Tous les bienfaits du thé

Le thé est la boisson, après l’eau, la plus consommée au monde. Des grandes exploitations implantées en Chine, en Inde, au Kenya, en Turquie et au Sri Lanka, en produisent l’essentiel. Une production industrielle à laquelle s’opposent de petites exploitations qui en cultivent différentes sortes, particulièrement recherchées des connaisseurs. Mais quels sont tous les bienfaits du thé ? Petit récapitulatif des différentes sortes de thé et de ses effets bénéfiques sur la santé.

Tous les bienfaits du thé - Le blog du hérisson

La cueillette influe sur la qualité du thé

Le thé, quel qu’il soit, provient d’un seul et même arbre, le théier. Mais ses feuilles ne peuvent être consommées sans avoir été travaillées. Chaque étape de fabrication donne un produit différent. Ainsi, selon le processus utilisé, on obtient un thé noir, blanc, vert, jaune et Oolong. Il existe une grande variété de traitements, dans la technique, le matériel utilisé, tout comme la culture qui influent sur ses qualités.

Étant une plante vivace, cette plante peut être, selon les pays, cueillie pratiquement toute l’année. En effet, les saisons, l’humidité ambiante et la température agissent sur la croissance des théiers. Des cueillettes qui s’effectuent par cycle de 15 jours réalisées en Chine, à la main, tout comme en Inde, à Taiwan. D’autres pays ont mécanisé la cueillette mais la qualité s’en ressent car les machines peuvent endommager les feuilles.

Tous les bienfaits du thé - Le blog du hérisson

Différentes étapes de traitement du thé

• Le flétrissement

Une fois les feuilles de thé ramassées, il faut les assouplir avant de les faire sécher. Un séchage à l’issue duquel, elles doivent atteindre un taux d’humidité allant de 40 % à 50 %. Cette étape dure environ 24 heures pendant lesquelles les feuilles sont remuées et retournées.

• Le roulage

Pour extraire l’huile essentielle présente dans les feuilles, elles sont roulées sur elles-mêmes. Un procédé  réalisé durant environ 40 minutes et qui n’est pas pratiqué pour le thé blanc.

• La fixation

Cette étape a pour objectif d’arrêter l’oxydation des feuilles à un moment précis. Pour y parvenir, la feuille est soumise à une température élevée sur un temps plus ou moins long. Une phase qui n’est pas réalisée pour les thés noir et blanc.

• Le séchage

Cette opération est subtile et consiste à soumettre les feuilles à un courant d’air chaud pour diminuer le taux d’humidité jusqu’à atteindre environ 3 %. Ensuite, une fois refroidies et triées, les feuilles de thé sont enfin emballées.

• La fermentation

Une étape, qui ne concerne que les thés fermentés, consiste à placer les feuilles sous une bâche mouillée. L’objectif est de les priver d’oxygène ce qui permet la prolifération de micro-organismes et va donner une saveur très particulière, comme le thé jaune pour la fabrication duquel, cette fermentation est utilisée.

Le thé et ses multiples bienfaits

• Il prend soin de nos artères

Les études sont nombreuses démontrant que la consommation de thé diminue considérablement les risques de maladies cardiovasculaires. Cette boisson contient en effet une quantité importante de puissants antioxydants qui font obstacle à l’oxydation du cholestérol ainsi que la formation de plaque d’athérome, ce qui empêche la formation de caillots. Les plaquettes sanguines et la paroi artérielle sont également moins enflammées, de même que le thé dilate les artères.

• Un stimulant qui n’excite pas

Le thé contient de la caféine, mais l’organisme ne s’assimile pas de la même manière que celle du café. Il se libère progressivement du fait, entre autres, de la présence de tanin qui en ralenti l’assimilation. Cette caféine stimule tandis que le café produit un effet coup de fouet et de fait, est plutôt un excitant. Cependant, il est recommandé aux personnes sensibles à la caféine, soit de ne plus consommer cette boisson à partir de 17 heures, soit de jeter la première eau d’infusion, car la caféine du thé se dissout immédiatement.

• Conserver la ligne

Il semblerait, d’après de nombreuses études, que boire 4 tasses de thé vert par jour, aide à conserver la ligne. Il diminue l’absorption des graisses par l’intestin, limite également la fabrication des adipocytes dans lesquels s’accumulent les graisses corporelles. Le thé vert présente aussi l’avantage d’oxyder les graisses sans oublier qu’il régule la glycémie et aide au déstockage des réserves.

• Une protection pour les os

De récentes recherches ont démontré que le thé prévient contre la perte osseuse et tout particulièrement le Moringa. Originaire de l’Asie du sud, ses qualités médicinales sont reconnues en autres du fait de la présence de calcium, de fer ainsi que de vitamines A et K. Le Moringa est donc un complément intéressant pour fortifier et protéger les os.

