particulier, en fait un style des plus incontournables.

• Le Shamadan, la danse au chandelier

La danseuse de Shamadan porte un chandelier sur la tête. Ce style de danse demande de l’équilibre et une grande maîtrise de son corps. Né au Caire, le Shamadan se pratiquait initialement lors des mariages. Il fait, aujourd’hui, l’objet de démonstrations régulières lors de spectacles.

• Les accessoires de la danse orientale

La danse orientale se distingue de la plupart des autres danses par la profusion des accessoires qu’elle peut nécessiter, comme les voiles, les cannes, les bâtons, les ailes d’Isis, les sabres, les chandeliers, les claquoirs… Elle se démarque aussi par la variété et le raffinement de ses costumes. Jupe longue, haut montrant le ventre, ou bien robe longue, foulard ceignant les hanches, parures sophistiquées… Si chaque style de danse possède ses propres codes vestimentaires, c’est également à la danseuse de créer son propre look. Le décorum de la danse orientale a, en réalité, vocation à célébrer la beauté de la femme dans toute sa diversité.

Pourquoi apprendre la danse orientale - Le blog du hérisson

Apprendre la danse orientale et redécouvrir sa féminité

• Développer sa coordination grâce à la danse orientale

La danse orientale égyptienne se caractérise par une très grande maîtrise et une profonde connaissance de son corps. La danseuse doit savoir isoler les différentes parties de son corps pour les faire bouger indépendamment les unes des autres. Développer cette capacité de coordination renforce considérablement les compétences cognitives. Alors pourquoi ne pas apprendre la danse orientale.

• Améliorer sa mémoire et réduire son stress en dansant à l’égyptienne

L’apprentissage des mouvements et des chorégraphies favorisent la mémoire. Une pratique régulière de la danse égyptienne est donc particulièrement bénéfique pour stimuler le cerveau et améliorer la mémoire. Par ailleurs, la danse orientale développe la concentration, réduit le stress et procure un sentiment d’apaisement.

• Se muscler et dessiner sa silhouette en pratiquant la danse orientale

Contrairement à une idée très répandue, la danse orientale n’est pas une danse lascive ne demandant pas d’efforts physiques. Au contraire, les muscles travaillent énormément. Les muscles du dos, des fesses et des cuisses, ainsi que les muscles abdominaux sont particulièrement sollicités. Leur renforcement se fait en douceur et de manière harmonieuse. La souplesse s’acquiert également progressivement et peut atteindre un niveau spectaculaire.

• Améliorer son maintien en apprenant la danse orientale

La danse orientale est la danse de la verticalité. Les mouvements appris permettent d’améliorer son maintien. Un travail très important est effectué sur le dos, les épaules et la poitrine. La danseuse orientale se tient naturellement très droite. Harmonieusement musclée, sa silhouette est tonifiée, sa féminité décuplée.

• Muscler naturellement son périnée, un bienfait de la danse égyptienne

Beaucoup de mouvements travaillent les muscles pelviens en profondeur. Le périnée des danseuses orientale est en effet réputé plus souple, ce qui constitue un bénéfice non négligeable après un accouchement. En fait, la zone du bassin est très importante dans l’exécution des chorégraphies. L’ensemble des articulations et des muscles qui la composent gagne en tonus, en fluidité et en souplesse.

• Soulager ses douleurs abdominales en dansant

Parmi les mouvements les plus emblématiques de la danse égyptienne, on trouve les fameuses ondulations du ventre. Outre leur aspect esthétique empreint de féminité, ces mouvements massent les organes internes du ventre. Ces massages peuvent ainsi soulager certaines douleurs intestinales.

• Développer son estime de soi en s’initiant à la danse égyptienne

Contrairement à d’autres danses, la danse orientale s’adapte à toutes les femmes. Il est possible de débuter à n’importe quel âge et dans n’importe quelle condition physique. La danse orientale ne promeut pas un idéal de féminité. La danse orientale révèle et sublime la beauté de chacune. Plus qu’un art, elle peut être une véritable thérapie.

Pourquoi apprendre la danse orientale - Le blog du hérisson

Des temples de l’Égypte ancienne aux plus grandes scènes du Caire, la danse orientale a toujours contribué à la fascination qu’exerce l’Orient sur le reste du monde. Cette danse, que des millénaires d’histoire ont façonnée, s’est constamment enrichie de ses rencontres avec les autres cultures. Aujourd’hui, la danse orientale est une danse très variée, adaptée à toutes les femmes. Si vous souhaitez apprendre à connaître et aimer votre corps, développer votre féminité et prendre soin de vous, la danse orientale est le type de danse qu’il vous faut. Initiez-vous à la danse égyptienne et osez révéler la déesse qui sommeille en vous !

Izold Guegan

Pourquoi apprendre la danse orientale

Laisser un commentaire