Comprendre la myopie de son enfant

Votre enfant rencontre des difficultés pour voir le tableau ? Serait-ce un premier signe de myopie ? Aujourd’hui on estime que 40 % des Français sont myopes, et ce pourcentage est en constante croissance. Si vous ne portez pas de lunettes vous-même, ces défauts de vision sont nouveaux pour vous. Pourtant, il est indispensable de comprendre la myopie de son enfant pour bien veiller sur la vue de son tout petit. Nous allons vous guider pour que vous ne soyez plus dans le flou face à ce problème visuel. Prêts pour les explications de base ?

Comprendre la myopie de son enfant - Le blog du hérisson
©The Anh Tran

Déceler la myopie de l’enfant : les signaux d’alerte

La myopie s’invite doucement dans la vie de l’enfant et passe souvent inaperçue la première année. Pourtant, si vous êtes attentifs, certains signaux peuvent vous donner l’alerte :

  • Votre enfant plisse souvent les yeux lorsqu’il regarde au loin.
  • Il identifie un visage connu avec un peu de retard lorsque la personne est éloignée.
  • Il a du mal à lire les lettres au tableau. Cela peut se traduire par des difficultés à les reconnaître, mais aussi, par une certaine lenteur à recopier ce qui est écrit.
  • Il s’assoit souvent par terre juste devant l’écran pour regarder la télévision.
  • Il confond les animaux ou les objets lorsqu’on lui demande de les reconnaître à distance.
  • Il se rapproche souvent de ce qu’il regarde.
  • Il se plaint de fatigue visuelle.

La myopie est un défaut évolutif. Au début, le flou est léger et l’enfant n’a pas conscience qu’il est en difficulté. Il est donc nécessaire que les parents soient attentifs, car une mauvaise vue peut provoquer des retards à l’apprentissage. Au moindre doute, il faut consulter un médecin ophtalmologue. Ce professionnel de santé sait détecter, avec certitude, un éventuel problème de vue. Il prescrit une paire de lunettes si cela est nécessaire.
Une myopie, même légère, ne doit pas être négligée chez les petits. En effet, on voit avec ses yeux, mais aussi, avec les aires visuelles de son cerveau. L’enfant, en plein développement cérébral, doit éduquer son cerveau à analyser des images nettes. C’est indispensable pour qu’il ait, sa vie durant, une bonne acuité visuelle.

Comprendre la myopie de son enfant

La myopie est un défaut visuel qui engendre une vision de loin floue. L’œil myope est réglé pour une vision à courte distance au lieu de l’être pour la vision éloignée.
Ce trouble est, le plus souvent, occasionné par une déformation du globe oculaire qui a une forme trop allongée. L’image regardée au loin se forme en avant de la rétine. La rétine perçoit une tache au lieu d’un point, en conséquence, l’image perçue est floue.
La myopie progresse plus ou moins vite durant la croissance de l’enfant et de l’adolescent pour enfin se stabiliser vers 25 ans. Néanmoins, vous pouvez agir ! Si vous connaissez les causes favorisant l’évolution myopique, alors, pouvez ralentir la myopie de votre progéniture.

Comprendre la myopie de son enfant - Le blog du hérisson
©Gumenyuk I.S.

Les causes de la myopie

La myopie se déclenche le plus souvent entre 6 et 12 ans. Cependant, elle peut parfois survenir dès la petite enfance. Les raisons sont multifactorielles. Connaître les causes de la myopie de l’enfant, c’est pouvoir agir pour l’éviter ou la limiter.

• L’hérédité

Un enfant voit son risque de devenir myopes multiplié par 6 si ses deux parents sont myopes. Nous n’avons pas de contrôle sur notre patrimoine génétique. Mais, lorsque l’on sait que son bambin a plus de risques qu’un autre de devenir myope, il est possible de le faire surveiller en amont par un ophtalmologue pour intervenir tôt.

• Le manque de lumière naturelle

Des études faites sur l’animal ont démontré que la croissance de l’œil est perturbée par le manque d’exposition à la lumière naturelle. Si celle-ci fait défaut, l’œil se déforme. Les chercheurs ont découvert que la lumière du jour protège de la myopie. Conclusion, faites sortir vos petits pour jouer ou faire du sport le plus souvent possible à l’extérieur.

• Le temps devant les écrans

Smartphone, tablette, ordinateurs, les yeux des jeunes sont beaucoup trop sollicités en vision de près. Plus ce temps passé devant les écrans augmente, et plus le risque de créer une déformation de l’œil est élevé. Limiter le temps d’écran protège les yeux de nos petits.

• La distance de lecture

Avoir son nez collé à son écran, son cahier ou son livre favorise l’émergence de la myopie chez l’enfant ou l’adolescent. Il faut donc être vigilant sur la distance de lecture. Plus les yeux sont sollicités de près et plus l’effort visuel est important. Le risque de déformation de l’œil est aggravé. Cela explique que beaucoup d’étudiants de classes préparatoires voient se déclencher une « myopie étudiante », durant leurs années d’études acharnées. Petite astuce pour les petits et les grands : relever la tête régulièrement et fixer un point au loin soulage les yeux. Cela doit devenir un réflexe de prévention.