• Booster son système immunitaire

Le thé peut augmenter les défenses immunitaires et serait à même de combattre les virus. Des effets résultant de ses propriétés antibactériennes, antifongiques et anti-inflammatoires. De plus, grâce à ses effets anti-oxydants, notamment le thé blanc, moins traité que les autres variétés, protège le corps de la pollution externe et de ses effets.

Bien choisir et savoir préparer son thé

• 4 étapes à respecter pour préparer un bon thé

Choisir une eau de qualité

Il est d’abord essentiellement d’avoir conscience que le thé c’est avant tout, une eau sublimement parfumée. Elle doit donc être neutre pour ne pas en influencer la saveur. Si elle est trop calcaire, les arômes ne pourront s’exprimer, c’est pour cette raison que si l’eau du robinet n’est pas de bonne qualité, il est conseillé d’opter pour un filtre.

Une théière choisie avec soin

La taille, la matière ou encore la forme de la théière n’ont pas une grande importance, ce qui compte c’est que le contenant ne soit réservé qu’à l’infusion de cette boisson. La casserole multi-usages est donc à proscrire, la théière restant l’ustensile le plus précieux du buveur de thé. Un outil qui se rince à  l’eau et ne doit jamais être lavé avec un détergent, ni même être frotté énergiquement. Une bonne théière doit être « culottée », ce qui signifie qu’elle doit être recouverte d’une fine couche de tanin. Après usage, il faut la laisser sécher à l’air libre, couvercle enlevé. La matière de la théière est choisie en fonction de la préférence de chacun, porcelaine, verre, fonte, argent ou encore étain ou terre. Un matériau qui peut également être influencé par le type de thé consommé. Le Japon fabrique des théières en fonte émaillée qui subliment les saveurs des thés verts et conservent longtemps la chaleur. Celles en terre cuites de Chine conservent dans « leur mémoire » les thés qui y ont été infusés.

Une préparation  respectueuse du thé

La préparation du thé a une influence sur la qualité de la boisson. Les étapes de préparation sont les suivantes :

Faire chauffer de l’eau dans une bouilloire. Pour un thé vert 70°, ce qui correspond à une eau clapotante, 90° pour les variétés noir et Oolong, une température où l’eau est frémissante. Il faut savoir que si l’eau est portée à ébullition, elle risque de brûler, en quelque sorte les feuilles et en enlever l’oxygène.

Penser à ébouillanter la théière avant d’y mettre les feuilles.

Durant le temps de chauffe de l’eau, humidifier les feuilles de thé ce qui leur permet d’être préparées à l’infusion.

Ensuite, verser la quantité souhaitée de feuilles, il est recommandé pour 30 cl de placer 2,5 gr. S’il s’agit de thé broyé, une demie cuillère à café est suffisante, pour les feuilles ce sera une cuillère à dessert bien remplie. A savoir, que la dose doit être doublée pour les thés verts. Mais attention au surdosage qui provoque de l’amertume et une saturation des arômes.

Respecter le temps d’infusion. Le thé noir en feuilles brisées devra infuser 3 minutes et pour les feuilles entières mieux vaut compter 5 minutes. Le noir aromatisé infusera quant à lui 4 minutes. Le vert alterne, pour une bonne qualité, entre 3 et 4 minutes, Le Oolong sera au mieux de sa qualité avec une infusion de 7 minutes et enfin, le  blanc nécessite 10 minutes d’infusion.

Quelque soit son origine ou son type, le temps d’infusion est essentiel. Trop infusé, le thé sera amer mais pas assez, ce sera une boisson insipide. Lorsqu’il s’agit de feuilles, il faut veiller à retirer le filtre ou les feuilles afin d’éviter l’amertume.

Bien choisir son thé - Le blog du hérisson

Comment bien conserver son thé ?

Le thé se doit d’être conservé dans un contenant étanche, à l’abri de la lumière, au sec et au frais en prenant soin de le tenir éloigné de toutes substances odorantes qui seraient susceptibles de lui transmettre son odeur. Il est également recommandé de l’acheter en petites quantités afin d’être assuré de sa fraîcheur.

Le thé est affaire de chacun, vert, blanc ou noir parmi bien d’autres, il reste une boisson qui se déguste tout au long de l’année. Chaud ou froid, il permet de se désaltérer sans aucune calorie et d’apprécier différentes saveurs. C’est un art dans nombre de pays, dégusté sans artifice, mais libre à chacun d’y ajouter, lait ou citron. Les anglais y ajoutent du lait, les marocains du sucre ou encore du beurre pour les Tibétains. Il existe sur le marché de larges gammes de thés, l’essentiel est que chacun trouve celui qui lui convient et de bien respecter ce produit tout comme sa préparation. Savez-vous qu’on peut également cuisiner avec du thé et faire de délicieuses recettes ?

Marie-Christine Magnaud

Tous les bienfaits du thé - Le blog du hérisson

Laisser un commentaire