Travailler en tant qu’intérimaire ?

Beaucoup ont déjà entendu parler de l’intérim et du fait de travailler en tant qu’intérimaire, mais très peu en connaissent réellement les tenants et les aboutissants. Que ce soit tant pour les futurs employeurs que pour les intérimaires, il y a des notions à savoir. Parce qu’il n’y a pas que du négatif dans l’histoire de l’intérim

Travailler en tant qu’intérimaire ? - Le blog du hérisson

Trouver un emploi : la difficulté actuelle

Tout le monde sait ô combien il est difficile – et encore plus en période Covid – de décrocher un contrat de travail fixe (CDD ou CDI). Certains sont embauchés après leur premier entretien alors que d’autres galèrent des mois entiers à effectuer des missions intérim dans l’espoir de signer (enfin) un contrat.

Vous avez beau être la personne ayant les compétences les plus recherchées ou faire preuve de la plus grande détermination, le fin mot revient à votre (futur) employeur.

Et bien souvent, c’est une question de budget.
Entrons dans le vif du sujet.

L’intérim, c’est quoi exactement ?

Tout d’abord, trois notions sont à connaître :

  1. L’intérimaire : personne mise au travail temporairement ;
  2. L’agence intérim : l’employeur légal de l’intérimaire ;
  3. La société utilisatrice : société qui fait appel à l’agence intérim pour l’utilisation d’un intérimaire.

Ce trio se doit de respecter des lois, des statuts et des contrats. 

Si principalement l’utilisation d’intérimaires se fait pour la raison du surcroît de travail, cela n’empêche qu’un contrat soit signé en fin de période intérimaire. Oui. Vous avez bien lu.

Dans l’intérim, il y a deux écoles :

  • ceux qui engagent du personnel intérimaire pour combler au surcroît de travail ;
  • ceux qui engagent du personnel intérimaire pour se rassurer avant engagement.

Ne nous le cachons pas, comme à toute expérience, il y a du bon et du mauvais.
La passation par contrat intérimaire a des avantages. Je vous l’assure.
Mais d’abord, arrêtons-nous sur les points déplaisants.

Un contrat intérimaire : les points négatifs

1. Le premier et non des moindres est justement ce manque de sécurité

À la fin d’un contrat hebdomadaire, on n’est jamais certain de ce qui va se passer. Quand passé le vendredi midi, les questions commencent à fuser. 

“Et si je ne suis pas prolongé la semaine prochaine, comment je fais moi ?”

J’invite les personnes travaillant en tant qu’intérimaire à demander au consultant en intérim d’être transparent : y a-t-il une possibilité d’engagement ? Est-ce pour du long/moyen/court terme ? est-ce possible qu’après une semaine, on n’ait plus besoin de moi ?

Pour anticiper, surtout et continuer à postuler pour éviter de vous retrouver sans rien.

2. Il faut être flexible. Très flexible

Parce que oui, vous êtes souvent prévenu au dernier moment pour commencer une mission. Et parfois, ça peut être directement pour le lendemain.

3. Vous ne travaillerez pas forcément dans le secteur que vous auriez souhaité

Cela est notamment le cas pour des diplômés dans des secteurs bouchés. Mais il est bien connu que le besoin d’argent n’attend pas.

4. Vous devrez vous adapter à chaque nouvel employeur/environnement/équipe

Si les missions ponctuelles et temporaires s’enchaînent, vous serez amenés à découvrir des nouveaux établissements, des nouveaux secteurs, des nouvelles têtes. Et il conviendra à chaque fois de s’y faire pour que la mission intérimaire dure le plus longtemps possible.

Un contrat intérimaire : les points positifs

“Impossible !”, c’est ce que vous vous dites ? Pourtant il y en a. Laissez-moi vous expliquer.

En 2021, nous avons besoin de sécurité. Ce besoin est fondamental, voire vital. Nous en avons tous (ou presque) besoin. Dans nos situations amoureuses. Dans notre vie professionnelle.

Un contrat à durée indéterminée paraît donc être la solution.
Pourtant, et je suis certaine que bon nombre se reconnaîtront, il est délicat de se sortir de là quand il est temps de quitter l’entreprise qui nous emploie. Pas vrai ?

Que cela soit par manque d’épanouissement, pour mauvaise entente, pour raison salariale, ou que sais-je encore.
Suite à une mauvaise expérience, le contrat intérim peut être pour vous (employeur comme salarié) la solution !

un contrat hebdomadaire : vous n’êtes tenu légalement qu’une semaine. 

Vision (futur) employeur : Si au bout de cette semaine vous vous rendez compte que l’employé/ouvrier ne correspond pas à la fonction, il est possible de ne pas renouveler le contrat.

Vision intérimaire : si après quelques jours vous estimez ne pas vous plaire dans la fonction, il est possible de refuser le contrat de la semaine suivante si la société utilisatrice voulait reconduire votre contrat.

un besoin de travail immédiat !

Nos situations sont toutes différentes et parfois, certains ne peuvent pas se permettre de ne pas travailler un seul jour de la semaine.

La facilité de trouver du travail en passant via une agence intérim est plus élevée.

le temps d’atteindre votre objectif : entrer à la police, vous lancer en tant qu’indépendant

Il vous faut absolument travailler mais votre parcours fait que vous ne souhaitez pas être tenu par un contrat fixe : l’intérim peut être la solution.

vous cherchez votre futur métier 

L’intérim peut être la solution dans votre situation si :

  • vous sortez de l’école et ne savez pas quoi faire de votre vie professionnelle (faut le dire, il y a pas mal de possibilités) ;
  • vous êtes en pleine reconversion professionnelle ;
  • vous venez de subir des dommages (accident de travail, burn-out, harcèlement).

combler un manque d’heures

Vous êtes employé actuellement sous contrat fixe en temps partiel, en mi-temps, en ¾ temps. Mais cela n’est pas assez pour payer les factures. Pourquoi ne pas vous pencher sur la question de contrats intérimaires ?

Il suffit (plus facile à dire qu’à faire) de trouver la société utilisatrice qui a besoin de personnel lors de votre jour de libre.

→ le flexijob

Travailler plus pour gagner plus. Votre temps plein n’est pas suffisant. Le flexijob, à condition de remplir et respecter certaines conditions, peut bien vous aider.

Travailler (ou pas) comme intérimaire : votre choix

On entend régulièrement que c’est plus aisé de passer par l’intérim pour employer du personnel que d’y travailler.

Vous avez maintenant connaissance des points positifs et négatifs.
En fonction de la situation de chacun, l’avis peut diverger.
Vous vous êtes peut-être même reconnu.e dans l’un ou l’autre exemple ?

Gardez en tête que chaque agence intérim applique un fonctionnement interne différent et que les consultants changent en fonction des agences et des régions. Une mauvaise expérience ne doit donc pas exclure toutes les autres.

Gardez à l’esprit également qu’il y a des missions qui peuvent aboutir sur des contrats fixes. Vous aurez alors, suite à votre passage en intérim, pu intégrer une structure et son équipe et prendre la décision d’accepter (ou pas) le contrat en toute connaissance de cause.

Si vous avez encore des interrogations sur le travail intérimaire, ces informations sur la législation de l’intérim pourront peut-être y répondre.

Angélique Aguado-Gil

Laisser un commentaire