Comprendre la myopie de son enfant - Le blog du hérisson
©Ksenia Chernaya

Identifier les professionnels de la vision

Votre enfant semble peiner à voir de loin ? Un contrôle s’impose. Mais à qui s’adresser ? En France, la filière de la santé visuelle comprend les médecins ophtalmologistes, les orthoptistes et les opticiens lunetiers. Même si tous ces professionnels sont formés à réaliser des examens de vue, ils exercent des métiers différents. Aussi, est-il bon de préciser le rôle de chacun.

• Le médecin ophtalmologue

L’ophtalmologiste est le spécialiste à consulter en tout premier. Il détermine si votre enfant a besoin de se voir prescrire des lunettes, mais son rôle ne s’arrête pas là. Il dépiste, prévient et soigne. Il s’assure que le trouble de la vision qui vous a amené à consulter ne cache pas un problème d’ordre médical. Le médecin ophtalmologue vous indique la fréquence des visites en fonction de la vitesse d’évolution estimée. Véritable chef d’orchestre de la santé visuelle, il vous conseille et vous informe. Il diagnostique les besoins en soins, adresse à l’orthoptiste ou, prescrit un équipement optique.

L’orthoptiste

L’orthoptiste dépiste, analyse et traite les troubles de la vue. Ces troubles peuvent être moteurs, sensoriels ou fonctionnels. L’orthoptiste exerce soit en tant que salarié (au côté d’un ophtalmologiste ou au sein d’un centre de soin), soit en libéral dans son propre cabinet. On parle de lui comme d’un « kiné » des yeux, car il réalise une rééducation adaptée à chaque patient. Vous le consultez, le plus souvent, sur prescription de votre ophtalmologue.

L’opticien

L’opticien lunetier réalise des lunettes à la vue du patient, mais il est également formé à l’art de la réfraction. Il a un rôle de conseil, aussi bien sur le choix des verres, que sur le choix de la monture. En fonction du type de correction, il vous oriente au mieux pour un maximum de confort.

L'opticien - Le blog du hérisson
©Roland Steinmann

Le bon équipement optique pour votre enfant

• Choisir son opticien

L’ophtalmologue a posé le diagnostic, votre enfant est myope ! Il vous a fait une ordonnance pour faire réaliser sa première paire de lunettes. C’est la première fois et vous vous demandez où aller.
Faites réaliser ses lunettes dans un magasin d’optique proche de chez vous ! Un bout de chou remue beaucoup, un ado fait du sport aussi, ne soyez pas étonné, les lunettes devront être redressées souvent.
Faites jouer le bouche-à-oreille. Les parents à la sortie de l’école auront probablement un opticien à vous conseiller. L’important est de trouver celui qui sait mettre les enfants à l’aise et propose des produits de qualité.

• Choisir la bonne monture de lunettes

La monture idéale d’un bambin est ronde et remontante sur le sourcil. Un enfant est petit et regarde donc fréquemment vers le haut. Son regard doit passer à travers ses verres optiques et pas au-dessus, lorsqu’il vous regarde.
Son équipement optique doit lui plaire, car il doit le porter et se sentir beau avec.
Les lunettes doivent être confortables. Même si les branches sont ajustées par l’opticien, elle doit bien » chausser » le nez dès le départ. C’est préférable pour qu’elle ne glisse pas.
Votre enfant a besoin de lunettes de soleil à sa vue. Ce n’est pas un luxe. Il a besoin d’être protégé des UV aux beaux jours tout en profitant d’une vision nette.

• Choisir les bons verres

L’ordonnance indique une puissance en dioptries (c’est l’unité de mesure). Selon la puissance, l’opticien vous propose des verres amincis ou des verres classiques. Il vous propose des traitements pour limiter les rayures et augmenter la transparence. Il est préférable de choisir des verres d’une marque connue. S’ils sont fabriqués en France, c’est encore mieux.

Choisir les bons verres - Le blog du hérisson
©Paul Diaconu

Le nombre de myopes s’accroît partout dans le monde. Notre pays ne fait pas exception. Heureusement, l’explosion de la myopie dynamise la recherche et de nombreuses solutions voient le jour. La technologie se met au service de notre vue : verres à effet ralentisseur, lentilles de contact de plus en plus confortables, ou encore, traitement laser. Nous venons de voir que le simple fait de jouer au grand air, à la lumière du jour, et loin des écrans, ralentit la progression de la myopie de l’enfant. Vous êtes en manque d’idées pour l’occuper dehors ? Le blog du hérisson a réponse à tout, et vous propose 5 activités pour occuper les enfants à l’extérieur.

Catherine Abrial

Laisser un commentaire